Sur cette page vous trouverez l'intégralité des textes des chansons de Simon Colliez. Ceux-ci sont classés par ordre alphabétique. Pour accéder aux différents titres, vous pouvez choisir parmi les lettres suivantes:

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


A GARDINCOUR
Paroles de René DOUNIAUX
Musique de Simon COLLIEZ

Quand vient l’été temps béni des vacances
El temps rêvé pour visiter la France
Faut faire réviser es n’automobile
Vir l’état d’chés pneus et pis l’niveau d’huile
Et surtout n’pas oublier des bagaches
T’es déjà stressé avant el voyache
Pare choc conte pare choc te t’mets in route
T’as tout d’suite des bouchons su l’autoroute
Mi pour passer mes congés tranquill’mint
J’ai un secret faut pas aller bin loin

REFRAIN
Mi j’vais à Gardincour
A Cauchy à la tour
Je n’voudros pas canger
J’y passe tous les étés
Je m’lève avec les poules
Ch’est plus bieau qu’la Napoule
Gardincour mes amis
Ch’est un vrai paradis

Après avoir roulé mille kilomètes
In sortant d’l’auto t’es comme eune lavette
T’as d’mau tout partout té n’sins pus tes quilles
Pour marcher faudrot bétot des béquilles
Et tin permis si té veux l’conserver
Té n’bos qu’de l’ieau tout el long du trajet
Et les éfants toudis à deminder
« Dis papa on est bientôt arrivés »
T’es incore plus crevé qu’quand t’es parti
Pour t’arposer t’as qu’à faire comme mi
Au refrain

Eune belle piscine in a installé
Quel plaisir d’vir les éfants s’y baigner
Pour critiquer il y’a toudis des gins
Qui disent té dos pas t’in servir souvint
Avec el climat qu’i a dins nou région
Les seuls qui font trimpette ch’est les pichons
A cha j’réponds j’fais des économies
Dins m’piscine ej’récupère el l’ieau d’pluie
Même si à Gardincour des fos i pleut
J’m’en fous ch’est là que j’sus el plus heureux
Au refrain

 


A LA NAPOULE

Paroles de Jacques LEDUN
Musique de Simon COLLIEZ

J' m' in vas vous raconter
C' qui nous est arrivé
Y' a d' cha einne paire d' années
Au momint des congés
M' femme un jour alle ar' vient
Deux billets dins ses mains
Tiens j' ai einne bonne nouvelle
In part in caravelle
Et in s' in va et in s' in va

REFRAIN:
A la nana à la poupou
A la nana à la poupou
A la napou ou ou ou le
A la nana à la poupou
A la nana à la poupou
A la napou oule

V' là l' grand jour du départ
In vient nous querre in car
Einne bonne heure ed quémin
In arriv' à Lesquin
In monte dins ch' l' apparel
Juste à côté de ch' l' aile
J' avoue qu' einne fos in l' air
Ej n' étos pas bien fier
Et in s'in va et in s' in va
(au refrain)  

Mais à peine installés
V' là pas un homme masqué
Qui nous dit : «  haut les mains
Ch' est un détournemint »
Au lieu d' vir La Napoule
In s' artrouf à Séoul
Té parles d' un drôle de tour
In fait un rude détour
Et in s'in va et in s' in va
(au refrain)

Huit jours ed discussions
Et in a r' pris l' avion
Pour nous dédommager
L' compagnie a payé
Huit jours à Régina
Et ch' est depuis ch' temps-là
Qu' in y vient chaque année
Pourtant un jour j' irai
Oui in ira oui in ira
(au refrain)


A L' INTERR' MINT D' BAPTISSE

Paroles de Adéodat LARIVIERE
Musique de Simon COLLIEZ

Quand i a fermé les yeux
Personne s' y attendot
Ch' étot li l' pus heureux
Suptile comme un monieau
Baptisse nous avot dit
"Faudra pas vous in faire
Quand ech sérai parti
Faudra surtout pas braire!"
Et ch' est pourquoi...

REFRAIN:
A l' interr' mint d' Baptisse
In a bien rigolé
Au début ch' étot triste
Mais cha n' a pas duré
C' qui nous disot Baptisse
Ch' est bien la vérité
La vie alle n' est pas trisse
Faut l' printe du bon côté

A l' messe ed l' interr' mint
Tout' les femmes de l' cité
Leus mouchoirs à leus mains
Alles ont été prier
Ches hommes pendant ch' temps-là
N' ont rien trouvé d' pus gai
Que d' boire g' nief et calva
In face au cabaret!
Et ch' est pourquoi...
(au refrain)

Derrière ech corbillard
Sus l' quémin du cim' tière
Tout l' monte avot l' cafard
D' méner Baptisse in terre
Après l' cérémonie
Contints ed s' artrouver
Tous ses anciens amis
I' s ont été trinquer
Et ch' est pourquoi...
(au refrain)

Té t' in rappelles ed chi
Té t' in rappelles ed cha
Baptisse disot toudis
El jour qu' in m' interr' ra
Mes dernières volontés
Faudra les respecter
Quand ech sérai dins ch' trou
Vous f' rez ginsse un bon coup!
Et ch' est pourquoi....
(au refrain)


A MIN PERE

Paroles de Guy DUBOIS
Musique de Simon COLLIEZ

Comme ches galibots de t' génération
A douze ans t' as dévalé au carbon
T' as pas voulu que j' deschinde in infer
Et pour cha ej dos t' armercier min père

Ed tin temps in n' se posot pas d' questions
Ches jonnes comme ches vieux i z' allottent au fond
Quand t' as eu l' âche ch' n' étot pas un mystère
T' jeunesse alle s' a passée d' sous terre min père

REFRAIN:
Armonté au jour té dev' nos machon
Avec tes bras t' as construit nou maison
Dins tin gardin t' allos pour et' distraire
Je n' t' ai jamais vu t' arposer min père
T' as pas gramint connu ches distractions
Einne partie d' pêque ch' étot t' récréation
El fosse alle t' a vite rapp' lé ed' sous terre
A cause d' elle t' es pus avec mi min père

El traval ch' étot l' sort ed nous taïons
T' as eu drot à ches souffrances à ches gnons
T' as saqué dur pour que j' n' euche pas misère
J' ai eu de l' chance equ' ch' étot ti min père

T' as connu la guerre et ches restrictions
Ch' est ti qui a gagné l' batalle du carbon
Mais tes poumons sont rimplis plein d' poussières
T' as sacrifié l' mitan de t' vie min père
(au refrain)


A PART CHA J' SUS HEUREUX

Paroles et Musique de Simon Colliez

Ed pis vingt ans que j' vis avec Mélie
El seul problême qu' y a intr' elle et mi
Ch' est quand alle s' met à parler d' ses toilettes
Qu' alle va à trous qu' alle n' a pus rien à s' mette
Pourtant faut vir alle sait pus dù les mette
Et sans compter tout c' qu' alle donne ou c’qu' alle jette
Pour elle canger ch' est trop long ou trop court
Ch' est démodé in n' vot pus cha d' nos jours
V' là qu' alle s' habile comme s' habilent ches jonnes filles
Ch' est des tee-shirts des talons à aiguilles
Alle met des jeans alors qu' alle est énorme
Cha l' y va pas in y vot toutes ses formes
Et ses talons cha li donne ed l' hauteur
Mais cha compense étant donnée s' largeur
A côté d' elle mi j' paraîs tout pitit
Pour faire sin poids i in faudrot tros comme mi

REFRAIN:
A part cha j' sus heureux
A part cha j' sus heureux
Alle peut mette tout c' qu' alle veut
Einne fos que j' sus heureux
A part cha j' sus heureux
A part cha j' sus heureux
Alle peut mette tout c' qu' alle veut
Einne fos que j' sus heureux

In plus ed cha tous les soirs alle m' imbête
Pour que j' li foute des bigoudis su s' tête
Alle va au lit plein d' crême su s' figure
Alle in fout plein ches draps ches couvertures
Paraît qu' ch' est pour garder sin teint d' jonne file
Mais j' cros qu' pour elle là cha s' ra difficile

Alle aura bieau mette toute l' crême qu' alle voudra

Sin teint d' jonne file alle ne l' artrouvera pas
(au refrain)

Bien sùr ch' est elle qui prind toudis ch' l' auto
Mi j' vais toudis à pied ou à vélo
Et d' temps en temps avec einne tiote voisine
Là j' in ai peur i vont faire ches vitrines
Quand i z' arviennent y' in a plein dins ch' l' auto
Ch' est des souliers des robes et des mantieaux
Et ch' carnet d' chêques i a pris un sacré coup

Min coeur aussi mais là cha alle s' in fout

(au refrain)


A SEC DE TOI

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Seul sous l' averse,3 heures du mat
J' ai pas encore raté une flaque
Je voudrais bien faire l' entracte
3 heures déjà, j' en ai ma claque

Je croise un chien, il est pressé
J' ai d' la flotte qui tombe sur mes lêvres
Putain c' que la pluie est salée
J' ai froid je crois, j' ai de la fiêvre

Poussé la porte du bistrot
Regardé ma gueule dans la glace
Bu un café un peu trop chaud
Maintenant ça va mieux ça passe

J' ai de la buée dans les yeux
Le patron du bistrot m' agace
Il me parle de lui de ses vieux
Je ne supporte plus j' me casse

REFRAIN:
Je manque de toi à sec de ta bouche
Même en fermant les yeux les idées qui te touchent
Du bout des doigts je cherche te devine
Un vague souvenir de ton corps se dessine

Dehors la pluie a redoublé
Je presse le pas vers ma porte
J' entends des bruits dans l' escalier
Des types vont au boulot ils sortent

L' obscurité entrecoupée
Par le néon du mur d' en face
A chaque éclair saccadé
Une fois t' allume une fois t' efface
(au refrain)

Je ferme les yeux tu ne pars pas
Tu flottes au dessus de mon lit
Comme une odeur de tabac froid
De mon cafard tu es l' esprit

Je t' oublierai mais oui bien sùr
J' oublierai même ton visage
Mais cette maladie qui dure
A pris ma raison en otage
(au refrain)


ABEL
ES’ MERE A’N’A

Paroles  de Jean-Marie LEFEVRE
Musique de Simon COLLIEZ

Abel Y’aurot bien voulu en’ n’avoir aussi einne belle
Mais sin père i y’a dit garchon cha séra elle
Contint ou pas i faudra bien equ’té ti fasses
Y’a qu’cha à faire pour nous sortir de l’mélasse
A’ch’t’heure dès qu’in met un pied dins un magasin
In nous sort einne ardoisse  aussi longue qu’un refrain
Abel alle peut nous sauver de l’troule qu’in a de ch’l’huissier
Qui trop souvint vient pour piquer note mobilier
I faut t’marier ou bien in est dins des bieaux  draps
Et avec elle parc’que des sous es’ mère a’n’a

Abel té méritos quand même d’in trouver einne pus belle
Faudra faire attention ed pas t’cogner sur elle
Parc’que des pus maigres à m’n’avis in n’in fait pas
Faut avoir du courache pour imbrasser cha
El’ soir quand alle inl’v’ra ses dints et ses lunettes
Té croras qu’té vas t’coucher avec un s’quelette
Abel In peut vraimint pas dire d’qui alle a hérité
Ti qu’i’a querre les rondes là té vas pas ête gaté
Tel mère tel file ichi faut surtout pas dire cha
Parc’que des rondeurs tout partout es’ mère a’ n’a

Abel ti min camarate si j’peux t’donner un consel
Ch’est à l’abattoir que té t’in vas avec elle
Cha fait trente ans que t’es dins les jupons de t’mère
Là cha va t’faire tout drôle si t’écoutes tin père
I voudrot bien t’marier pour avoir du pognon
Mais té n’devros pas interrer ed’vie garchon
Abel Avec qui té dos convoler in juste noces
Alle nous rappelle un peu trop el fée carabosse
Alors fais attention dù qu’té vas mette el bras
Parc’qu’un caractère ed cochon es’ mère a’n’a

Abel cha fait trente ans que t’es dins les jupons de t’mère
Là cha va t’faire tout drôle si t’écoutes tin père
Alors fais attention dù qu’té vas mette el bras
Parc’qu’un caractère ed cochon es’ mère a’n’a


ADIEU CH' TERRI D' RIMBERT

Paroles de Guy DUBOIS
Musique de Simon COLLIEZ

T' étos là comme inne montagne bien à plache
Té faisos partie ed' nou paysache
Qui d' nou pères i aurot pinsé que ch' terri
Par in bieau jour i s' rot évanoui
Bin mes pauves gins i faudra bien s' y faire
Y' a disparu min viux terri d' Rimbert
Bin mes pauves gins i faudra bien s' y faire
Y' a disparu min viux terri d' Rimbert

Quand j' étos gosse ej' grimpos sur tin dos
Si y' avot pas d' garte vite in s' faufilot
Parmi ches rals ches aiguillaches ches bos
Et tout l' fourbi qui trainot sus ch' carreau
Et in grimpot tout in haut dins l' poussière
Y' a disparu min viux terri d' Rimbert
Et in grimpot tout in haut dins l' poussière
Y' a disparu min viux terri d' Rimbert

REFRAIN:
T' étos in témoin d' l' ouvrache ed' nou pères
Qui ont ouvré tout leu vie ed' sous l' terre
Pour t' construire y' a fallu plus d' cent vingt ans
Et ravise in n' parle pus d' ti in rien d' temps
T' es parti rogné par ches bull-dozers
J' te dis adieu min viux terri d' Rimbert

J' restos juste in face quand j' n' étos qu' in jonne
J' ravisos monter déchinte l' crinquonne
Ches berlines s' croisottent toudis à l' même plache
Et faire tout l' journée leu remue ménache
Pour aller baller in haut l' mécante terre
Et dire qu' i est parti min terri d' Rimbert
Pour aller baller in haut l' mécante terre
Et dire qu' i est parti min terri d' Rimbert

J' souris quand même parce que j' pinse à quitte cosse
Tous ches gins qui s' sont fait mourir à l' fosse
I n' s' doutottent pas in armontant ch' carbon
Que l' terre servirot à leu tits garchons
I n' in f' rottent inne tête nou arrières grands-pères
D' vir qu' i n' existe pus ch' terri d' Rimbert
I n' in f' rottent inne tête nou arrières grands-pères
D' vir qu' i n' existe pus ch' terri d' Rimbert
(au refrain)

Ches éfants et pitits éfants d' mineurs
I veulent du schiste dins z' allées d' leus demeures
Quand i partent in vacances sus l' autoroute
Je n' cros pas qui n' a bien gramint qui s' doutent
Que l' montagne alle est sous ches reules à terre
Ch' est là qu' t' es parti min terri d' Rimbert
Que l' montagne alle est sous ches reules à terre
Ch' est là qu' t' es parti min terri d' Rimbert
(au refrain)


AH ! SI Y’AVOT PUS D’BELLES MERES

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

V’là qu’alle trouve que j’sus rimpli d’défauts
Je n’fume pas j’vais jamais au bistrot
J’n’i’ai jamais rien dit jamais rien fait
Je n’vos pas c’qu’alle a à m’arprocher
Tous les jours y’a quette-cosse ed nouvieau
Y’a pas i faut qu’alle dise su min dos
Alle critique ch’est tout c’qu’alle sait faire
Je m’demande c’que j’ai bien pu i faire

REFRAIN :
Ah si y’avot pus d’belles-mères
Cha s’rot l’paradis sur terre
Si y’avot pus ches chameaux
Cha s’rot einne vie d’catieau
Ah si y’avot pus d’belles-mères
Cha s’rot l’paradis sur terre
Si y’avot pus ches chameaux
Cha s’rot einne vie d’catieaux

Quand alle vient qu’y’a du monte à l’maison
Pour faire bien alle m’appelle min garchon
Aussitôt qu’i nous ont tourné l’dos
Cha r’comminche alle a r’est su min dos
Ti t’acoutes té dis rien té laiches faire
Té pourros quand même i dire de s’taire
Car si cha n’va pus intre nous autes
Té sais bien que ch’est gramint de s’faute
(au refrain)

T’as bieau dire que j’ai pas querre et’ mère
T’as bieau dire que je n’peux pas l’sintir
Mais faut avouer qu’du côté belle mère
J’sus servi j’pouvos pas trouver pire
Y’a des jours té sais j’m’in iros bien
Mais seul’mint t’mère alle s’rot trop continte
Rien qu’pour cha té vos j’m’in irai pas
J’voudros pas i faire ech plaisir là
(au refrain) 


AH LES VACANCES

Paroles de Paul SEBILLE
Musique  de Simon COLLIEZ

Mi j' sus un artraité mineur
J' ai quère la mer j' ai quère les fleurs
Comme j' ai jamais quitté min coin
Avec em femme un bieau matin
In s' est décidés d' accater
Einne caravane pour s' promener
Et ch' est comme cha qu' in est partis
Passer nos vacances dins l' midi

Pour faire la route ch' est point facile
In vot toudis des imbéciles
Qui font du cent quarante à l' heure
Mais mi à trente ch' est min bonheur
Avec cheu qui a dins m' cargaison
In peut t' nir au moins deux saisons
Du cat jusqu' au caudron à frites
In a même pris des boules à mites

REFRAIN:
Ah ah ah les vacances
Mi qui in avos tant rêver
Ah ah ah les vacances
J' sus pas prêt d' y artourner
J' préfère rester à m' maison
A m' occuper de mes coulons
Faire un tour dins min gardin
Aller à l' pêque el matin

Pindint quinze jours ch' est l' paradis
In est joyeux in cante in rit
Mais peu à peu v' là que l' matin
In attrape ed maux à ses reins
Si jamais i vient à pleuvoir
Là ch' est complet ch' est l' désespoir
In c' minche à pinser sérieus' mint
Qu' in va bientôt r' printe el quémin
(au refrain)

In plus i a l' tchien ed min voisin
Qui piche toudis quand i n' gueule point
Et je n' parle pas des transistors
Qui s' mettent in route quand ej m' indors
Pour mi aller aux commissions
Faut faire cinq kilomètres ed long
Dire que j' sus v' nu pour m' arposer
J' sus maflé et j' vas rimballer
(au refrain)


ALLE A QUERRE CHES BETES

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Déjà qu’in avot des tchiens des poules et pis des lapins
Sans compter c’qu’i’a dins l’maison les moniaux et les pichons
I v’là pas qu’alle a ram’né un viux cat qu’alle a trouvé
I s’rot p’tête temps qu’alle arrête i’a pus d’plache ed s’artourner

Alle l’appelle min bieau minou alors qu’i’est laid comme un pou
Alle le caresse i’est heureux i’est contint i bouge es queue
Je n’sais pas si cha vient d’li mais d’pis l’temps qu’il est ichi
Ej’ n’arrête pas de m’gratter cha m’déminche de l’tête aux pieds

J’sais bien qu’alle a querre les bêtes
Ch’est quand même pas eune raison
Pour qu’alle ramène tous c’qu’i traine
Tout c’qu’alle trouve dins l’coron

Faut vire à l’heure du midi in dirot eune colonie
Y’a pas besoin d’les app’ler in les vot tous débarquer
I vient minger dins m’n’assiette si j’l’arpousse d’eune tite tapette
Alors là  quoi qu’j’intinds pas j’ai martyrisé sin cat

I fait quaire tous les bib’lots il arrache les rideaux
I  fait ses griffes tout partout des meubes qu’i coûtent un prix fou
El soir quand ej’ vais m’coucher j’vous dis pas el cirque que ch’est
Allongé su l’bout du lit y’a ch’cat mais ches tchiens aussi

J’sais bien qu’alle a querre les bêtes
Mais j’aim’ros y’a des momints
Ete tous les deux tête à tête
Sans sin cat et sans ses tchiens

I va faire ses p’tits besoins dins l’gardin ed nou voisin
Après alle va s’étonner que ch’t’homme i nou tire sin nez
Ch’est vrai qu’ch’est pas régalant surtout quand in met pas d’gants
In déduisant ses carottes ed mette es’ main dins eune crotte

Quand i passe eune auto ou bien quiqu’un à vélo
Dins l’journée cha passe incore mais dinsl’nuit quand tout l’monde dort
J’vous dis pas l’boucan qu’cha fait quand i s’mettent tous à gueuler
Pourtant les bêtes réunies cha vaut pas m’femme quand alle crie

J’sais bien qu’alle a querre les bêtes
Mi qui pinsos m’arposer
Et profiter de m’retraite
J’ai les bêtes à m’occuper
J’sais bien qu’alle a querre les bêtes
A tel point que j’dis toudis
Que si in arvient sur terre 
j’veux ête eune bête mi aussi


ALLE EST PAS MORTE ADELE

Paroles  de Jean-Marie LEFEVRE
Musique de Simon COLLIEZ

Alle habite au bout d’min coron
Dins un bieau pitit pavillon
Avec des bieaux volets marrons
Des géraniums sur sin perron
Sin notaire qui l’i’a fait signer
Un acte ed vinte in viager
I’a trente ans qui li donne des sous
L’maison il l’a payée dix coups
Mais

REFRAIN :
Alle est pas morte Adèle
Alle a pas d’plomb dins l’aile
In peut dire qu’alle a eine sacrée santé
Alle fait vraimint pas ses cent trois années
Alle est pas morte Adèle
Ch’est einne vraie citadelle
Alle est vaccinée dure comme ed l’acier
Et ch’cros qu’alle va tous nous interrer

Y’a bien des fos où in a cru
Que s’n’heure aussi alle étot v’nue
In avot oublié pourtant
Qu’un car qui houinne i houinne longtemps
Ch’est comme sin voisin qu’alle a mis
Sur sin contrat d’assurance vie
Chaque fos qu’alle fait un pet d’travers
I s’crot devenu millionnaire
Mais
(au refrain)

Pas plus tard que l’semaine passée
In pleine nuit in est réveillé
Par du remue ménache  dins l’rue
Et devinez quoi qu’in a vu
Y’avot l’samu et la police
Y’avot ch’curé et sin calice
Y’avot ch’croque mort et pis ch’med’cin
Et final’mint tout cha pour rien
Car
(au refrain) 


ALLE EST PAS MORTE SAINTE BARBE

Paroles  deBertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

I s' sont tous arrêtés devant l' pitite statue
I ont soul' vé lu barrette et inl' vé lu béguin
In' n' a même vu einne paire in s' essuyant les yux
Faire un p' tit signe d' croix comme cha machinal' mint

Et pis l' pus viux mineur a deschindu l' sainte femme
Il l' a mis dins s' malette l' a serrée su s' poitrine
Et tous sont arpartis ténant lu lampe à flamme
Faijant einne procession au fond de l' gal' rie d' mine

REFRAIN:
Alle est pas morte Sainte Barbe
Alle est pas morte
Même si tous ses éfants n' ont pus d' ouvrache
Alle veille incore Sainte Barbe
Alle veille incore
Alle est core là pour donner du courache

Personne n' osot parler attindant après l' cage
Un tiot serrot dins s' main comme un précieux trésor
Einne gaillette ramassée in quittant l' abattache
Pour dire à sin viux père:"Té vos i n' avot core"

Quand l' cage est arrivée alors pour l' dernière fos
I z' ont baissé lu tête intindant l' cloche qui sonne
Et pis sont armontés toudis sans dire un mot
Intourant ch' viux mineur qui protégeot s' patronne
(au refrain)

In arrivant au jour tout l' monte i s' in rappelle
Ches mineurs i n' sont pas passés à l' lampist' rie
Tout' l' troupe est arrivée devant l' pitite capelle
Et tous in loques d' fosse sont rintrés s' sont assis

Alors et pour toudis in a ringé l' statue
Toute blanque avec l' trace des mains pleines d' carbon
Et ch' est à ch' momint là qu' un galibot a vu
Deux larmes sur l' Sainte Barbe qui brayot pour du bon
(au refrain)


ALLE EST TOUDIS DERRIERE

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Quand in fréquentot ed' tous ches corons
T' étos l' plus belle file mi ch' plus bieau garchon
Quand après min poste j' allos t' artrouver
Et' mère alle étot là à nous miler
Aqueuté à ch' mur serrée dins mes bras
J' dijos des mots douches à t' n' orelle tout bas
J' faijos des projets comme tous z' amoureux
In pinsant bien passer nou vie à deux
Et bin d' pus ch' temps là ch a n' a pas cangé
T' mère est toudis là pour nous espionner

Dins min ménache j' comptos bien ête heureux
J' pinsos qu' té m' féros un infant ou deux
Dins m' ptite mason j' allos ête fin tranquile
Avec min garchon ou bien m' pétite file
Quand un bieau jour j' sus arvenu de l' fosse
J' étos contint j' allos avoir un gosse
Té m' as annonché qu' dins ein' paire ed' mos
E' j' peux te l' dire asteure on va ête trois
J' avoue que pour mi cha a été long
D' comprinte que t' mèr’ v' not rester à l' mason

REFRAIN :
Alle est toudis derrière derrière 
Alle est toudis derrière toudis derriè-è-re

Quand in a eu ein' paire ed' sous d' côté
In a acaté ein' auto pou s' prom' ner
Aller à la mer faire ches commissions
Vire matante Zoé ou mononque Raymond
J' nous vos core quand in a été l' cujir
Ein' tite deux ch' vaux cha t' aurot fait plaisir
Té l' voulos rouche avec des sièches marrons
In est r' sorti d’là  avec einne jaune citron
Té vos c' qui m' imbête el' plus dins ch' l' affaire
Ch' est d' avoir pris un break pour carrier et' mère  
(au refrain)                                      

Cha fait asteure tros mos qu' sus artraité
J' pinsos enfin avoir el' temps m' arposer
Juer à cartes m' occuper d' mes coulons
Aller à l' pêque taquiner ches gardons
Ej' viens d' apprinte qu' avec ches pinsionnés
A la Napoule in allot s' in aller
Comme in n' a jamais eu d' voyache  ed' noces
Ch' est l' paradis seulemint là  y a un os
Ch' est qu' comme tin père à l' fosse y a travaillé
Et' mère alle a l' drot d' nous accompagner        
(au refrain)


ALLE FAIT TOUDIS

Paroles  et Musique de Simon COLLIEZ
Ed pis l’temps qu’je l’connos  alle  n’a pas arrêté
Ch’est un d’ses   gros défauts alle n’arrête pas d’canter
Du  matin au rével au coucher du soleil
Cha m’arrive même dins l’nuit que j’rêve  qu’alle cante aussi
Alle  tient tout cha de s’mère qu’m’a dit un jour sin père
Et  in peut rien y faire non ch’est héréditaire
I m’a dit té verras té t’y habitueras
Mi cha fait trente années qu’j’l’intinds toudis canter
Alle fait toudis alle fait toudis alle fait toudis

REFRAIN :
Aïe aïe aïe aïe aïe aïe
Sur el coup cha surprind
In n’sait pas si all’ s’plaind
Aïe aïe aïe aïe aïe aïe
Si alle a d’maux qu’eque part
Si alle fait un cauch’mard
Aïe aïe aïe aïe aïe aïe

In n’sait pas qui app’ler

El docteur les pompiers
Aïe aïe aïe aïe aïe aïe
Faire pour el ranimer
L’bouche à bouche ou l’gifler

 

El jour qu’nou file est née cha j’l’oublierai jamais
Dins tout l’maternité i z’étottent affolés
Em’ femme lu répliqua mes gins n’vous in faites pas
Em’ mère alle est comme cha em’ file alle s’ra comme cha
In fait toudis in fait toudis in fait toudis
(au refrain)

 

Mais cha cha n’sérot rien si seul’mint ech’ matin
Ej’ m’étos pas surpris à canter mi aussi
Mais cha n’est pas fini car les voisins aussi
I s’mettent tous à canter cha gagne tout l’quartier
I font toudis i font toudis i font toudis
(au refrain)


ANGELE

Paroles de Jean-Marie LEFEVRE
Musique de Simon COLLIEZ

A midi quand j' sors ed l' usine
J' ai l' estomac dins les talons
Alors sur min vélo j' mouline
Pour rintrer pus vite à l' maison
Mais quand j' ouve l' porte de l' cuisine
J' argrette d' avoir usé ch' bitume
In voyant Angèle et s' cousine
Rivées devant l' roue d' la fortune

REFRAIN :
Angèle Angèle t' es branchée d' sus l' télévision
Angèle Angèle té ravisses trop tous chés feul' tons
Angèle Angèle et même question pour un champion
Et quand dins l' salon té fredonnes einne canchon
T' es devant la chance aux chansons

J' sais pas si pour vous ch' est parel
Mais l' soir quand j' ai fini l' turbin
J' ai hâte d' m' artrouver près d' elle
Dins l' espoir d' i faire un calin
Mais avec Angèle j' ai pas d' veine
Car au momint que j' aime el plus
Alle sort du lit alle armet s' laine
Pour vire ech film à canal plus
(au refrain)

Alle est pindue devant s' télé
J' peux même pas raviser un match
Car pour mi l' football ch' est sacré
Et cha met l' imbroulle dins l' ménache
Alors j' ai eu einne riche idée
J' ai un deuxième poste à l' maison
Angèle peut vire Sacrée Soirée
Et mi j' vos taper dins ch' ballon
(au refrain)

Pour finir  REFRAIN 2 :
Angèle Angèle t' es branchée sus l' télévision
Angèle Angèle mi j' suis la coupe des clubs champions
Angèle Angèle y' a pus rien qui s' fait dins l' maison
Et même si un jour in veut faire un garchon
Cha s' ra intre deux émissions


ARGRET

Paroles de Jean-Marie CERF
Musique de Simon COLLIEZ

Y’a pon d’cha bin lontemps pour es ravitailler
In allot dins ch’pat’lin in f’geant sin qu’min à pied
I faut dire equ dins l’temps y’avot d’tout dins ch’villache
Tout ch’qui fallot pour viv’ normal’mint fin bénache
Et ch’étot l’occasion pour chés gins de s’parler
D’raconter chés cacoules intindues dins ch’quartier
Comme ed bouque à orelle fort vite tout s’répétot
Final’mint chés nouvelles tout l’mon’ne les connaichot
A’cht’heur faut aller vite in queurt toudis pressé
Combin je n’intinds s’plaint d’pon vire el temps passer
Alors ch’est in auto qu’in fait chés commissions
Et in s’in va bin lon faire el plein d’provisions

REFRAIN

Pour rimplir sin panier cha s’fait pus comme avant
Et bin des viux argret’ ech l’épicier d’dins l’temps
De n’pus s’y rincontrer d’s’y parler j’treuv’ cha trisse
Chés gins i s’connotent pus et i d’vient’ égoistes

 

Ch’est dins z’hyper marqués qu’chés gins treuv’t leu bonheur
Faut vir el mon’ne la-d’dins et à n’importe quell’ heure
In intique in intasse in saque à chés rayons
In s’laiche souvint aller ed’vant chés promotions
In a écrit ein’ liste vite fait avant d’partir
Mais in n’a deux fos d’pusse au momint d’arsortir
Et bourlant dins z’allées aveuc ech cariot plein
Pou l’peu qu’ein’ reule al coinche in s’fait un tour ed reins
Comme in n’les connot pon in n’s’artourne pon d’chés gins
In peut ête là deux heures sans desserrer les dints
Pi i faut faire la queue pour tout mett’ su ch’tapis
Et deux tros mètes pus lon in r’plache tout dins ch’cadi

REFRAIN

Pour rimplir sin panier cha s’fait pus comme avant
Et bin des viux argrèt’ ech l’épicier d’dins l’temps
De n’pus s’y rincontrer d’s’y parler j’treuv’ cha trisse
Chés gins i s’connotent pus et i d’vient’ égoistes
Chés comme cha qu’dins ch’villache n’y’a pus d’animation
Ch’est p’têt’ comme cha aussi que comminche l’esclusion ?


ARRACHE TOI L’AMOUR

Paroles  de Bertrand COCQ
Musique de Simon   COLLIEZ

Pas la peine de t’accrocher
Sur une lettre une photo
Pas la peine de regretter
Les mots ne sont que des mots
Je m’en vais ne t’en fais pas
Il faudra que je m’en sorte
J’aurai pas besoin de toi
Tu peux rester sur la porte

Pas la peine de projeter
Le film de la vie à deux
Pas la peine de faire l’arrêt
Sur l’image de ses yeux bleus
Tu vois bien tu perds ton temps
Cette fois ci je suis blindé
Aujourd’hui et pour longtemps
J’ai le cœur barricadé

REFRAIN :
Arrache toi l’amour
T’as rien à faire ici
Aller casse toi l’amour
Tu vois t’as rien compris
C’est bien fini l’amour
Cette fois elle est partie
Arrache toi l’amour
Arrache toi d’ici

Pas la peine de t’attarder
Dans chaque pièce chaque coin
Pas la peine j’ai tout vidé
Tu ne trouveras plus rien
J’ai fait le vide dans mon cœur
J’ai tout viré tout brûlé
Je recommence je n’ai pas peur
J’ai bien éteint le foyer

Pas la peine de répéter
Que tout peut recommencer
Pas la peine de tricher
J’ai plus envie de gagner
Pas la peine d’essayer
J’ai plus envie de l’aimer
Pas la peine d’insister
Pour elle j’ai donné assez
(au refrain)


AU BAL MUSETTE DE MES SOUVENIRS

Paroles de Adéodat LARIVIERE
Musique de Simon COLLIEZ

Un air de valse me trotte dans la tête
Il me revient et ne me quitte pas
Valse musette qu' un beau jour de fête
Nous avons dansée pour la première fois
Elle nous disait l' amour d' un jeune garçon
Pour une fille aux grands yeux de velours
Le grand Léon aimait la belle Suzon
Hélas Suzon refusait son amour

REFRAIN:
Valse valse je veux m' étourdir
Au bal musette de mes souvenirs
Toupie d' amour tourbillon de bonheur
Au corps à corps dans tes grands yeux rieurs

Il lui disait si tu veux je t' emmène
Bien loin d' ici sous un ciel toujours bleu
Je serai ton roi et tu seras ma reine
Ah tu verras comme nous serons heureux
Mais la belle était demeurée volage
Elle prétendait garder ses amoureux
Elle préférait se donner en partage
A tous les autres il en fut malheureux
(au refrain)

Je ne sais plus la fin de cette histoire
Du grand Léon et de sa petite Suzon
Il me semble que fou de désespoir
Il s' engagea un jour dans la légion
Quant à nous deux cette valse musette
Fut le début de notre grand amour
Je t' ai offert un bouquet de violettes
On s' est juré de s' aimer pour toujours
(au refrain)


AU CLUB DU TROISIEME ACHE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

D' pis l' temps qu' alle s' est inscrit
Au club du troisième ache
Alle est toudis partie
In vadroulle in voyache
Pour el vir à s' maison
Faut i téléphoner
Pour printe in rendez-vous
Pour être sûr de l' trouver

Alle est in réunion
Partie in excursion
Si alle est pas partie
Faire einne répétition
Y' a que les mois d' hiver
Qu' in peut l' vir à s' maison
Mais ch' est pour préparer
L' fameuse exposition

REFRAIN :
D' pis l' temps qu' alle est rintrée
Au club du troisième ache
Ch' est fou c' qu' alle a cangé
Au club du troisième ache
I faut vir tout c' qu' alle fait
D' pis l' temps qu' alle est rintrée
Au club du troisième ache
J' trouve qu' alle a rajeuni
D' pis l' temps qu' alle fait partie
Du club du troisième ache

Je m' souviens qu' einne année
Pour s' n' anniversaire
In y avot accaté
Un bieau vélo tout vert
Ch' est à c' t' heure qui n' va pus
Qu' il est là tout rouillé
Qu' alle voudrot monter d' sus
Pour elle s' balader

Elle qui fallot méner
Tout partout in auto
V' là qu' alle peut pus faire
Einne journée sans sin vélo
Elle qui n' avot jamais
Fait pus d' dix mètes à pied
Aujourd' hui pour sin club
Faut vir tout cha qu' alle fait
(au refrain) 

A  c' t' heure ed temps en temps
 El  dimanche à midi
Alle  va au restaurant
Avec  deux trois amis
Jour-là in n' ravisse pas
In  tape dins tous les plats
Mais  seulemint el lend' main
Alle  s' plaint qu' alle n' est pas bien
(au  refrain)

AU TEMPS DES CHERCHEURS D' OR

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Quand j' entends cette musique
Comme dans un rêve elle m' emporte
Tout là-bas en Amérique
Au bon temps des chercheurs d' or

Les colts les ranchs le cheval
Les saloons les jolies femmes
Me font penser à tout ça
Quand j' entends cette musique-là


AVEC UN CAOUTCHOUC

Parole  de Jean-Marie LEFEVRE
Musique de Simon COLLIEZ

J’ai connu Marylou quand j’allos au lycée
Ch’étot la p’tite nana du prof d’Anglais
In étot tous maboul quand alle passot el soir
In tortillant sin tiot pétard
Ch’est elle qui m’a choisi j’sais vraimint pas pourquoi
Mais quand alle m’a dit viens j’étos le roi
Et j’ai du sauter l’pas j’étos pas rassuré
A m’n’orel alle m’a sussuré

REFRAIN :
Avec un p’tit caou
Avec un p’tit cachou
Avec un caoutchouc
Y’a pas d’danger faisons joujou
Avec un p’tit caou
Avec un caoutchouc
Té verras ch’est tout bon
I n’a pas d’quoi s’faire du mourron

Au service militaire in étot tous parel
Pouvoir sortir ch’étot pas d’main la vel
Aussi in a fait l’mur et pour aller in ville
In s’habillot tous in civil
Ch’est là qu’j’ai dégoté einne toute petite mignonne
Qui n’attindot qu’mi pour croquer la pomme
Quand in a fait l’plongeon alle m’a dit attention
J’ai répondu y’a pas d’raison
(au refrain)

Ach’ t’heur mi j’sus papa et j’ai un grand garchon
Qui sort et pis qui rinte tard à l’maison
J’ai du mal à m’y faire j’sus pas trop rassuré
Avec tout c’qui s’dit à l’télé
Y faut dire que l’amour ch’est dev’nu dangereux
Faut printe des précautions pour tous les deux
Mais j’ai été surpris quand min fiu i m’a dit
Surtout pa t’in fait pas pour mi

Avec un p’tit caou
Avec un p’tit cachou
Avec un caoutchouc
Y’a pas d’danger j’peux faire joujou
Avec un p’tit caou
Avec un caoutchouc
Soit rassuré papa
Y’a longtemps que j’utilise cha


    

BEBERT ET BEATRICE
Paroles et Musique de
Simon COLLIEZ

Lui il travaillait à l'usine huit heure durant sur des machine
Dans le bruit l'huile et la poussière ça pour un salaire de misère
Le matin sur sa mobylette en tirant sur sa cigarette
Printemps été hiver automne rien n'arrêtait notre bonhomme
Pour faire plaisir à Béatrice Et lui offrir quelques caprice
Il n'hésitait jamais à faire quelques heures supplémentaires
C'est toujours avec impatience qu'il attendait d'être dimanche
Dans son costume chemise blanche pour sa passion qu'était la danse

REFRAIN
Quand ils arrivaient sur la piste
Les gents disaient place aux artistes
Il savaient jouer de leurs corps
Un mélange de danse et de sport
Quand Bébert changer d'cavalière
Elle voulaient toutes être la première
Les hommes se ruaient sur la piste
Pour être dans les bras d'Béatrice

 

Elle elle était femme de ménage demandé dans tout le village
Toujours aimable et souriante en plus de ça très élégante
Bébert il était très fier  d'elle des compliments qu'on faisaient d'elle
Aussi efficace que rapide les gents disaient de Béatrice
Avec son seau sa serpillère c'est l'Attila de la poussière
Partout ou Béatrice passe c'est la poussière qui trépasse
Elle aussi avec impatience attendait viv'ment le dimanche
Elle sautait dans sa robe blanche car sa passion c'était la danse
au Refrain

(après le refrain pour finir)

Un jour un copain de l'usine prenant sa retraite il invite
Bébert à venir prendre un verre jusqu'a bien tard il fit la fête
Ce jour là Bébert pris une cuite qu'il n'oubliera pas de si vite
Voulant rejoindre sa Béatrice pour le retour il roula vite
Mais voilà en pleine vitesse  le malheureux dans un virage
Fonça avec sa mobylette directement dans un platane
Grièv'ment blessé à la jambe il dut abandonné la danse
Ainsi l'histoire se termine de Bébert et de Béatrice




BESOIN D' ELLE BESOIN DE TOI

Paroles et Musique de Simon  COLLIEZ

Il y a des jours où j' ai envie
De partir m' en aller d' ici
Comme un voleur j' voudrais m' enfuir
Changer d' endroit changer de vie
Je suis prêt à tout foutre en l' air
J' ai comme besoin de changer d' air
J' me sens plus très bien dans ma peau
Tantôt j' ai froid tantôt j' ai chaud

Il y a des jours où je voudrais
Partir m' en aller vivre ailleurs
Voir d' autres gens m' faire d' autres amis
Changer de décors de couleurs
J' voudrais faire le vide dans ma tête
Tout effacer sur la cassette
Je n' sais plus très bien où j' en suis
J' voudrais faire le point sur ma vie

REFRAIN:
Besoin d' elle besoin de toi
Je n' sais plus je ne sais pas
Je n' peux pas vivre sans elle
Je n' peux pas vivre sans toi
Besoin d' elle pour sa jeunesse
Mais de toi pour ta tendresse
Besoin d' elle pour l' amour
Besoin de toi par amour

Il y a des jours où j' m' en veux
Quand je te vois les larmes aux yeux
Car si ma vie est partagée
Mon amour pour toi n' a pas changé
Dans mes bras pour te consoler
Je te promets de l' oublier
Mais dès l' instant où elle est là
Je perds mon courage et ma voix
(au refrain)

j’me sens plus très bien dans ma peau
Tantôt j’ai froid tantôt j’ai chaud
Je n’sais plus très bien où j’en suis
J’voudrais faire le point sur ma vie
Si j’ai besoin d’elle dans la vie
J’ai besoin de toi pour la vie
Car je reviens toujours vers toi
Quand ça va mal quand ça va pas
(au refrain)


C'EST PAS POSSIBLE CA
Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Essaye un peu d'imaginer Paris Roubaix sans les pavés
La télé sans Michel Drucker Les Rollins Stones sans Mike Jagger
Imagine Jean-Pierre Pernod Sans Ev'lyne à la météo
Madame de Fontenay sans chapeau Jeanny Longo sans son vélo
C'est pas possible ça

Imagine un peu un rappeur Aux cheveux longs chemise à fleurs
Ou la Toussaint sans chrysanthème Un film d'amour sans un je t'aime
Essaye d'imaginer Marseille Sans le Pastis sans Cannebière
Ou alors la braderie de  Lille Sans la bière et sans les moules frites
C'est pas possible

C'est comme Roméo sans Juliette C'est Claude François sans ses Claudette
C'est Venise sans amoureux Avignon sans Mireille Mathieu
C'est un mariage sans pétards Les grosse têtes sans Philippe Bouvard
C'est un dimanche sans tiercé  Et les années yé yé sans Johnny Halliday

Imagine le premier Mai  Sans défilé ou sans Muguets
Un match de foot sans CRS Que des bonnes nouvelle dans la presse
Imagine Milou sans Tintin Le cinéma sans Jean Gabin
Ou Popeye sans ses épinard C'est Capri sans Hervé Villard
C'est pas possible ça

C'est Inter ville sans les vachettes Michel Polnareff sans lunette
C'est la foret sans les oiseaux Saint Topez sans Brigitte Bardot
C'est comme Paris sans Tour Eiffel C'est  la Belgique sans Jacques Brel
C'est les Beatles sans Mac Carnet Et les années yé yé sans Johnny Halliday

C'est Renaud sans son ta ta ta Antoine sans son Harmonica
C'est Pierre Bachelet sans les corons Yvette sans son accordéon
Un port de plaisance sans bateaux l'opérette sans Louis Mariano
C'est une fanfare sans tambour la chanson sans Charles Aznavour
C'est Blanche neige sans les sept nains l'été indien sans Joe Dassin
C'est Jéricho sans les trompette Cidné Bechet sans clarinette
C'est jacques Dutronc sans son cigare Laurent Voulzy sans sa guitare
C'est comme Céline Dion sans René et les années yéyé sans Johnny Halliday


 

 

CA DEVAIT FINIR COMME CA
Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Tu es entrée dans ma vie
Je ne m’y attendais pas
De là à changer ma vie
Je n’étais pas près pour ça
L’impression que l’on avait
Et depuis le premier jour
De s’entendre de s’aimer
Se connaître depuis toujours
J’aurais pu pour te garder
Te mentir te raconter
Que j’aurais pu tout quitter
Faire ma vie à tes côtés
Tu me voulais tout à toi
Même si j’ai pu souffrir
J’ai  pas su sauter le pas
J’ai pas pu te retenir
Pour finir
Il m’aura fallu du temps                                      Si j’ai regretté longtemps
Pour arriver à t’oublier                                        De t’avoir laissée partir
Je t’en ai voulu longtemps                                  Tout s’oublie avec le temps,
Avant de te pardonner                                         Seul reste le souvenir .
Qu’est ce que j’étais malheureux                         Tous ces moments de la vie
De te savoir dans d’autres bras                             Que l’on aura partagés,
Même si je sais que nous deux                             Même si tout est fini,
Ca devait finir comme ça                                      Jamais je n’ les oublierai .

Quand je vois tous ces endroits
Où l’on avait rendez vous
Je t’entends je te revois
Me dire qu’on était fous
Malgré  nos deux fois vingt ans
Quand j’allais te retrouver
Tout comme un adolescent
J’avais le cœur qui battait
Mais  je n’oublierai jamais
Ce que tu m’as dit un jour
Qu’après t’avoir aimée
Après avoir fait l’amour
Tu étais comme un jouet
Que l’on range sur l’étagère
Comment as- tu pu penser
Que je n’étais pas sincère


 

CANG’MINT D’EPOQUE

Paroles de Jean-Marie CERF
Musique de Simon COLLIEZ

 

D’pis vingt ans, ein’à ein’, chés fosses all’ z’ont freumé.
Faudrot t’i tourner l’pache, tourner l’dos au passé ?
Surtout pas mes brav’ gins ! mais faut bin l’constater :
Tout duch’mint mais sûr’mint nou viux pays minier
I prind un nouviau qu’min ; chés gins, leu façons d’faire,
Chés mots, chés paysaches, tout est in train d’s’arfaire.
Fini chés gouttes ed jus mon del voisine d’in face,
El tarte à libouli quand ch’tot l’jour de l 'ducasse ;
Fini chés cafougnettes racontées su l’querpion,
Cacoules et comméraches féjant l’tour de ch’coron.
D’nou jours chés gins s’infreument, à l’coïette d’vant l’télé ;
I s’pal’té pu gramint… cang’mint d’mentalité
Cang’mint d’mentalité

 

REFRAIN
Aussi faut rind’ hommache à cheux qui aveuc cœur,
Défindent el patrimoine et l’culture d’chés mineurs,
In parlant cor patois, in euvrant des musées,
In gardant précieus’mint terrils et chevalets,
Aussi faut rind’ hommache à cheux qui aveuc cœur,
Défindent el patrimoine et l’culture d’chés mineurs,
In fêtant cor Sain’te Barpe aveuc plein d’émotion,
Pour n’jamais oublier qu’ch'étot l’corporation.

 

J’intinds des mots achteure, dù qu’ch’est qu’in va les querre ?
Comme ‘E-mail’, ‘pokémon’, ‘cyberpoint,’ ‘fax’, ‘booster’…
Mais pu personne en’ pale ed boulot, ed gaïette,
Ed briquet, ed barette, ou bin d’pain d’alouette.
Ch’est des mots qu’in n’dit pu passe- qu’i n’ont pu d’usache,
Et chés mots qu’in n’dit pu… ch’est la fin d’nou parlache.
Quand l’dernier fiu d’mineur là-haut buqu’ra à l’porte,
Qu’nou patois s’ra sûr’mint devenu ein’ lanque morte,
Quand in aura vu l’bout ed tous chés grands chantiers
In train d’canger l’visache ed l’ex bassin minier,
Là … l’pache al s’ra tournée… i faut s’faire ein’ raison ;
Faut pas s’délaminter…ch’est cha l’évolution .
Ch’est cha l’évolution.
Au refrain

 


 

CE SOIR JE VAIS TE DIRE JE T' AIME

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Les mots qu' on ne dit pas
Parce qu' on a oublié  que quelqu' un les attend
Les mots qu' on ne dit pas
Parce qu' on a oublié qu' il n' est pas loin le temps
Où tous les mots comptaient
Les mots qu' on s' écrivait ceux qu' on disait tout bas
Ceux qui faisaient rêver
Les mots qu' on espérait et qu' on n' entendait pas

REFRAIN:
Ce soir je vais te dire je t' aime
Même si j' ai l' air idiot
Ce soir je vais te dire je t' aime
Je vais redire les mots
Ce soir je vais te dire je t' aime
Rattraper le retard
Ce soir je vais te dire je t' aime
Non il n' est pas trop tard

 

Les mots qu' on ne dit plus
Parce qu' on croit qu' un regard à l' autre suffira
Les mots qu' on ne dit plus
Parce qu' on croit qu' un sourire et l' autre comprendra
Qu' on l' aime encore bien sùr
Mais que la vie recouvre ces moments si précieux
Qu' on l' aime encore bien sùr
Mais qu' à force d' être ensemble jamais on n' est à deux
(au refrain)

Les  mots que je t' ai dit
Au  début de l' histoire au début de nous deux
 Les  mots que je t' ai dits
          Ces  mots que tu entends quand tu fermes les yeux
Qui se sont doucement

Echappés de mon coeur enfuis de ma mémoire
Ecoute je les entends
Viens donne-moi la main redisons les ce soir
(au refrain)


C'EST AUJOURD'HUI  L'ANNIVERSAIRE

Paroles et Musique de Simon  COLLIEZ

Tu avais pour habitude
De venir promener ton chien
Pour te voir j' avais une excuse
Je venais promener le mien
Tous les jours à la même heure
Dans le parc je te retrouvais
Comme un enfant j' avais le coeur
Qui battait quand je te voyais
A force de se saluer
Quelques mots on s' est échangés
Des 'bonjour" aux conversations
Depuis tu portes mon nom

REFRAIN:
C' est aujourd' hui l' anniversaire
Tout comme au premier jour je t' aime
Et pour fêter notre bonheur
Chaque année je t' offre des fleurs
Et si tout était à refaire
De nouveau pour la vie entière
S' il fallait refaire le chemin
De nouveau je prendrais ta main

Et pour remplir notre maison
Tu m' as donné fille et garçon
Ils sont le fruit de notre amour
Qui a grandi de jour en jour
Et quand parfois entre nous deux
Le ciel s' assombrit un peu
Très vite les nuages passent
Pour un ciel encore bien plus bleu
(au refrain)


C’EST TON TRESOR

Paroles de Jean-Marie  LEFEVRE
Musique de Simon COLLIEZ

Un jour comme les autres s’était levé pourtant
Ton coeur s’est mis à battre très fort en la voyant
Tu te serais noyé volontiers dans ses yeux
Comme dans un lagon perdu sous d’autres cieux
Et de courts cheveux blonds entourent un visage d’ange
Plus merveilleux pour toi que tous les Michel -Ange
Et la chapelle sixtine aux Angelots joufflus
Devant tant de douceur ne compte pas non plus

Elle a rempli ta vie de parfums et d’images
Comme si tu partais pour un très long voyage
Vers des terres inconnues des continents perdus
Comme si ton destin ne t’appartenait plus
Et tu t’envoles ainsi comme sur un nuage
En contemplant du ciel de très beaux paysages
Et dans les chutes d’eau aux brumes évanescentes
Tu crois apercevoir la belle qui te hante

REFRAIN :
C’est ton soleil c’est ton trésor
Ton horizon de chercheur d’or
En toi l’aventure sommeillait
Elle seule a su la réveiller
La réveiller

T’imagines sa peau soyeuse et enivrante
Comme les pétales de roses des jardins d’Alicante
Et ses jambes bronzées au soleil de cuba
Visitent les doux rêves que tu ne censures pas
Le réveil est brutal disparues les chimères
Et toi le pauvre hère tu redescends sur terre
Et pousses les aiguilles tel un gentil forcat
Du temps qui te sépare encore de ses bras
(au refrain)


CET ETE JE T’AI REVUE SUR LA PLAGE

Paroles  et Musique de Simon COLLIEZ


Cet  été je t’ai revue sur la plage
Tu  courais le long des dunes sauvages
Tes  longs cheveux dorés 
Jouaient  avec le vent 
Tu  semblais t’amuser 
Comme  une enfant 
Vois  tu sans le savoir
Nous étions revenus 
Tous  deux là où un soir 
On  s’est connus

REFRAIN :
Je sais je n’ai pas toujours été gentil avec toi
C’est vrai tu as déjà bien pleuré à cause de moi
Souvent je t’ai laissée seule pour retrouver les copains
Aujourd’hui je m’ennuie et c’est de toi que j’ai besoin
Vois tu tu es partie je croyais pouvoir t’oublier
De ton amour aussi je croyais pouvoir me passer
Mais depuis cet été quand je t’ai revue sur la plage
Je l’ai enfin compris que près de toi était ma place

Cet été je t’ai revue sur la plage
Tu dormais à moitié nue sur le sable
Je regardais ton corps
Plus joli qu’autrefois
Je me demande encore
Pourquoi
Je t’ai laissée partir
Sans un mot sans rien dire
Je regrette aujourd’hui
A en mourir
(au refrain)


CHA R' EST LOUIS

Paroles et Musique de Simon  COLLIEZ

Quand alle s' lève i est midi
Souvint midi et d' mi
Alle s' assit alle bouge pus
Alle fait qu' lire des revues
Alle fait des mots croisés
Qu' alle est bête comme ses pieds
Pour elle trouver un mot
Ch' est qu' alle a bien du mau
Et alle a belle manière
Pour rester à rien faire
Alle a d' mau tout partout
A sin dos à ses g' noux
Pour aller in balade
Là alle n' est pas malade
Alle est vite préparée
I faut pas l' supplier

REFRAIN :
Qui ch' est qui s' occupe du ménache
De l' lessive et pis du r' passache
Cha r' est Lou Lou Cha r’est Louis
Qui ch' est qui s' occupe de l' popote
Tandis qu' Madame elle alle papote
Cha r' est Lou Lou  Cha r’est Louis
Qui ch' est qui fait tout dins l' maison
Nettoie tout du sol au plafond
Cha r' est Lou Lou Cha r’est Louis
Mais qui ch' est qui demande pas mieux
Que s' femme alle sort là i est heureux
Cha r' est Lou Lou Cha r’est Louis

A rester à rien faire
Alle va ête comme s' mère
Alle va printe des kilos
Dev' nir comme un tonnieau
Alle minche aussi comme quate
Alle est rouche écarlate
Alle s' prive jamais de rien
Mais après cha cha s' plaint
Alle a un arrière train
       I est quate fos comme l' mien
 Au lieu de s' dépinser
Faire du sport s' armuer
In i vot  pus ses yux
Et si cha continue
Alle va querre d' un coup d' sang
Je l' sins d' ichi peu d' temps
(au  refrain)

CHA S' RA TOUDIS DIMANCHE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ
L' semaine passée j' ai gagné au loto

J' ai eu les six bons numéros
Et comme tout cha cha fait un gros paquet
J' calcule commint les dépinser
Pour commincher j' m' acat' rai einne auto
Einne coupée sport tout c' qu' i a plus bieau
Avec m' femme in ira tout partout
Vu qu' à ch' t' heure in aura des sous

REFRAIN:
Cha s' ra toudis dimanche
S' rai toudis in repos
S' rai toudis in vacances
Fini l' boulot

Je m' f' rai bâtir einne grande et belle maison
Y' aura cinq chambres un grand salon
Et pour faire bien y aura deux salles de bains
In haut in bas comme ches gins biens
In s' acat' ra tout c' qui est automatique
In aura einne boîte à musique
Télé couleur in un mot tout l' confort
In s' priv' ra pas in érot tort
(au refrain)

L' jour arrivé m' v' là parti à vélo
Pour aller toucher min loto
Oui mais seulemint au momint d' incaisser
V' là que ch' rével s' met à sonner
J' ai pas gagné au loto
J' n' ai pas les six bons numéros
Min rêve y étot pourtant bieau
Mais j' n' ai pas gagné au loto
J' irai toudis au boulot
Avec m' musette su min dos
Au fait j' y pinse
I faudrot m' dépêcher
Sinon j' vais arriver farcé

In n' est pas core dimanche
Je n' sus pas in repos
J' sus loin d' ête in vacances

J' vais au boulot


CHARLOTTE T' MERE ALLE RADOTTE

Paroles de Jean-Marie LEFEVRE
Musique de Simon COLLIEZ

Ech Dimanche matin-là j' faisos l' grasse matinée
Quand l' téléphone soudain i s' est mis à sonner
Ch' est vrai qu' si j' avos su j' me s' ros jamais lévé
Des jours comme cha té sais vaut mieux rester couché
Dins l' gaz j' ai décroché et j' ai été surpris
Ch' étot m' belle-mère au bout qui poussot des grands cris
In plein mois d' mai pas d' chance i avot neigé tout' l' nuit
Alle s' étot mis dins l' tête ed vouloir faire du ski

Einne demi-heure plus tard alle sonnot à l' maison
Et comme pour faire du ski faut einne combinaison
J' l' ai im' née dins un grand magasin de l' région
Où pendant plus d' einne heure in a fait ches rayons
Tout c' qu' alle a essayé ch' étot trop p' tit  pour elle
Pour mette sin popotin faut plus que XXL
In désespoir ed cause alle a pris un cal' çon
Un vert fluo bien sûr des fos qu' in l' verrot pas

REFRAIN:
Charlotte t' mère alle radotte
J' te jure y' a des momints alle est vraimint pas bien
Charlotte t' mère alle radotte
J' vos d' ichi el' tableau cha va ête rigolo

 

Mais rintrés à l' maison i a fallu l' intraîner
Pour qu' alle aille à Olhain sans s' ridiculiser
Alors sur deux bouts d' planque ch' est mi qui ai dû l' pousser
Dins l' voyette de ch' gardin alle s' est mise à glicher
Arrivée à l' deschinte alle s' est pas vue partir
Et mi bien intindu j' ai rien fait pour l' artenir
Dins ch' l' hayure de ch' voisin alle s' est bien incrinquée
Y' a fallu tros quarts d' heure pour nous l' ardessaquer
(au refrain)

Ed parels émotions cha met in appétit
Et comme avec tout cha in attrapot midi
J' ai décidé tout l' monde qu' i fallot coûte que coûte
Avant de s' mette au sport surtout casser la croûte
Après einne goutte ed' jus et un bon pousse-café
Quand in s' est mis in route i étot trois heures passées
Comme in avot traîné plus qu' i n' aurot fallu
Arrivés à Olhain l' neige alle avot fondu
(au refrain)


CH’ CARILLON
Paroles de René DOUNIAUX
Musique de Simon COLLIEZ

Afin ed faire plus bieau à nou maison
Em’ femme a acaté un carillon
Cha li rappelle quand alle étot pétite
Y ‘avot el même à mon matante Edith
Et ch’est sur les murs de l’salle à minger
Que vite fait bien fait j’te l’ai accroché
Y’a un truc auquel j’avos pas pinsé
Tous les quarts d’heures i s’met à sonner

Un plus ed cha li y’a l’ sonnette de l’porte
J’ai comme la vague impression qu’alle est morte
Alle a rin trouvé d’miux em’ tite chérie
D’mette comme à ch’carillon el même sonn’rie
Et bin cha y’est me v’la frais me v’la bieau
Ach’t’heure  j’ai drot a un sacré duo
Et quand y’a quéqu’un qui sonne à l’maison
I s’met in route in meme temps ch’carillon

REFRAIN
J’réponds au telephone v’la ch’carillon qui sonne
Dig ding Dong
Ej’ ravise el télé s’sus toudis déringé
Dig Ding dong
Même quand in est à tape
Ch’est vraimint insout’nape
Dig Ding Dong
Tout au long de l’semaine
Mes orelles qu’est c’qu’alle prennent
Dig Ding Dong

Et quand des fos y’arrive que j’m’indors
Dins mes rêre ej les intinds incore
In d’sous d’mes yux  i faut vire j’ai des poches
L’docteur m’a dit sur y’a quet-cosse qui cloche
J’avoue ej n’oseros pas  li raconter
Sur qu’a l’asile i me f’rot infermer
Rien que d’y pinser cha me fou l’ bourdon
D’monter dins l’embulance qui fait pin pon
(au refrain)
A Paques a Rome parait qu’les cloches s’in vont
Seul’mint les notes elles  restent à l’maison
Et je n’vous parle pas du rével matin
Qui m’dit narquois aller va au turbin
Em’ femme qui’est musicienne n’a pas pinsé
A un aut’ moyen pour em réveiller
I manqu’rot pus qu’cha equ’ mes compagnons
Qui me fasse léver au son du clairon
(au refrain)

 

 


CH' EST COMME CHA UN COULONNEUX

Paroles de Pascal LARDEUR
Musique de Simon COLLIEZ

I' a d' abord bien cuji sin coin
Just' in plein mi-temps d' sin gardin
Et avec einne paire ed bouts d' bos
I' a monté cha comme un vrai pro
Si té n' as besoin si t 'el caches
N' fais surtout pas l' tour du villache
Dins s' tite résidence secondaire
Il y' est même quand i fait pus clair
Faut vire commint qu' i les bichonne
I les soigne mieux que l' patronne
Quand i z' ont mingé lu mixture
Y' a pus qu' à récurer ches murs
In tout cas à l' intinde parler
Y' a qu' li qui sait les accoupler
Mais si y' a pas grand résultat
I finichent avec des p' tits pois

REFRAIN:
Et ch' est comme cha et ch' est comme cha
Et ch' est comme cha un coulonneux
Et ch' est comme cha et ch' est comme cha
Et ch' est comme cha un coulonneux

El  diminche quand y' a un concours
I  veut pas vire personne dins l' cour
Et  si té tiens pas tin clebard
Il  y' invot un coup d' pied quequ' part
Et  si la mère alle pointe sin nez
Ch'  est de s' faute si sont pas rintrés
Jusqu'  au mi-temps d' l' après-midi
Alle  attind avec sin rôti
Si  té li dit faut voyager
Pour  dire de t' canger les idées
I  t' répondra bin min garchon
Qui  ch' est qui so' n' ra mes coulons
Et  alors là i t' baratine
I  va t' in sortir des tartines
Pour  t' expliquer lu intuition
Lu sins ed l'  orientation
(au refrain)

Mais dins lu z' ailes et dins lu nids
Ch' est quand même bourré d' cochonn' ries
V' là ch' patron couché dins sin lit
I nous fait einne bonne allergie
Si ch' l' infirmière pindant l' piqûre
Alle i consel dins un murmure
D' aller moins dins sin pigeonnier
Là ch' est elle qui s' fait dépleumer

                                  (au refrain)

CH' EST NOEL

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Ch' est Noël pour ech' tiot qui' a pas cuji sin camp
Et qui brait à côté d' ses parints qui sont morts
Pasque la guerre al' n' sait pas c' que ch' est qu' un efant
Pasqu' i' in a toudis un qui veut ete el pus fort

Ch' est Noël pour ch' nénin qui tind s' main et sourit
Pour qui l' pus bieau cadeau s' rot d' avoir à minger
Qui va mourir t' à l' heure tout duch' mint sans un cri
Pasque l' monte i n' sait pas c' que veut dire partager

REFRAIN:
Noël Noël Ch' est Noël tout partout
Ch' est pas Noël pour tous
Noël Noël Ej' voudros pour einne fos
Qu' in vife in paix tertous

Ch' est Noël pour l' vielle femme qui' in finit pas d' vieillir
Qui' a du mau à r' trouver au plus long qu' alle s' rappelle
Einne caresse un mot douche einne baisse ou un sourire
Pasque ses efants n' ont pus l' temps d' s' artourner d' elle

Mais ch' est Noël aussi pour l' femme qui dins un cri
Met au monte un garchon tout au fond d' einne étape
Sin père i' est fin heureux i brait même ed' plaisi
I n' sait pas qu' i verra toutes les milles russes du diape
(au refrain)

Mais ch' est Noël aussi pour ch' pitit orphelin
Qui' a enfin aujourd' hui artrouver el bonheur
Pasque sin nouvieau père vient d' y printe es' tite main
Même si s' main à li alle n' est pas de l' même couleur
(au refrain) 


CH' EST TOUDIS A HUE A HUE

Paroles et Musique de  Simon   COLLIEZ

Tous les jours j' fais d' z' heures supplémentaires
Et pis l' soir j' fais du traval au noir
J' fais des journées d' treize à quatorze heures
Mais seulemint j' comminche à n' avoir marre
Alle ose cor em dire qu' alle n' y arrive pas
Que ch' est difficile toutes ches fins d' mois
J' pourros cor travailler jour et nuit
J' sus certain qu' alle dira cor aussi

REFRAIN:
Ed' pis l' temps que j' vis avec elle
Les seuls mots qu' j' intinds à mes orelles
Ch' est toudis a hue a hue
A hue a hue a hue a hue
Les congés dimanches et jours de fêtes
J' connos pas car pour payer ses dettes
Ch' est toudis a hue a hue
Oui mais seulemint mi j' in peux pus

 

Mes copains i z' ont tous einne auto
Mi j' vais cor à pied ou à vélo
L' dimanche j' les vos partir à l' pêque
Mi j' reste là j' travale comme un bébète
Avec tous les sous que j' ai gagnés
J' sus certain j' auros pu m' acater
Einne maison einne auto tout c' qu' i faut
Avec elle seulemint j' n' ai pas eu d' pot
(au refrain)

Alle acate des bricoles sus ch' marché
Des babioles qui n' serviront jamais
L' maison alle est rimplie d' bibelots
Si seulemint c' qu' alle acate ch' étot bieau
Alle dépinse à tort et à travers
Ch' compte in banque toudis à découvert
Quand j' li dis qu' alle dépinse trop d' argint
Alle répond que j' sus jamais contint
(au refrain)


CH' EST TOUDIS DES FRITES

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

 

Cha fait plus d' vingt-cinq ans
Qu' à c' t' heure ej sus marié
Vingt-cinq ans que l' plat
Du jour i n' a pas cangé
Du lundi au samedi
Et cha d' pis des années
Je n' peux pas dire qu' ichi
L' menu il est varié

REFRAIN:
Lundi ch' est des frites
Mardi ch' est des frites
Bien sùr el' mercredi
Ch' est des frites aussi
Jeudi ch' est des frites
Vendredi ch' est des frites
Bien intindu l' samedi
Ch' est des frites aussi
Il n' y a que l' dimanche
Que l' plat du jour i canche
El' dimanche pour canger
Ch' t' einne assiette d' purée

Ch'  étot l' année passée
J'  étos in déplacement
Je  m' dis tiens pour canger
J'  vais m' payer l' restaurant
J'  ai pris l' apéritif 
Pour  m' ouvrir l' appétit
J'  l' ai tout d' suite eu coupé
Quand l' serveur i m' a dit
(au refrain)

Tous les ans au mois d' août
Ch' est toudis l' même affaire
In va passer einne paire
Ed' jours à mon de s' mère
Jamais un apéro
Là in n' bot que de l' ieau
Tous les jours à dîner
Là j' vous laiche deviner
(au refrain)


CINQUANTE ANS


Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Bien sûr  des p’tits nuages
Ont noirci l’horizon,
Et quelques gros orages
Fait trembler la maison
Mais dans ces moments là,
Malgré  nos p’tites  misères,
T’étais là, j’étais là,
On s’est sortis d’affaires.
Pour la fête aujourd’hui,
Entourés d’nos enfants,
Tout l’monde est réuni,
Les petits et les grands.
A les voir tous danser,
Venir nous embrasser,
On peut être fiers tu sais,
On les a bien élevés

REFRAIN
Cinquante ans, cinquante années,
Faites de grands bonheurs
Et de petits malheurs..
Cinquante ans, cinquante années,
A deux sur l’même chemin,
Sans nous lâcher la main…
Cinquante ans, cinquante années,
Si c’tait à r’commencer,
Ce s’rait sans hésiter.
Cinquante ans, cinquante années,
Le jour de nos noces d’or,
Tu vois, on s’aime encore.

Nos voisines nos voisins,
Sans oublier bien sûr,
Les tantes et les cousins,
Les amis les plus sûrs
Ils sont venus pour nous,
On les a invités,
Ils sont autour de nous
Pour dire leur amitié.
Quand la fête s’ra finie,
Tous les flonflons éteints
Pour le reste de la vie
J’tiendrai encore ta main
Alors si aujourd’hui
Nos têtes vont tourner
Même si ça t’étourdit
Suis moi, on va danser,
(au refrain)


CINQUANTE ANS A S’AIMER

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Nous voilà aujourd’hui
Accompagnant nos parents
Dans cette même mairie
Où il y a cinquante ans
Un oui pour le meilleur
En oubliant le pire
Unissait leur bonheur
Les beaux jours à venir

Rien n’ a changé pour eux
Ils se découvrent encore
Et toujours amoureux
Ils fêtent leurs noces d’or
J’aime les voir heureux la famille réunie
Pour souffler avec eux
Leurs cinquante bougies

REFRAIN :
Ils sont là pour fêter
Leurs cinquante ans d’union
Cinquante ans à s’aimer
De la même passion
Ils sont là pour fêter
Leurs cinquante ans d’amour
Cinquante ans à s’aimer
Du grand et même amour

Souvent sans rien se dire
Un regard leur suffit
Un geste un sourire
Et ils se sont compris
On n’a jamais eu faim
Jamais manqué de rien
Il faisait bon chez nous
Et nous on leur doit tout
(au refrain)


COMME UN ENFANT

(Pour elle j'ai pleuré)
Paroles et Musique de Simon  COLLIEZ

 

Comme un enfant à qui l' on a pris ses jouets
Comme un enfant je l' avoue pour elle j' ai pleuré
En lisant ces mots cruels qui me disaient
Adieu m m adieu

Au dernier rendez-vous elle me disait encore
Je t' aime plus que tout et de plus en plus fort
Et puis voilà que d' elle je reçois ces mots-là
Pourquoi m m pourquoi

Elle me dit de ne pas chercher à la revoir
Elle me supplie aussi de n' pas lui en vouloir
Malgré le mal que j' ai je ne la haïrai
Jamais m m jamais

Comme un enfant qui se blesse en tombant
Comme un enfant qui pleure qui appelle sa maman
Tout comme lui je pleure et je l' appelle
Je l' aime m m je l' aime

Elle me dit que je finirai par l' oublier
Que d' autres filles bien mieux qu' elle sauront m' aimer
Je l' aime trop pour un jour pouvoir l' oublier
Je l' aime m m je l' aime

Comme un enfant à qui l' on a pris tous ses jeux
Comme un enfant je reste seul et malheureux
En relisant ces mots cruels qui me disaient
Adieu m m adieu
En relisant ces mots cruels qui me disaient
Adieu m m adieu


COMMENT FAIRE POUR LA SEDUIRE

Paroles et Musique de
Simon COLLIEZ

 

A la même heure
Au même endroit
Tous les jours elle vient s’asseoir juste face à moi
Comme tous les jours
Pour pas changer
Elle f’ra ses mots croisés jusqu’au prochain arrêt
Je resterai
Sans bouger sans parler
Tout simplement le plaisir à la regarder
Depuis des mois comme ça pourtant si elle savait

Combien de fois
J’ai attendu
Un mot un sourire qui me laisse espérer
Plus de cent fois
J’ai répété
Les mots que je dirai le jour où j’oserai
Comme je m’en veux
D’être aussi maladroit
Parler d’amour faire la cour je ne sais pas
J’ai beau vouloir j’me sens idiot j’y arrive pas

 

REFRAIN
Comment lui faire comprendre
Mais comment faire pour la séduire
Je n’en peux plus de l’attendre
Mais comment faire pour lui dire
Je ne sais pas ne trouve pas
Les mots pour ça

 

Comme j’envie
Tous mes copains
Qui osent tout sans complexe qui n’ont peur de rien
Comme j’aimerais
Leur ressembler
Avoir la force le courage de lui parler
J’ai beau jurer
Me dire que demain
Dés qu’elle arrive dés qu’elle monte dans le train
Je lui dirai  Je ne dirai rien
Au refrain


DERRIERE LE RIDEAU
Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Derrière le rideau si souvent angoissé
Derrière le rideau je me suis demandé
Au moment de paraître  humblement devant vous
« Seront-ils là fidèles à notre rendez-vous ? »
Derrière le rideau soudain je n’ai plus peur
Je me sens rassuré quand j’entends la clameur
De vos voix qui m’appellent en scandant mon prénom
C’est de loin la plus belle de toutes mes chansons

REFRAIN
Sans vous je ne serais pas là
Sans vous qui êtes toujours là
Et nourri de l’amour que vous me témoignez
J’ai compris que ma vie serait de vous chanter
Que sans vous je ne serais pas là
Que sans vous Je ne serais que moi

Derrière le rideau dans l’ombre et le mystère
Je sais qu’en un instant c’est en pleine lumière
Que je viendrai vers vous que vous viendrez vers moi
Je ferme alors les yeux et pourtant je vous vois
Derrière le rideau maintenant je suis prêt
A vous rendre l’amour que vous m’avez donné
Plus rien ne me retient je vais franchir le pas
Ouvrez donc le rideau je suis prêt me voilà
Au refrain

Derrière le rideau épuisé ruisselant
J’écoute les bravos vos applaudissements
J’entr’ouvre le rideau je ne partirai pas
Sans vous dire « je vous aime ! » une dernière fois
Derrière le rideau j’ai laissé mes angoisses
Mes peurs et mes questions ici n’ont plus leur place
Je chante devant vous je chante c’est ma vie
Et c’est pour ça surtout que je vous dis « Merci ! »
Au refrain


 

 

DINS CHES CORONS

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

REFRAIN:
Dins ches corons in est les rois
A l' guiss à l' toupie à cachoire
Aux mapes in fait même des tournois
J' vous l' dis mes gins faut l' vire pou l' croire
Les soirs d' été jusqu' à bin tard
Au pot au minteux aux quat' rois
In jue tout au long d' ches trottoirs
Dins ches corons in est les rois

Dins l' rue saint' Barp' el' nuée d' jones
S' saufent in courant tous au plus vite
L' pauf' viel' femme sus s' porte ronchonne
Y ont cassé un carreau d' vit'
Au coin d' el rue y' a pus personne
In peut arprinte haleine et vite
S' in aller à l' marotte à pronnes
Et in n' in fum' ra einne petite
Mais bin vite i dot décamper
Attention à ch' procès v' là ch' garte
A travers camps i faut s' sauver
Et bien s' mucher jusqu' à c' qu' i parte
Dins ch' rucheau in cache à garnoules
Sans pus s' soucier d' Marie Groette
In racont' même à ches niqu' doules
Qu' alle met ches éfants dins s' musette
(au refrain)

Ech' tiot Raymond y a du toupet
I a loïé ches clinques ed ches portes
D' el mason d' Alfred ech crapé
Et pis chelle d' Amélie ch' cloporte
Et comme i restent face à face
Quand à ches portes in a buqué
Vous imaginez bien l' grimace
D' ches gins d' sus clinque in train d' saquer
Dins ches cités ches HLM
Ches architecs y ont bien du mau
A mette des espaces verts et même
Des bacs à sape et des caillaux
Nou espaces verts à nous ch' est l' plaine
Tout in bas dé ch' terril du trois

L' mare à canards in f' rot einne graine

Si in n' d' vot pus avoir tout cha
(au refrain)


DINS CHES PETITES ANNONCHES

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Alors que s' femme v' not de s' sauver avec un aute
Louis i aurot eu kaire à s' armarier
Seul' mint pour li ête sûr de n' artrouver einne bonne
Louis avant i aurot bien voulu n' essayer

Petite boulotte grande mince i étot pas ravisant
Seul' mint i n' trouvot jamais d' bottine à sin pied
Plein d' espoir dins ch' journal i cachot tout trannant
Chelle qui pourrot avec li faire un bout d' essai

REFRAIN:
Dins ches petites annonches
In a bien du plaisi
In treufe tout c' qu' in veut
Suffit d' bien cacher
Qu' in veuche vinte acater
Ou bien même écanger
Ch' est dins ches annonches
Qui faut raviser
Qu'in veuche einne aute femme
Ou s' in débarrasser
Ch' est dins ch' journal
Qu' o devez raviser
Dins ches petites annonches
In a bien du plaisi
In a queque fos
D' drôles de surprise aussi

Incore jone einne pinsion  d’veuve et bien conservée
Cha sannot bien ête là einne fort bonne affaire
Einne petite lette juste pour i d' mander sin portrait
Avant d' el vir l' ami Louis l' avot d' jà quaire

Louis révot déjà à l' belle petite pouillette
Qu' d' ichi tros quate semaines i allot méner d' vant ch' maire
Si d' ichi à s' temps là alle avot einne sale tête
I aurot eu tout l' temps de l' rinvoyer à s' mère
(au refrain)

Jugez l' surprise quand Louis i a archu chelle lette
In ouvrant ch' l' enveloppe contenant l' fameuse photo
I a r' connu tout d' suite l' figure d' einne drôle de bête
Ch' étot s' n' ex-belle-mère que ch' journal i proposot
(au refrain)


DINS L' NORD ET L' PAS D'  CALAIS

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

REFRAIN:
Dins l' Nord et l' Pas d' Calais
Ch' est gai ch' est gai
D' Berck jusqu' à Malo
Ch' est bieau ch' est bieau
D' Dunkerque à Calais
Ch' est gai ch' est gai
Dins l' Nord fait toudis bieau
Ch' est bieau ch' est bieau


Au mois d' Août chaque année
Ch' est l' même cinéma
Pour bronzer s' arposer
Dù que ch' est qu' in ira
In a mis l' long d' l' année
Trois quate sous d' côté
Et in cache dù aller
Pour les dépinser

 

Bien sûr i a l' côte d' Azur
L' Méditerranée
Mais l' ieau bleue l' ieau si pure
Est bien polluée
I a d' z' indrots i a des moules
Mais si té les goûtes
T' as dins t' bouque un goût d' fioul
Ou un goût d' mazout

 

Si t' as querre l' autoroute
Et dins ches bouchons
Suer à grosses gouttes
J' peux rien min garchon
In prenant ches voyettes
Trois quarts d' heure après
Té pourros faire trimpette
D' sus l' plache du Touquet

 

L’montagne ch’est bieau
L' neiche alle est blanche
Mais monte sur nos terrils
I a pas d' avalanche
Si té vas in Alsace
Pour ech Sylvaner
Reste putôt à Arras
Et bos einne bonne bière
(au refrain)        

A ch' ti qui t' dit qu' dins l' Nord
I pleut sans arrêt
Dis surtout pas qu' i tort
Essaie d' i rapp' ler
Qu' dins sin coin quand cha kait
I faut ête honnête
I sont ravitaillés
Avec des barquettes
(au refrain)

Si i crot cor qu' dins l' Nord
I n' a que des corons
Si i crot ch' est pus fort
Que l' terre ch' est du carbon
Surtout n' y parle jamais
Des dunes du sape fin
Des falaises du Blanc Nez
I s' rot trop contint
(au refrain)


DINS TOUS LES MENACHES

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Dins tous les  ménaches
Y'  a des hauts et des bas
Des  jours où cha va bien
Des  jours où cha va pas
In s' dispute pour un rien
Pour ches tiots pour ech' tchien
In s' dit des mots souvint
Qu' in argrette l' lendemain

REFRAIN 1:
J' sais pas c' que t' as fait pou m' plaire
Quelle conn' rie que j' ai pu faire
Dis donc te f' ros mieux de t' taire
Ch' est bien ti qui est venu m' querre
Plus j' te vos et plus j' vos t' mère
J' in attrape ed l' urticaire
T’es là qu' té critiques em' mère
Quand alle donne là té l' as querre

Quand ch' est bien ch' est d' sin côté
Mais ch' est du mien quand ch' est mauvais

Quand in dit que nous tiots
I sont bien i sont bieaux
Là i répond tout fier
Qu' i tiennent cha ed lu père
Mais par conte à l' école
El jour qu' i sont punis
Alors ch' est des bricoles
Bien sùr i tiennent cha d' mi

REFRAIN 2:
El jour qu' il est in colère
Y' in veut à m' famille intière
J' voudros pas vexer tin frère
Avoue qu' ch' est pas einne lumière
Mais pour aller boire un verre
Là té l' a querre tin bieau frère
Arrête té vas m' faire braire
Tiens té vos j' préfère m' taire

Quand ch' est bien ch' est d' sin côté
Mais ch' est du mien quand ch' est mauvais

POUR FINIR:

Chacun y' a sin caractère
Pourtant si ch' étot à r' faire
In l' arf' rot et sans manière
Car au fond nous in s' a querre


DIS NOUS DU QU’TE VIENS

Paroles  de Jean-Marie LEFEVRE
Musique de Simon COLLIEZ

Cha faisot dix huit coups qu’alle passot sin permis
Mon onc’ i n’a eu marre i y’a dit ch’est fini
Les amis les voisins tout l’monte étot contint
In pouvot arsortir sans qu’alle nous rinte ed dins
In aurot du s’douter qu’alle s’arrêt’rot pas là
Quand Germaine l’a dins s’tête ch’est ailleurs qu’alle l’a pas
Et mon onc’ un bieau jour il l’a vue tout surpris
Arvenir de ch’marqué in voiture sans permis

REFRAIN :
Dis nous dù qu’té viens qu’in t’armène
Germaine Germaine
Su t’mobylette t’étot vraimint super
Avec tin casque t’avos un look d’enfer
Dis nous du qu’té viens qu’in t’armène
Germaine Germaine
Quand in t’a vue avec tin tas d’feral
In a tous dit y’a Germaine qui déral

Arvenu de s’surprise mon onc’ s’est approché
Pour admirer l’carrette qu’alle avot acatée
Mais quand y’a vu l’traval là y’a été s’coué
In a  bien cru que s’pile alle allot disjoncter
Y’avot tell’mint des trous dins chel’ tiote boîte in fer
Qu’in aurot putôt dit un gros morcieau d’gruyère
Avec par chi par là des grands autocollants
Qu’a côté Picasso ch’étot qu’un débutant
(au refrain)

I s’demindot commint qu’ma tante alle allot faire
Pour sortir sin quintal par einne si p’tite portière
Mais y’avot pas compris qu’alle voulot in premier
Qu’i monte à côté d’elle pour allerl’essayer
Quand y’a été assis sur ech’ sièche tout bancal
In aurot dit deux carpes coinchées dins l’même bocal
Mais l’supplice ed mon onc’ i devot s’terminer
Car dins l’côte ed Rimbert ch’moteur il a claqué
(au refrain)


DIS MOI

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

S’il ne reste aujourd’hui
Qu’un peu d’amitié entre nous
Je n’ai pas oublié
Ce qui s’est passé entre nous
S’il ne reste à présent
De nous qu’un simple souvenir
Dis-moi que tu m’aimais
Même s’il te faut mentir

REFRAIN
Dis-moi que tu penses encore à moi
Dis-moi Que t’y penses encore parfois
Dis-moi que tu n’as pas oublié
Les mots d’amour qu’on s’inventait toi et moi
Dis-moi que ce n’était pas un jeu
Dis-moi qu’entre nous c’était serieux
Même si notre amour n’a pas duré
Dis-moi que vraiment tu m’aimais

Chaque nuit c’est pareil
Je ne trouve pas mon sommeil
Le jour je pense à toi
Et la nuit je rêve de toi
Il m’arrive de pleurer
Très souvent quand je pense à toi
Dis-moi que tu m’aimais
Pour la dernière fois
Au refrain


D’L’AUTRE  COTE DU MUR

Paroles  de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Y’a rien à faire y’a rien à dire
J’irai pas r’chercher mes souv’nirs
Avec tous mes ballons crevés
D’l’autre côté du mur
Y’a rien à faire y’a rien à dire
J’entendrai plus les cris les rires
De l’enfant aux cheveux bouclés
D’l’autre côté du mur

REFRAIN :
C’est la vie qui s’enfuit
T’y peux rien c’est la vie
Heureus’ment chaque jour
Y’a l’amour
C’est la vie qui s’enfuit
T’y peux rien c’est la vie
Heureus’ment chaque jour
Y’a l’amour

Y’a rien à perdre rien à gagner
J’dirai plus qu’j’ai perdu aux billes
Pour expliquer mes yeux mouillés
D’l’autre côté du mur
Y’a rien à perdre rien à gagner
J’retrouv’rai plus la première fille
Qui plus qu’les autres m’a fait pleurer
D’l’autre côté du mur
(au refrain)

Y’a rien à craindre a espérer
J’aurai plus peur de ceux qui sont
Plus beaux plus riches mieux habillés
D’l’autre côté du mur
Y’a rien à craindre à espérer
Maintenant je sais ce qu’ils font
J’suis allé voir ce qui s’passait
D’l’autre côté du mur
(au refrain)


DORS MIN TIOT

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Bien sûr , j’t’ai attindu
J’ai longtemps espéré,
Mais j’aros jamais cru,
Jamais imaginé ,
Qu’in si pétit éfant
Puisse faire naite din min cœur
Autant d’étonnement
Et autant de bonheur.

Et pis t’es arrivé
T’as bouleversé nou vie,
Té nous as ravisés,
Et té nous a souri.
Té vos, du jour qu’t’es v’nu
L’monte n’est pus parel,,
I’a eune étoile in plus,
Qui brille dins note ciel .

 

REFRAIN
Dors min tiot, dors min p’tit nénin
Indors-te blotti dins mes bras,
Loin du bruit et loin des tourmints,
Serre tes yux, tin grand- père i’est là. ;
Si l’bon diu i’est toudis d’accord,
I nous reste un long bout d’quémint
Mais avant cha min tiot trésor
I t’faudra dormir jusqu’à d’main.

Tous nos pitits soucis,
Tous nos pitits tracas,
Tout cha qui dins la vie
Fait qu’des coups… cha va pas,
Tout cha, ch’est rien du tout
Quand j’te prinds dins mes bras
Et que t’effaces tout
In riant aux éclats.

J’vais t’ardonner à t’mère,
Alle est plus maniérée,
Mi, j’sais pas commint faire,
J’aros peur de t’casser.
J’t’imbrasse min pitit,
Et té m’souris incore
Cha i est, t’es indormi,
A r’voir min p’tit trésor.
(au refrain)


DU QUE J' RESTOS

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Aujourd' hui quand arrive el soir
Y' a pus personne dins les rues
Ed temps en temps sur un trottoir
In y vot cor deux tros p'tits viux
Ej m' arvos des années in arrière
Quand in s' artrouvot in famile
In passot des soirées intières
A juer aux bidets à l' manile

REFRAIN :
Ch' étot peut-être pas bieau
El coin dù que j' restos
Mais ch' est là qu' j' ai passé
Mes plus belles années
Ch' étot pas l' paradis
Là au pied du terril
Mais j' ai connu le bonheur
Parmi tous les mineurs

Je m' souviens les soirées d'été
Les gins su l' seul ed lu maison
In étot pas pressé d' rintrer
In avot pas l' télévision
Ed temps en temps y' a un voisin
Qui sortot es' n' accordéon
In arprenot tous les refrains
Ch' étot toudis les mêmes canchons
(au refrain)

A l' époque dins tous les corons
Y' avot pas l' confort d' aujourd'hui
In s' lavot tous dins l' même caudron
In a eu des parties d' plaisir
L' hiver pour cauffer tout l' maison
In n' avot qu' un fu au carbon
Tous les matins quand in s' levot
Y' avot de l' glache sur les carreaux

                                  (au refrain)

DU QU' I SONT

Paroles de Guy DUBOIS
Musique de Simon COLLIEZ

Dù qu' i sont tout' s ches compagnies d' mineurs
Qui allotent d' sous terre faire ech' dur labeur
Au pic à l' riv' laine rassaquer ch' carbon
A l' abattache au herchache dù qu' i sont

Dù qu' i sont les mineurs du grand saquache
A l' brouette à front d' talle à l' accrochache
Méneux d' quévaux raccommodeux porions
Nous pères nous hardis taïons dù qu' i sont

Dù qu' i sont les rires d' ches filles à gaillettes
Oubliant leu peines pour einne amourette
Au moulinache ouvrant comme ches garchons
Nous lampistes et leus taillettes dù qu' i sont

REFRAIN:
Dù qu' i sont vous d' mind' ront un jour vous gosses
Les souv' nirs d' ches gins qui allottent à l' fosse
Pus d' chevalets pus d' terrils pus d' corons
O vous lamint' rez aussi dù qu' i sont

Dù qu' i sont toutes ches compagnies d' mineurs
Porions galibots calins ingénieurs

Lampistes filles à gaillettes carrieux d' carbon

Nous terrils nous mollettes dis dù qu' i sont

 

Dù qu' i sont ches bonnes jonnes ed douze treize ans
Au fond pousseux d' barroux aux pieds in sang
Au jour trieux d' cailloux et d' bon carbon
Nous vaillants tiots galibots dù qu' i sont

Dù qu' i sont les Sainte Barbe et les ducasses

Les fiêtes ed' famille les guinces les fricasses
Loin d' ches grèv' s et d' ches accidints du fond
L' tarte à gros bord les canchons dù qu' i sont

Dù qu' i sont les viux corons d' ches mineurs
Dù qu' in partageait insanne les bonheurs
L' amitié s' trouvot su l' seul d' ches maisons
Les bons momints à ch' pignon dù qu' i sont
(au refrain)

I sont rintrés dins l' légende ed nou sièque
A l' fosse nous pères ont souffert ont péri
Leurs dures misères méritent qu' in les respecte
Conservons leurs chevalets et leurs terrils


EINNE BONNE MOUSSE

Paroles de Jean-Marie LEFEVRE
Musique de Simon COLLIEZ

J’ai rincontré l’ami Rémy
Alors qui rintrot d’sin boulot
A s’tête mi j’ai tout d’suite compris
Qu’i’avot eu sin patron su’ l’dos
Alors pour i’armonter l’moral
J’ai pinsé qu’fallot illico
Trouver un truc qu’étot pas mal
Et j’l’ai invité au bistrot

J’ai cuji un estaminet
Dù qu’in peut boire de l’bonne bibine
Dins des verres fabriqués exprès
Pour que l’bière alle flatte nos babines
Et quand j’ai vu min camarate
Avec de l’mousse plein ses moustaches
J’me suis dit j’vais monter in grade
E j’viens d’réussir un sauv’tache
I m’a dit I m’a dit

REFRAIN
Et si in buvot einne bonne mousse
Pour es faire plaisi
Faut surtout pas boire cha su l’pouche
Faut pas l’ingloutir
Qu’alle soit ambrée blonde ou bien rousse
I faut l’siroter
Intre copains boire einne bonne
Cha ch’est l’pied

 

In n’avot pas compté nos d’mis
In n’avot pas compté les heures
Quand l’cabartier i nous a dit
Allez mes fius in ferme à ch’t’heure
Quand in a quitté nos caïelles
Et qu’in s’est r’trouvés su’ ch’trottoir
In étot ronds comme des queues d’pelle
Et in aurot dit deux pochards
I m’a dit I m’a dit
(au refrain)

Nos bergères i nous attindottent
Les bras croisés devant l’maison
In a compris qui nous millottent
In a vu arriver ch’savon
Alors Rémy m’a ravisé
Et pis i m’a dit non de non
Ej’ cros qu’ch’est pas l’momint d’rintrer
In va r’tourner boire un canon
I m’a dit I m’a dit
(au refrain)


EL FILLE A EDOUARD

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

 

 

Tous les sam’dis ch’est là qu’in s’artrouve inne bande ed copains
Inne bande ed copains inne bande ed copains
Et tertous insanne in fait la fête jusqu’au p’tit matin
Jusqu’au p’tit matin
Même qu’in avot pas l’sou  alle nous versot quand même à boire
Nous versot à boire nous versot à boire
Alle nous faijot crédit in payot deux trois mos pus tard
Deux trois mos pus tard

REFRAIN :

Alle étot toudis toudis derrière sin comptoir
Derrière sin comptoir el fille à Edouard el fille à Edouard
Ch’est elle qui vénot toudis  nous servir  à boire
Nous servir à boire l’fille à Edouard

 

Tous les gars du villache étotent fous amoureux d’elle
Fous amoureux d’elle fous amoureux d’elle
I faut dire qu’du canton ch’étot de loin elle el pus belle
De loin el pus belle
Ch’est toudis avec el sourire qu’alle vénot nous servir
Vénot nous servir vénot nous servir
Pour inne baisse sur inne joue in aurot fait les quate cents coups
Fait les quate cents coups
(au refrain)

Un jour in est arrivé y’avot personne dins l’café
Personne dins l’café personne dins l’café
Ch’est qu’alle étot partie in n’a jamais su avec qui
Jamais avec qui
Pourtant in continue d’y aller tous les sam’dis soir
Tous les sam’dis soir tous les sam’dis soir
Un jour alle arviendra ch’est sûr, nous in garde l’espoir
In garde l’espoir
(au refrain)

 

 

 


EJ’CONNOS QUIQU’UN

Paroles de Guy DUBOIS
Musique de Simon COLLIEZ

Fallot- i pas que j’vache fuir min gardin
Carier tous ches sal’tés qui y’avot d’dins
Saquer  sur min louchet comme un perdu
J’ai app’lé em femme et j’y’ai répondu

REFRAIN :
Ej’ connos quiqu’un qui va faire l’affaire
Pour si peu cha n’vaut point l’peine ed’ sin faire
Té n’vas pas ichi v’nir em’ tracasser
J’sais point m’y printe et j’vas core ête usé

 

Cha faijot deux mos qu’alle me churchinot
D’armette in peinture ech’ grand lanternau
Et in y étant l’porte de ch’cagibi
J’peux point j’ai les côtes in long qu’j’y ai dit
(au refrain)

Madame il i fallot eun’ belle pelouse
J’auros poussé l’tondeuse douze mos sur douze
Semer des paquets d’fleurs et n’n’arpiquer
J’m’ai sintu tout faibe et j’y’ai répliqué
(au refrain)

Tous les s’maines ch’est l’corvée d’ches commissions
Faut courir ichi s’querquer d’provisions
In est cholé pas d’plache dins ches parkines
J’min sors cor heureus’mint j’ai eun’ combine
(au refrain)

Hier au soir alle s’prom’not in quémijette
J’ai eu invie ed’ faire eun’ galipette
Comme v’là qu’je l’serros dins mes bras d’Hercule
Alle m’a ravisé et m’a dit arcule

 

Ej’ connos quiqu’un qui va faire l’affaire
Pour si peu cha n’vaut point  l’peine ed’ sin faire
Té n’vas pas ichi v’nir et’ tracasser
Té sais pas t’y printe té vas cor ête usé


EL RECETTE DU SAURET
Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Mi je m’souviens quand j’étos gosse
Des sous i n’avot pas gramint
Min père quand i rintrot de l’fosse
Il allot faire sin p’tit gardin
Un vert d’échalote un radis
Avec inne tartine ed sindoux
In s’régalot mais mi j’vous l’dis
Cha que j’préfèros malgrè tout

REFRAIN
Ch’est pas compliqué ch’est vite préparé
J’vais vous expliquer l’recette du sauret
In n’a pas besoin d’savoir cuisiner
Pour bien préparer l’recette du sauret
I faut pas grand cosse pour  l’réaliser
I faut des pétotes et pis un sauret
I n’in faut pas d’pus pour es’ régaler
Ch’est bon ch’est pas querre l’recette du sauret

 

Et pis l’temps i passe tout duch’mint
In s’marie in a des éfants
L’progrès fait qu’in vit autremint
Mais in n’oublie pas sin jonne temps
Cha m’arrive cor ed temps in temps
2 à 3 , 4 fos dins l’année
Histoire de m’rapp’ler min jonne temps
Même si cha donne soif ed minger
Au refrain
Aujourd’hui i faut ête honnête
Y’a pus b’soin d’savoir cuisiner
In accate tout dins des barquettes
In n’a pus qu’alle faire récauffer
Em’femme  qui’est un vrai cordon bleu
Qui  m’ fait des p’tits plats mijotés
Certains soirs quand in est qu’à deux
Pour s’faire plaisi  alors in fait
Au refrain


EL SOUHAIT D’UN FANTÔME NOIR

Paroles de Jean-Marie CERF
Musique de Simon COLLIEZ

Quand  in rêve ed fantôme,in a des grandes frayeurs.
   Mais  ch’ti qu’j’ai vu l’nuit chi n’m 'a vraimint pas fait peur :
Ses  pieds n’traînot’ pas d’chaines, i n’portot pas d’drap blanc ;
Rhabillé  d’loques ed fosse, i’étot noir comme un fouan.
Ch’tot  l’fantôme d’un mineur qui f’geot s’première sortie,
Edpis  pus d’chinquante ans qu’i étot aux oublis.
I  voulot r’vir ech coin dû qu’i o toudis vécu,
Mais  i r’connaîchot rin et i cachot perdu.
Ti qui es de ch’coron, dis-me  ch’qu’alles sont dev’nues
Ches deux pompes qui d’min temps  donnot’ de l’ieau al rue ? 
In  a modernisé et dins tous ches foyers,
Edpis  pas mal d 'années, l’ieau in l’a su ch’l’évier.
Mais i n’y a pus d’gardin intre ches pavillons ;
A quoi qu’cha peut servir ches  cubes in rang d’ognons ?
Ch’est  des suites ed garaches car tout l’mon’ne a s’n’auto ;
L’gardinache  vous savez, cha n’est pus ch’que ch’étot !
J’n’arrêt’ pas d’m’étonner : jé n’vos pas d’coulombiers,
Alors qu’i a tant d’perchoirs  alintour d’ches qu’minées !
Cha  braf’ fantôme, ch’est d’z’antennes ed télévision.
A  ch’t’heur el cinéma i’est dins toutes ches masons.

 

L’paysache i’a bougé ? Min terri j’l’artreuve pus ;
J’l’aperchevos d’ichi, i s’dréchot vers l’bon diu.
Ches milliers d’tonnes ed schistes, in les a étalés
Pour faire eune autoroute au mitan d’ches camps d’blé !
Ej sus tout in foufelle, cha qu’minche à m’contrarier :
J’n’ai pourtant pas l’bleusse vue, mais l’chevalet du qu’i’est ?
I’a été condamné sans rin avoir fait d’mal ;
Rétalé, cisaillé, i’est parti à l’ferral’ !
 Alors in n’déchind pus, vu qu’i n’y a pus d’molettes ?
Des mineurs i’ in a pus ? In armonte pus d’gaillettes ?
El carbon ch’est fini, ches fosses in n’nin pale pus !
Mais… faut vous r’met’ min braf’, j’vos des larmes plein vou z’iux !

 

Réchuyant es niflette, i f’geot del peine à vir.

Té vos min tiot qu’i m’dit, J’n’aros pas dû r’venir ;
L’progrès i’a té trop vite, i’a tué min passé,
Et j’ai peur qu’ches mineurs seuch’té vite oubliés !
J’artourne dins m’n’univers artreuver mes souv’nirs.
Mais j’voudros faire un vœu juste avant d’arpartir :
Qu’in raconte à ches jones l’histoire ed ches Gueules Noires,
Euss’ qui mérit’té tant d’rester dins ches mémoires.
Là d’sus i’a disparu et jé m’sus réveillé.
Mais ch’qu’i venot de m’dire m’avot turlupiné !
Pour répond’ à sin souhait, jé m’sus mis à l’ouvrache,
Et v’là pourquoi mes gins j’ai écrit chelle tiot’ pache.


EL TRAVAL A L' USINE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Mi j' ai travaillé à l' usine
Pendant vingt ans sur des machines
In deux mots j' vais vous expliquer
L' genre ed gars que j' ai rincontrés
L' usine ch' est comme à l' armée
Y' a les bosseurs y' a les planqués
Et comme ch' est l' chef qui les choisit
I vaut mieux ête bien avec li
Y' a ch' ti qui n' fait rien de l' journée
El soir i dit qu 'il est crevé
Quand il a einne goutte su sin front
Ch' est sûr' mint pas d' transpiration
Y' a ch' ti qui n' sait pas travailler
Ch' est li l' premier à critiquer
El' seule fos qui salit ses mains
Ch' est quand el patron y' est dins l' coin


REFRAIN:
Ch' est cha ch' est cha ch' est cha
Ch' est cha el traval à l' usine
Ch' est cha ch' est cha ch' est cha
Ch' est cha el traval à l' usine
In i rinconte des tas d' bonhommes
Des vieux des grands des bieaux des drôles
Des prétentieux et des minteux
Des ronchons et pis des comiques
Des cons et pis des sympathiques
Ch' est cha el traval à l' usine

Y' a l' chef qui n' arrête pas d' gueuler
Pour un oui ou bien pour un non
Cheux-là souvint j' ai armarqué
I sont pas maîtes à leu maison
Y' a ch' ti qui s' amène el matin
Avec deux trois feulles dins ses mains
Quand el journée alle est finie
Su s' feulle y' a toudis rien d' écrit
(au refrain)
Y' in a pour eux pouvoir dormir
Tous les soirs après leu boulot
I s' in vont faire de l' gymnastique
De l' course à pied ou du vélo
Ch' est pas que l' traval nous fait peur
Mais nous autes après nos huit heures
In est bien contint ed rintrer
Et d' mette nos pantouffes à nos pieds
(au refrain)

POUR FINIR:
Ch' est cha ch' est cha ch' est cha
Ch' est cha el traval à l' usine
Ch' est cha ch' est cha ch' est cha
Ch' est cha el traval à l' usine
Pour tous ceux qui s' arconnaîtront
Quand i vont écouter l' canchon
Y' in a certains i souriront
Mais pour les autes qui s' ront vexés
J' avoue qu' il y a des vérités
Qui sont pas bonnes à écouter


EL TANGO DU TROISIEME ACHE

Paroles de Paul SEBILLE
Musique de Simon COLLIEZ

In a dansé el tango des fauvettes
El tango bleu el tango argentin
I a pus d' tout cha i n' a pus d' bal musette
Ch' est des discos i n' a pus d' musiciens
In dort ed' bout couché su s' cavalière
In fait des slows qui n' in finichent point
Einne main dins s' poche in ferme les paupières
Les gins à ch' t' heure in dirot des pingouins

REFRAIN:
In danse insanne l' tango du troisième âche
Comme à vingt ans les yeux dins les yeux
Du temps passé in arvot les imaches
In rajonnit in est heureux
In s' parle d' amour in fait un bieau voyache
Tros fos vingts ans mais aussi amoureux
Et pour toudis l' tango du troisième ache
Rest' ra l' tango des jours heureux

 

Quand vous veyez in réunion d'famille
Les vieux sont toudis prêts à s' amuser
I font des valses des javas des quadrilles
Ch' est eusse les rois ch' est les maîtes à danser
Y' a pus d' douleurs y n' a pus d' rumatiques
Dommache que l' lend' main in n' sint pus ses gampes
Alors in fait pour s' arposer einne zique
Un tiot tango tout comme au bon vieux temps
(au refrain)

In démandot l' aute fos à un grand-père
A mitan sourd n' ayant pas lon d' cent ans
Cha qu' i faisot el soir avec grand-mère
Pour li s' rapp' ler les momints d' sin jonne temps
Sans hésiter riant tout plein s' moustache
I' a répondu l' air un tiot peu vicieux
Vu qu' je n' peux pus gramint faire em' n' ouvrache
In met l' phono pour faire einne danse à deux
(au refrain)


EL QUAT’ DECEMPE

Paroles de Jean-Marie CERF
Musique de Simon COLLIEZ

Comme tous les jones de s’n’âche, i’a c’minché galibot :
Ch’est dins s’quinzième année qu’i’a dévalé dins ch’tro.

I’a dévalé dins ch’tro comme l’avot fait sin père
Et pindant trente chinq ans i’a eu les mêmes misères.

I’a eu les mêmes misères, chelles ed tous ches mineurs ;
Pus d’eun’ fos par d’zous terre i’a vu v’nir s’dernière heure.

I’a vu v’nir s’dernière heure, mais s’i sin est sorti,
Sin corps i’a té meurtri  tout au fond d’ches gal’ries.

Tout au fond d’ches gal’ries, el poussière avalée
A miné ses poumons : i’a té silicosé.

I’a té silicosé, et d’pus qu’i’est pinsionné,
I fait de l’peine à vir : i n’peut pus respirer.

I n’peut pus respirer, i souf’ comme un martyr.
Ch’étot pourtant un dur, mais… i d’mind’ à partir.

I deminde à partir …sin vœu s’ra exaucé :
I’est mort… el quat’ décempe, comme par un fait exprès .

Comme par un fait exprès, Sainte Barbe l’a soulagé ;
Alle s’étot bin souv’nue qu’i l’a toudis fêtée.

Il l’a toudis fêtée ; s’patronne i l’adorot.
Alle l’a tiré d’affaire pus d’eun’ fos au boulot.

Pus d’eun’ fos au boulot , i’a sorti de s’musette
Pour li faire eun’ grosse baisse eun’ belle tiote statuette,

Eun’ belle tiote statuette qui n’l’a jamais quitté ;
I dijot… « avec elle , i faudra m’interrer » ; !

I’a été interré selon ses volontés :
Sainte Barbe est su sin cœur, ch’est pour l’éternité.


EM’FEMME ALLE A PAS D’POT

Paroles de Jean-Marie CERF
Musique de Simon COLLIEZ

Pour nos trente ans d’mariache in s’a payé l’resto
Mais pour einn’ fos qu’in sort em’femme n’a pas eu d’pot
Not’ souper aux candell’ n’fut pas einn’ réussite
Sûr qu’in aurot miux fait d’soffrir  einn’portion d’frites

D’abord j’l’ai vue blanquir  quand in a eu ch’l’intrée
Alle a eu des haut d’coeur i li’est v’nu einn’ suée
Si in r’poussant s’n’assiette alle fégeot des grimaces
Ch’est qu’su s’feulle ed salate y’avot einn’ tiote limace

REFRAIN :
Pour nos trente ans d’mariache in s’a payé l’resto
Mais pour einn’ fos qu’in sort em’ femme a pas eu d’pot
Not’ souper aux candell’ fut pas einn’ réussite
Sûr qu’in aurot miux fait d’s’offrir einn’ portion d’frites

 

Alle avot r’pris s’n’haleine pour ech plat d’résistence
Mais manifestemint ch’tot pas sin jour ed chance
L’serveur mal immanché i’a rinversé l’saucière
Sur sin caraco blanc qui li v’not de s’grand mère
(au refrain)

Mais l’momint l’plus critique cha été au dessert
V’là pas qu’dins s’coupe ed crème y’avot des éclats d’verre
Alle a du n’n’avaler j’l’invo à l’hôpital
Car quand sin vinte berloque cha tinte comme du cristal
(au refrain)


EM’ FEMME J’L’ARCONNOS PUS

Paroles de Jean-Marie CERF
Musique de Simon COLLIEZ

 

Quand j’étos jonnes marié et qu’alle voulot m’app’ler,
A’m dijot des tiots mots qui m’faijot’ rigoler :
J’étos sin canarien, sin bradé, sin pouchin,
Ou bin es n’épinoque, sin coulon sin lapin.
Achteure minme min prénom, j’cros qu’alle l’a oublié :
Alle connot pus qu’un mot : pour m’app’ler alle fait « hé !

Quand j’étos jonnes marié, l’jour de m’anniversaire
Chétot un évèn’mint, alle savot pas quoi m’faire.
Aujourd’hui ch’est fini, s’mémoire li fait défaut.
Alle ne me l’souhaite pus, J’n’ai pu drot au gatiau.
Si jamais j’li rappelle  que m’fête ch’étot hier,
A’m’dit : « t’n’anniversaire ?ch’tot d’j’à l’année dernière ! »

REFRAIN
Em’ femme j’l’arconnos  pus
Elle qu’i’étot si gentille
Ch’est vrai quand é j’l’ai connus
Alle étot même un peu fragile
Em’femme j’l’arconnos pus
Quand j’dis cha à sin père
I m’dis ravise me min fuit
Té vos té pas l’seul sur la terre

Quand j’étos jonnes marié, si je m’tordos min pied
Tout d’suite a’s’tracassot : »t’as d’mau, min tiot poulet ? »
Si achteure i m’arrife parel mésavinture,
A’m’laiche là su l’quémint, n’s’artourne pas de m’foulure ;
I li prind un fou rire, alle piaule tout comme ein’ glaine :
« Té n’tiens vraimint pus d’bout, té passe tin temps su l’dainne » !
(au refrain)

Quand j’étos jonne marié, in n’dormot pas gramin :
Ej n’in dirai pas d’pus, j’sus sûr qu’tout l’monne comprind !
Aujoud’hui alle s’indort, sans même em’dire bonsoir ;
Et si j’veux l’pochiner, à m’fusile de s’n’oeul noir :
« T’as pas bintôt fini ed faire tes simagrées ?
Si té m’laiches pas dormir ej vas t’faire tin paquet ! »
((au refrain)


EM SOEUR

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

M’sœur quand alle vot dins sin miroir
Qu’alle a un p’tit défaut quèqu’ part
Alors ô dieu ô désespoir
El lend’main alle est su l’billard
A croire qu’alle veut avec sin corps
Rintrer dins  livre des records
Du plus grand nombre d’opérations
Ch’est dins s’tête qu’cha tourne pas rond
Ej s’ros curieux d’savoir sur elle
Cha qu’il li reste ed naturel
S’poitrine sin minton et sin nez
Cha fait dix coups qu’alle les arfait
Du silicone all’ n’est rimplie
Même quand alle queut alle arbondit
Vous allez trouver cha comique
Es’ n’haleine alle sint el’plastique

REFRAIN
Em Sœur alle peut pont s’impécher
D’faire d’la chirurgie esthétique
Et au moin einne fos chaque année
Alle fait un séjour in clinique
Quand y’a quette cosse qui li plait pas
Dins l’heure qui suit  alle n’hésite pas
Un p’tit coup d’fil et ch’est parti
Alle fait appel au bistouri

Alle voulot des lèvres pulpeuses
Pour ête pulpeuses alles sont pulpeuses
I li ont tell’mint armontées
Que cha li bouche les tros d’sin nez
Pour vous dire sans exagérer
Comme alle canche ed tête sans arrêt
Ch’tien après chaque opération
I n’ose pus rintrer à l’maison
Dernièr’mint cha c’est mal passé
Alle marche les bras écartés
Mais à forche ed  faire tirer s’pieau
Alle va r’trouver s’poitrine dins l’dos
El jour qu’alle se f’ra interrer
Ches viers n’auront rien à minger
Si alle se fait incinerer
J’vous dis pas l’couleur de l’fumée


EM BELLE-FILLE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

El jour eq' min garchon
L' a ram' née à l' maison
J' savos pas si ch' étot
Einne fille ou un garchon
I faut dire qu' de l' façon
Qu' alle étot arnéquée
J' sus sûr qu' i' n' a plus d' un
Qui se s' rot fait rouler

Alle avot un blouson
Ed cuir noir su sin dos
Des manches tell' mint longues
Qu' in n' véyot pus ses dogts
Un jean tout déquiré
In i véyot ses gampes
Des bottines à ses pieds
Qui ont fait 39-40

REFRAIN :
Em belle-fille em belle-fille
Alle a tout tout d' un garchon manqué
Em belle-fille em belle-fille
Alle a rien rien rien d' effeminé
Ch' est carrémint l' contrair
L'opposé de m'belle-soeur
Alles ont un point commun
Toutes les deux alles font peur
Em belle-fille em belle-fille
Alle a tout tout tout d'un garchon manqué
Alle a tout tout tout d'un garchon manqué

Quand em femme alle l' a vue
Ed peur alle a crié
Alle n' a queu su sin cul
Ch ' est pour vous dire l' effet
Ch' est vrai que cha surprind
Au tout premier abord
In a cru qu' nou gamin
Il avot viré d' bord
(au refrain)

J' sais pas si ch' est parc' qu' alle
Fait toudis de l' moto
Alle a ses gampes arquées
Ses g' noux qui s' tournent' l' dos
In plus alle a toudis
Dins s' bouque un tiot mégot
In dirot Lucky Luke
I li manque que l' capieau
(au refrain)


EM BELLE SOEUR

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

J' ai einne belle soeur alle passe deux heures tous les matins
A s' pomponner à s' maquiller dins l' salle de bains
Alle met du rouche du gris du noir et pis du vert
In dirot tout un indien su l' sentier d' la guerre

Avec tout l' couche ed peinture qu' alle met su s' figure
In pourrot arfaire les f' nêtes les portes et les murs
Et sans compter du rouche qu' alle met su ses dogts d' pieds
Et ses caveux qui cangent ed couleur sans arrêt

REFRAIN:
Quand alle vient et qu' alle m' embrasse
J' vous assure qu' alle laiche des traces
Em belle soeur
J' ai de l' peinture tout partout
Sur mes caveux dins min cou
Em belle soeur
Alle met tell' mint ed parfum
Qu' alle impeste les voisins
Em belle soeur
I paraît que ch' est d' famille
Ch'est comme cha ed mère in fille
Em belle soeur

Si j' vous disos tout c' qu' alle met dins sin sac à main
Ch' est du parfum du rouche à lèves et du fond d' teint
Quand alle debarque in dirot einne représentante
A elle toute seule ch' est einne parfumerie ambulante

In plus faut vir commint qu' alle s' habille ch' est d' un goùt
A tel point qu' alle se fait armarquer tout partout
Avec sin maquillache et s' n' allure et ses loques
Cha fait moitié clown cha fait moitié cache-à-loques

REFRAIN2:
In s' crorot au carnaval
Quand j' l' aperçois je m' cavale
Em belle soeur
Quand ches gins i parlent d' elle
I l' appellent l' aquarelle
Em belle soeur
J' l' ai aperçue un matin
Sans maquillage sans rien
Em belle soeur
Ej' vous assure qu' à côté
Frankenstein ch' est einne beauté
Em belle sœur


ENVOLE TOI

Paroles de Bertrand  COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Envole toi
Quand la main qui te touche
Est une main qui te bats
Quand posée sur ta bouche
Elle te dis « ne crie pas »
Ne crie pas
Envole toi
Envole toi
Quand tu n’est plus enfant
Que tu deviens désir
Quand tu n’est plus enfant
Que tu deviens plaisir
Ne pleure pas
Envole toi

REFRAIN :
A tire d’aile
Blanche colombe prends ton envole
A tire d’aile
Quitte l’endroit où on te vole
Ton innocence et ton enfance
Envole toi
Envole toi

Envole toi
Quand on brise tes rêves
Quand on brise ta vie
Quand tes plaintes s’élèvent
Du fond d’un cagibi
Ne gémis pas
Envole toi
Envole toi
Quand tu cherches quand même
Dans le regard des grands
Qui est celui qui t’aime
Et qui est le méchant
Ne tremble pas
Envole toi
(au refrain)


ET BLA BLA BLA

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Y' a des femmes lu plaisi ch' est d' tricoter
Et y' in a d' autes ch' est d' faire des mots croisés
Et y' in a même qui font un peu d' gardin
Mais seul' mint chelles-là y' in a pas gramint

Et pis y' a celles dont j' voudros vous parler
Lu seul plaisi à elles ch' est d' critiquer
A parler de tout quand elles savent rien
A dire du mau sur el dos d' lu voisin

A parler d' lu misére et d' lu malheur
Cha leur arrive souvint d' oublier l' heure
Et quand lu bonhomme i rinte à midi
Ch' dîner i n' est pas prêt i n' a rien d' cuit

REFRAIN:
Et bla bla bla (bis)
Ch' est sur el dos de ch' ti-chi ou bien de ch' ti-là
Et bla bla bla (bis)
Y' a pas y' a toudis un p' tit quette cosse qui va pas
Et bla bla bla (bis)
Ch' est du médecin in passant par el pharmacien
Et bla bla bla (bis)
L' instituteur même el facteur tout l' monte i prind

Y' in a même el dimanche qui vont à l' messe
Mais ch' n' est pas l' curé qui les intéresse
Ch' est surtout pour savoir c' qu' i y' a d' nouvieau
Et pour vire c' que chés gins y' ont mis su l' dos
Mon diu ch' ti-là j' l' avos pas arconnu
T' as vu cha comme il a pris un coup d' viux
Et chelle-chi commint qu' alle est arnéqué
Bin si j' étos de s' n' homme j' séros gêné
(au refrain)

Ravisse un peu chelle-là qui s' améne là
As-tu vu cha el belle robe qu' alle a là
Ch' est à s' deminder commint qu' ch' est qu' alle fait
J' comprinds pas commint qu' alle peut y arriver
Ch' est pas avec es' c' que s' n' homme i ramène
Qu'alle peut canger d' toilettes toutes les semaines
Faut vire à s' maison les allées et v' nues
Cha n' m' étonnerot pas que s' n' homme soit co-nnu
(au refrain)


ET CA TOURNAIT

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

C' était au temps de l' accordéon
Au bon temps de la valse musette
Où les filles portaient des jupons
Et les hommes se coiffaient de casquettes
C' était au temps du petit vin blanc
Qu' on allait boire sous les tonnelles
Dès les premiers beaux jours du printemps
Et que revenaient les hirondelles

REFRAIN:
Et ça tournait tournait tournait
Au bon temps de la valse musette
Et ça tournait tournait tournait
A nous en faire perdre la tête
Et ça tournait tournait tournait
Tous les dimanches dans les guinguettes
Et ça tournait tournait tournait
Au bon temps de la valse musette

Si l' on n' avait pas beaucoup d' argent
La vie n' était pourtant pas moins belle
Il faut dire que lorsqu' on a vingt ans
A vingt ans la vie est toujours belle
Fallait pas grand chose pour s' amuser
Pour danser et pour faire la fête
Un simple accordéon suffisait
A nous faire danser des nuits entiéres
(au refrain)

Mais le temps les années ont passées
Et elles ont disparu les guinguettes
La musique le tempo a changé
Pour laisser la place aux discothèques
Aujourd' hui quand passe à la radio
Un p' tit air une valse musette
Il m' arrive d' avoir le coeur gros
Les souvenirs trottent dans ma tête
(au refrain)


ET IN ATTIND
Paroles de René DOUNIAUX
Musique de Simon COLLIEZ

 

Si un jour té décides d'voyager par el train
Ch'est couru d'avanche i va falloir que t'attinds
Eune voix douche alle t'annonche dins les haut-parleurs
Mesdames Messieurs l'départ est retardé d'une heure
Un incident indépendant d'notre volonté
ch'est pas d'bol va falloir poireauter sur el quai
Et ch'est là que té t'démindes in faijant grise mine
Si chaque fos qu'i sont à la bourre i z'ont eune prime

Et in attind et in attind
In a bieau dire in a bieau faire
Cha fait partie du quotidien
Et in attind et in attind
Ch'est toudis l'même refrain
In attind in attind

Quand i t'arrive d'aller consulter tin méd'cin
Faudra un momint avant qu'i t'prenne ch'est certain
In espérant pour ti qu'cha n'est pas eune urgence
Sinon t'as plus vite fait d'appeler l'ambulance
Dins l'salle d'attente y'in a qui manquent ed s'indormir
Mais quand l'docteur arrive personne n'ose rien dire
Mi j'ai enfin compris in y réfléchissant
Qu'in parlant d'ses malates i l'z'appelle ses patients
au refrain
Quand té prinds l'téléphone pour eune réclamation
L'tros quarts du temps ch'est l'serveur vocal qui t'répond
T'intinds dire nous recherchons votre correspondant
I t'répète cha cent fos té peux attinde longtemps
El jour que poireauter cha deviendra un sport
Sûr que nous autes les Français in s'ra les plus forts
Si in pouvot récupérer el temps perdu
Eune chose est sûre in vivrot au moins vingt ans d'pus
au refrain
L'jour qu't'as rendez-vous avec el' fille de tes rêves
In priant pour qu'ches autobus  n'soient pas in grève
Mais té res'tras un momint à faire el poireau
Alle arrivr'a té n'diras rien l'amour ch'est bieau
Et je n'parle pas du bouquet d'fleurs que t'as ram'né
Alle te dira que ch'est pas ses fleurs préférées
In haussant les épaules té pins'ras ch'est certain
J'ai d'la chance alle aurot pu m'poser un lapin
au refrain


ET JE TE DEMANDE PARDON

Paroles de Jean-Marie LEFEVRE
Musique de Simon COLLIEZ

J' avais pourtant bien commencé
Mis les atouts de mon côté
Je peux le dire
Et partout j' étais demandé
Mes spectacles étaient renommés
Je faisais rire
Le clown ne s' est pas aperçu
Que sa famille ne passait plus
Qu' après les autres
Et je n' ai pas compris pourquoi
Ta mère s' est éloignée de moi
Et pour un autre

REFRAIN:
Et je te demande pardon
A toi qui fus ma joie de vivre
Pour qui j' étais son horizon
Qui pleurais quand je rentrais ivre
Et je te demande pardon
D' avoir aussi forgé les grilles
Et ce mur d' incompréhension
Qui conduit au néant ma fille

Et puis un jour oplus de succès
Je n' avais pas su renouv' ler
Mon répertoire
Alors on s' est moqué de moi
Mes faux amis m' ont laissé là
Fini la gloire
C' est dans l' alcool que j' ai cherché
Le prestige que je perdais
Auprès des hommes
Et trop souvent je rentrais saoul
Hurlant ma haine et brisant tout
Petit bonhomme
(au refrain)

De moi tu t' étais détachée
Tu ne pouvais plus supporter
Ma déchéance
Et toi aussi tu es sortie
Tu t' es confiée à tes amis
Et sans méfiance
Et puis ma vie s' est arrêtée
Le jour où je t' ai retrouvée
C' est intenable
Dans une cage d' escalier
Avec une seringue à tes pieds
Je suis coupable
(au refrain)


ET PAN DINS L’LUCARNE
Paroles de René DOUNIAUX
Musique de Simon COLLIEZ

 

Dins min villache in a fondé inne équipe ed football
In a choisi el charcutier pour définte les gayolles
Avec ses cent quarante kilos i n’a pas gramint d’plache
Intre ch’gaillard et les poteaux pour que l’ballon i passe
In défense ch’est pas bête i’a l’croque mort et pis l’percepteur
Et rien qu’in ravisant leus têtes les adversaires ont peur
Allez allez allez in va gagner

REFRAIN
Et pan dins l’lucarne
El gardien i’est battu
Les buts in les compte pus
Et pan dins l’lucarne
In est d’la graine des champions
Ch’est nous les rois du ballon rond

 

Les gardiniers municipaux sont milieux ed terrain
Oui mais sans leus outils comme cha i n’s’y appuieront point
Comme avant centre d’office in a mis el fils du fermier
I queurt toudis après ses vaques il est bien intrainé
A l’aile ch’est pas banal in treuf’ deux bons cacheux du coin
Inne fos  n’est pas coutume ch’est eux qui queurtent comme des lapins
Allez allez allez in va gagner
Au refrain

 

Pour les incourager in a el clup des supporters
Pendant qu’leus favoris i queurtent eux i boivent de l’bière
Dins l’staff  technique in a nommé el benet du canton
Ch’est li l’meilleu à la mi-temps pour couper les citrons
L’intraîneur ch’est l’curé avant l’match i prie à l’église
Comme cha in est bien protégés in prindra pas d’valise
Allez allez allez in va gagner
Au refrain

 


ET SI LES DIEUX N’AVAIENT PAS EXISTE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

REFRAIN :
Et si les Dieux n’avaient pas existé
Si tout n’était qu’une histoire inventée
Par quelques hommes comédiens magiciens
Est-c’que le monde tournerait mieux ou moins bien

Pendant des siecles on aurait cru en eux
Des millions d’hommes seraient morts pour eux
Pour une place meilleure après la vie
Pour une place la haut au paradis
Les soidisant maîtres de l’univers
Les créateurs du ciel et de la terre
Eux qui se disent Pères de tous les hommes
J’ai l’impression moi qu’ils nous abandonnent
(au refrain)

Pourquoi les hommes sont ils aussi méchants
Comment peut on faire mal à un enfant
Quel sacrifice quelle prière faut il faire
Pour que l’amour règne sur cette terre
Est-il normal de mourir à vingt ans
Nos prières ne seraient elles que du vent
A ces appels qui restent sans réponse
On peut parfois se poser la question
(au refrain)

pour finir :
Mais si c’est vrai qu’ils existent vraiment
Si de là-haut  ils me voient ils m’entendent
J’aim’rais leur dire qu’ils se réveillent un peu
Car ici bas le monde a besoin d’eux


ET VIVE MARIACHE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

V' là core un camarate qui s' marie
Core un d' plus qui n' aura pas compris
Que sin meilleur momint sur la terre
Ch' est quand i vivot avec s' mère
Core un qui nous dira qu' à s' maison
Que ch' est li qui porte l' pantalon
Ch' est pas à nous qui fera croire cha
Nous aussi in est passés par là

Au début in rintrant du boulot
I aura s' plache dins ch' fauteuil bien au caud
Alle viendra même li inl' ver ses souliers
Pour i mette ses pantouffles à ses pieds
Mais seul' mint einne paire ed mos plus tard
Cha n' s' ra pus du tout l' même histoire
Quand i voudra ses pantouffles el soir
I ira les querre li même dins ch' placard

REFRAIN:
Et vive mariache
Et vive mariache
Buvons et cantons
Levons nos verres
A la santé
Des jeunes mariés

Tous les dimanches quand i fera bieau
In i d' mandera d' prinde s' auto
Pour conduire belle-maman bieau-papa
Vir mémé tonton ou bien tata
Si jamais i a l' malheur d' arfuser
I a pas fini d' intinte répèter
Que si ch' avot été d' sin côté
I aurot pas hésité à y aller
(au refrain)

D' ichi peu d' temps à chaque occasion
I f' ra tout pour sortir de s' maison
Donner un coup d' main à un copain
Ou dépanner l' auto de ch' voisin
D' ichi qui s' mette à faire du vélo
In prenant comme prétexte qu' i est trop gros
Ou supporter d' un clup d' football
Cha n' m' étonn' rot pas i aurot rien d' drôle
(au refrain)


GEANTS DE MON PAYS
Paroles  de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

La tête dans les brumes écrasant les pavés
En un long serpentin coloré et sonore
Ils tutoient les nuages et leur ronde effrénée
Rythme en fêtes joyeuses la vie des gens du Nord
Tantôt diable enragé ou guerrier chevauchant
Sa monture si fière aux parures dorées
Tantôt dragon licorne au visage effrayant
Bucheron matelot seigneur ou sorcier

REFRAIN
Géants de mon pays aux multiples regards
Géants de mon pays j’ai envie de savoir
Les précieux secrets que vous avez glanés
En approchant le ciel au point de le toucher
Géants de mon pays aux multiples regards
Géants de mon pays j’ai envie de savoir
Si vous êtes les âmes sur la terre envoyés
Pour donner vie à nos rêves les plus insensés
Géants de mon pays aux multiples regards
Géants de mon pays J’ai envie de savoir

Baptisse et sa zabelle Reuze ou bien Cafougnette
Binbin Gayant  Jacquot Matelote et Fifine
Entrainent dans la ronde la famille Molette
Sans oublier Raoul Martin et sa Martine
Par quelle grâce touchés vous animez-vous donc
Pour qu’au son des fanfares fifres et tambourins
Vous ne fassiez alors d’une journée quelquonque
Un souvenir gravé dans mon monde enfantin

REFRAIN
Géants de mon pays aux multiples regards
Géants de mon pays j’ai envie de savoir
Quel esprit torturé vous a donné le jour
Et anime depuis vos corps pourtant si lourds
Géants de mon pays aux multiples regards
Géants de mont pays j’ai envie de savoir
Si les yeux des enfants si grand écarquillés
Atteignent votre cœur dans vos poitrines  d’osier
Géants de mon pays aux multiples regards
Géants de mon pays j’ai envie de savoir

 


GERMAINE ALLE A TOUT POUR PLAIRE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Ch' est in vacances
L' année passée
Qu' j' ai rincontré Germaine
Ch' est in m' prom' nant
Que je l' ai vue
Aussitôt in s' est plu
Alle m' a souri
J' y ai souri
Tout d' suite in s' est épris

REFRAIN:
Germaine alle a tout pour plaire
Un p' tit peu grande un p' tit peu grosse
J' l' ai querre quand même
Germaine alle a tout pour plaire
Alle sait danser alle sait bien boire
Alle sait tout faire
Germaine alle a tout pour plaire
Mais quand alle se met in colère
Avec ses quatre-vingt kilos
In s' artrouverot vite su l' dos

Alle avot mis
Einne belle robe blanque
Mon Dieu qu' alle étot belle
Et mi jour-là
J' avos sorti
M' quémiche à dentelle
In érot dit
Un jonne premier
Tellemint que j' étos distingué
(au refrain)

Et quand j' passos
Devant s' maison
J' véyos qu' alle m' ravisot
Et sans arrêt
J' faisos qu' passer
Rien qu' pour mi l' raviser
A m' souriot
J' y sourios
Mon Dieu que ch' étot bieau
(au refrain)


IN N'A PUS D'SOUS
Paroles de René DOUNIAUX
Musique de Simon COLLIEZ

Si j'tenos l'rigolo qui'a dit l'argint fait pas l'bonheur
Ch'est sûr mes gins que j'li  f'ros passer un mauvais quart d'heure
Quand il a sorti cha i d'vot ête complèt'mint bourré
Ou bien i gagnot pus d'sous qui n'pouvot in dépinser
Pour nous eune chose est sûr tout cha cha nous arriv'ra pas
La vie est dure surtout les vingt cinq derniers jours du mois

In nous prétind que les impôts sont revus à la baisse
Mais mi un pot  ch'est pas assez i m'in faut toute eune caisse
J'me suis rindu compte y'a deux choses qui chutent cha j'vous l'assure
Ch'est le pouvoir d'achat et pis l'hiver l'température
Et je n'vous parle pas du moral qu'in a dins les chaussettes
Je n'sais pas du qu'in va mais in i va tous bille in tête

REFRAIN
In n'a pus d'sous in n'a pus d'sous
Avec tout c'qu'in a à payer
El pognon s'barre vitesse grand v
In n'a pus d'sous in n'a pus d'sous
Même in essayant ed gratter
I reste pus rien dins l'porte monnaie
In n'a pus d'sous in n'a pus d'sous
In nous deminde de s'priver et d'ête patient
De n'pas sin faire cha ira mieux dins cinquante ans

 

Pour les vacances aujourd'hui in s'éloigne pus d'note Eglise
Certains veinards à l'étranger vont poser lus valises
I'in a qui s'contintent de n'faire que des allers et retours
Mais quand i arviennent leus valises alle pèsent gramint moins lourd
Des valises mi aussi j'in ai mais à quoi bon partir
Vers un aute pays surtout quand t'as rien pour les rimplirs
au refrain

Et pan voilà in nous deminde d'arrêter d'fumer
Boire ou conduire aujourd'hui i n'faut même pus i pinser
Surtout que l'carburant devient aussi cher que l'pinard
Et pis l'tabac mes amis il est au même prix que l'caviard
Tout cheux qui on pon du cha i n'on pas à s'inquiéter
I nous disent cher Français faites ce qu'on dit mais pas c'qu'on fait
au refrain


 

I BOT UN D' MI

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

L' aut' jour min bieau frère i s' amène à m' maison
I m' dit comm' cha Marcel ti qui a jamais sorti
Ed' main j' vais à Paris si té veux v' nir viens avec mi
Pinsez qu' j' étos contint mi qui n' sus jamais sorti
Plus loin que min patelin enfin j' allos vir Paris
In visit' ra tous ché musées paraît qu' ch' est bieau à vir
L' lend' main nous v' là partis min bieau frère em' soeur pis mi
O' sommes arrivés sus l' coup d' dix heures ed' mi
El' premier truc à faire i' m dit ch' est d' aller boire in d' mi
Car pour un ch' ti mi c' qui compte ch' est in d' mi

REFRAIN:
Quand in ch' ti mi i est d' sortie
Quoi qui bot à vou avis I bot in d' mi i bot in d' mi
Quand in ch' ti mi i est in nache
Pour s' ardonner du courache I bot in d' mi i bot in d' mi
Et pis l' jour équ' cha va mal
Pour s' armonter sin moral I bot in d' mi i bot in d' mi
Einne pression in jus d' houblon
Quand cha mousse ch' est toudis bon I bot in d' mi i bot in d' mi

Dins l' premier café nous sommes rintrés
In homme in noir et blanc i s' amène sus nous
Et i nous dit comme cha:
"Pour ces M'sieurs Dames qu' est-ce que ce sera?"
Eh bin min tchiot loute te vas nous mette tros d' mis
I' m ravise d' in drôle d' oel i n' avot rien compris
Trente six coups j' ai dû y dire que c' qu' in voulot ch' est tros d' mis
Car pour in ch' ti mi c' qui compte ch' est in d' mi
(au refrain)


I’AUROT P’TET’ PU

Paroles de Jean-Marie CERF
Musique de Simon COLLIEZ

I’aurot p’tête pu ête un artiste
Canter avec des guitaristes
Dins ches salles pousser l’acoustique
Et faire brailler ses fanatiques
I’aurot p’tête pu ête fout’balleu
Dev’nir el meilleu des buteus
Ete acaté par z’étrangers
Et faire fortune avec ses pieds
Ch’est sûr qu’tout l’monde i parl’rot d’li
Et qu’i mén’rot un grand train d’vie

I’aurot p’tête pu ête un ministre
Et pourquoi pas l’premier del’ liste
Faire des promesses dins sin parlache
Ete tout in haut dins ches sondaches
I’aurot p’tête pu juer au tennis
Ete qualifié pou l’coupe Davis
Aclamé à Roland Garros
Et adulé par tous ches gosses
Ch’est sûr tout l’monde i parl’rot d’li
Et qu’i mén’rot un grand train d’vie

REFRAIN :
Mais i’a pas pu ou i’a pas su
L’pire ch’est que d’l’ouvrache i n’a pu
El pédégé l’a licencié
Et i’est chômeu ed longue durée
Mais i’a pas pu ou i’a pas su
L’pire ch’est que d’l’ouvrache i n’a pu
Bien sûr personne en’ parle d’li
Et i mêne eune bin triste vie

 

I’aurot p’ête pu faire du ciné
Pour ches Oscars ête nominé
Dins ches grands films ête el vedette
Ete adoré par chés minettes
I’aurot p’tête pu ête pédégé
Faire des profits à l’étranger
Vouloir l’bonheur d’ches ouvriers
Et pourquoi pas en’ n’imbaucher
Ch’est sûr tout l’monde i parl’rot d’li
Et qu’i mén’rot un grand train d’vie
(au refrain)


IN A TOUDIS S’MAIN
DINS SIN PORTE-MONNAIE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Avant quand in veyot
Arriver el facteur
In n' i tournot pas l' dos
I nous faisot pas peur
L' peu d' courrier qu' in avot
Cha v' not d' einne parinté
D' un mononque d' einne matante
Du villache d' à côté

Mais tandis qu' aujourd' hui
Quand in l' vot arriver
In s' demande toudis
C' qu' i va nous apporter
Quand i nous tind einne lettre
In n' ose pas l' raviser
Tout i passe dins nou tête
Quoi qu' y a core à payer

REFRAIN:
In a toudis s' main dins sin porte-monnaie
Tous les jours in a quet cosse à payer
In nous réclame des sous d' tous les côtés
Sans arrêt in sort sin porte-monnaie

Si ch' est pas sin loyer
Ch' est s' n' électricité
Sin chauffache ou bien s' n' ieau
Ou ses pitits impôts
L' redevance de l' télé
Qui arrête pas d' augmenter
Pour vir que des conneries
Cha pourrot ête gratuit

L' assurance pour ches tiots
Et pis celle de l' auto
Pour bien finir l' année
Y a s' vignette à payer
L' assurance pour l' maison
L' retraite complémentaire
Et je n' parle pas des dons
Qu' in nous demande d' faire
(au refrain)

Avez-vous armarquer
Quand ch' t' à nous à payer
In n' a pas gramint d' temps
Sinon y a dix pour cent
Quand ch' est eux qui nous doivent
In est rimpli d' paprasses
Faut avoir fait du droit
Pour savoir rimplir cha

I manque toudis einne feulle
Qu' in n' a pas rinvoyée
Einne case einne signature
Qu' in a dû oublier
In n' peut même pu rien dire
Quand i font einne erreur
Tout d' suite i nous réplique
Que ch' est l' ordinateur
(au refrain)


IN FOUINANT DINS CH’GUERNIER

Paroles de Jean-Marie CERF
Musique de Simon COLLIEZ

In fouinant dins ch’guernier j’ai r’treuvé des trésors
Comme el viux phonographe d’ma tante Eléonore
I’a souvint grésillé animant ches r’pas d’fêtes
Crachant des charlestons
Des canchons d’Mistinguett
Dépassé par l’progrès ches cassettes ches C D
Y’a longtemps qu’i’est au r’but et qu’i’est dev’nu muet
Ch’est eun’ pièche ed musée qui m’rappelle  em jeunesse
De n’jamais l’bazarder
J’in ai fait el promesse

J’ai aussi r’déniché l’viux moulin à café
Que m’mère intre ses g’noux a si souvint serré
Tous les jours dins l’cuisine j’avos querre sin crincrin
Qui f’geot s’égosiller
Ech mâle ed canarien
Mais l’caf’tière électrique et l’pourette in sachet
Ont fait que li aussi i’est devenu muet
D’li rinte un tiot peu d’vie j’n’ai pas pu m’impêcher
J’ai r’fait les gestes de m’mère
Cha m’a tout artourné
D’li rinte un tiot peu d’vie
J’n’ai pas pu m’impêcher
J’ai r’fait les gestes de m’mêre
Cha m’a tout artourné

Et pis j’ai sursauté quand j’ai vu L’fusil d’guerre
Planqué là paraît-il par em’ n’arrière grand père
Sûr’mint qu’su l’front d’l’Artois il a tiré dins l’tas
Ch’est malheureux à dire
Mais i’a té fait pour cha
Ch’t’un engin diabolique qui tue dins l’monte intier
Mais i’a pas un pays qui voudrot s’in passer
Comme el viux phonographe et l’moulin à café
Ah si tous ches fusils
Pouvot’ dev’nir muets
Comme el viux phonographe
Et l’moulin à café
Ah si tous ches fusils
Pouvot’ dev’nir muets


 IN N'A VRAIMINT NOTE DOSSE
Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Acoutez-nous mes gins , vous  tous les journalistes,
Vous qui êtes si galaffes d’ ragots , d’rumeurs…
Acoutez rédacteurs , chroniqueurs ,  humoristes,
Psycholoques ou  médecins, vous tous les professeurs.
Toudis prêts à nous plainte, toudis premiers à braire,
Vous qui n’avez pas d’mots assez noirs pour décrire,
Note vie si misérape, note vie comme un calvaire,
Note vie si peu inviape, note vie triste à mourir.

In va vous dire eune affaire
Qui devrot pas trop vous plaire
I faudrot comprinte quette cosse
In n’a vraimint note dosse
I a de l’ misère tout partout , in est d’accord avec cha ,
Mais pas plus ichi  qu’ailleurs , oublie nous P.P.D.A

Sautez pas dins l’ premier TGV pour vénir ,
Au moindre faits divers , au premier bruit qui queure ,
In s’ débroulera sans vous , pas la peine d’ courir ,
Ch’est bien gentil à vous , merci du fond d’note cœur.
Si dins vote tiête incore, toudis les mêmes clichés,
Malgré tous nos efforts , berchent vous chervelle findue,
Si ch’est les mêmes décors,dins vou esprit bouché,
Qui vous font croire que l’ Nord est un pays perdu

In va vous dire eune affaire
Qui devrot pas trop vous plaire
I faudrot comprinte quette cosse
In n’a vraimint note dosse
Ch’est d’accord Evelyne Dhéliat, dins l’ Nord i fait jamais bieau
In te l’ deminte  s’il te plaît , n’ parle pus d’nous din t’météo.

 

A ches gins haut plachés , sans imagination ,
Qui pour faire d’ l’audience , pour faire monter les scores
Gagner des spectateurs , ou bin les élections ,
Quand i n’ savent pus quoi dire , s’ mettent à parler  du Nord.
Vous qui pindint d’ z’années n’avez douté d’arien ,
Qu’i avez pinsé pour nous ,décidé d’ nou destin,
In’n’a vraimint assez, in vous armercie bien,
A s’ t’heure faut nous laicher , la suite  nous appartient.

In va vous dire eune affaire
Qui devrot pas trop vous plaire
I faudrot comprinte quette cosse
In n’a vraimint note dosse
Delarue in est d’accord, ichi in est malheureux
Si t’as du mau à tin cœur, va  ailleurs , ch’est suremint mieux !

A cheusses qui pour faire rire ou s’ donner d’ l’ importance,
Pasqu’ i safent pus quoi dire , qu’ i sont à court d’ idées
Imitent note bieau langache , du haut d’ leur suffisance ,
Cheusses qu’ i sont nés  baudet , et sont dev’nus bidet.
Si note lanque alle écorche , vous z’ orelles trop sensipes ,
Ch’est pourtant l’seule  manière, qu’in  a trouvé d’ vous dire,
Qu’in l’garde pas dins nous poche,cha n’ nous est pas possipe,
L’patois in l’a kaire ,il est pas prêt d’mourir.

In va vous dire eune affaire
Qui devrot pas trop vous plaire
I faudrot comprinte quette cosse
In n’a vraimint note dosse
Ch’est pas bieau d’ parler patois, in arviendra pas là d’sus
Si vous voulez pas l’ intinte , n’ nous interrogez pus.

In va vous dire eune affaire
Qui devrot pas trop vous plaire
I faudrot comprinte quette cosse
In n'a vrai mint note dosse


 

IN N’EST JAMAIS COMME I FAUDROT

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Mes amis ravisez me chi
Ech’ tiot pouchin qui s’amène là
Un pouchin comme cha ch’est pour mi
In moins d’deux alle est dins mes bras
Arrête de faire aller tes clés
Pour faire croire que t’as une auto
J’te signale que t’as oublié
D’enlever tes pinse à vélo

Attindez avant d’vous marer
Ej’ n’ai pas dit min dernier mot
D’après un sondache à l’télé
C’qu’alles préfèrent ch’est les rigolos
Si tu crois me faire rigoler
Avec les grimaces que tu fais
Tu sais tu devrais te méfier
Tu pourrais te faire enfermer

REFRAIN :
T’es pas le genre d’homme qu’il me faut
J’préfère les grands forts les costauds
J’veux pas dire que tu es petit
T’approches quand même un mètre et d’mi
In n’est jamais comme i faudrot
In n’a jamais l’genre qui lu faut
In est trop pitit ou trop gros
Mais j’n’ai pas dit min dernier mot

J’vais i sourire avec mes yux
Y’in a pas einne qui’a résisté
Dins deux minutes alle in peut pus
Sous min charme alle va succomber
Dis moi tu t’es bien regardé
T’es parents t’ont vraiment raté
Les filles avec la gueule que t’as
T’as pas dû en avoir des tas

J’vais i dire que j’sus Parisien
Cha cha va i plaire ch’est certain
Et que j’sus venu par ichi
Pour i rincontrer des amis
Alors si toi t’es Parisien
Mon père il est Guadeloupéen
On entend bien à ton parler
Que t’es un gars du Pas- Calais
(au refrain)

J’vais l’inviter à prinde un verre
Et là j’i sortirai l’grand jeu
Et tout in dégustant nous bière
J’li dirai que j’sus amoureux
Maintenant ça suffit comme ça
Prends ton vélo rentre chez toi
Tu vois l’armoire qui nous sourit
Dis lui bonjour c’est mon mari
(au refrain)


JE L’AIME ENCORE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Elle venait d’avoir ses dix sept ans
Elle était fragile comme une enfant
Son regard sa voix que j’aimais tant
Que j’aime encore oh que j’aime encore
C’était le première fille de ma vie
J’ai cru mourir quand elle est partie
Comme un fou je la cherchais partout
Je l’aime encore oh je l’aime encore

REFRAIN :
Ce n’était qu’un baiser
Que l’on s’était donné
Ce soir là j’avais bu
Il faut me pardonner
Non je n’y suis pour rien
C’est elle qui m’a chercher
C’est vrai qu’elle était belle
J’aurais du me méfier
C’était la première fois
Qu’on dansait elle et moi
Je n’l’avais jamais vue
Je n’la connaissais
J’ai eu beau lui expliquer
Qu’elle n’était rien pour moi
Dans ses mains elle pleurait
Elle ne m’écoutait pas

Le jour la nuit partout où je suis
Son image sans cesse me poursuit
Parfois j’entends sa voix qui me dit
Je t’aime encore oh je t’aime encore
J’ai tout essayé pour l’oublier
Avec d’autres filles mais sans succés
C’est toujours elle qui me revenait
Je l’aime encore oh je l’aime encore
(au refrain)


JE ME SOUVIENS DES JEUNES ANNEES

Paroles de Adéodat LARIVIERE
Musique de Simon COLLIEZ

Je me souviens des jeunes années
Quand avec toi j' allais jouer
Nous avons grandi tous les deux
A toujours partager nos jeux
A la marelle au cerf-volant
A la poupée ou au marchand
Nos rires et nos chamailleries
Faisaient le sel de notre vie

REFRAIN :
Je me rappelle le temps passé
Quand avec toi j' allais danser
Et bien vite arriva le temps
Où tu m' as donné deux enfants
Elle a le regard de sa mère
Il sera grand comme son père
Et nous connaissons tous les deux
La joie de vivre des gens heureux

 

Un beau jour tu m' es apparue
Comme ‚trangère presqu' inconnue
C' est alors que j' ai découvert
Dans ton regard une lumière
Plus de marelle ni cerf-volant
Plus de poupée ni de marchand
Interloqué j' ai dù rougir
Mon embarras t' a fait sourire
(au refrain)

Il m' a fallu quelques années
Avant d' oser me déclarer
A bout de souffle le coeur battant
La sueur au front tout bégayant
" Tu sais je t' aime depuis toujours
Tu resteras mon seul amour "
Et ce jour-là je l' ai compris
Fut le plus beau jour de ma vie
(au refrain)


JE N'AI PAS OUBLIE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Je revois la cité
Là où j' ai grandi
Les maisons alignées
Au pied du terril
Aujourd' hui rénovées
Certaines ont disparu
Dieu que tout a changé
Même le nom des rues
Je revois mon école
Mon premier cahier
J' entends toujours la cloche
Qui sonnait la récré
L' école n' a pas changé
Juste un peu transformée
Il reste dans la cour
Les trois vieux marronniers

REFRAIN:
Je n' ai pas oublié
Je n' ai pas oublié
Mon terrain d' enfance
Mon adolescence
Je n' ai pas oublié

Je revois mes copains
Jean Bernard Guy René
Le cinéma du coin
Où l' on se retrouvait
Mais il est remplacé
Par un super marché
Dieu que tout a changé
Dans mon vieux quartier
Je revois mes amours
Première fiancée
Je me souviens toujours
De mon premier baiser
Les premières cigarettes
Qui f' saient mal à la tête
Je revois mes quinze ans
Comme on dit le bon temps
(au refrain)


JE REVIENS

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

On a tous dans le coeur trois accords de guitare
Une chanson en anglais qu' on ne comprenait pas
Une fille en blue jean qu' on a croisée un soir
Un copain disparu que l' on n' oubliera pas

Fumée de cigarettes volutes de tabac
Une écharpe de laine qu' on respire et qui bat
Cette première peur et ce premier émoi
Et les premières larmes que l' on ne comprend pas

REFRAIN:
Ne changez rien pour moi
Surtout n' effacez rien
Je ne regrette pas
Je reviens
Ne changez rien pour moi
Surtout n' effacez rien
Si vous voulez de moi
Je veux bien

Une journée trop grise peut-être trop banale
Un morceau de jeunesse qu' on recouvre de terre
Qui laisse une rancoeur qui dure et qui fait mal
Il y avait sùrement quelque chose d' autre à faire

La première que l' on croit la première qui trahit
Qui reste sur le quai et qui pourtant s' en va
Et la honte doucement remplace le mépris
Je voudrais oublier mais je ne pourrai pas
(au refrain)

Un visage qui jamais ne sera souvenir
Une porte qui claque un escalier grinçant
Et la rage qui donne l' impression de mourir
Evénement futile si même événement

On a tous dans le coeur trois accords de guitare
Une chanson en anglais qu' on ne comprenait pas
Une fille en blue jean qu' on a croisée un soir
Un copain disparu que l' on n' oubliera pas
(au refrain)


JE T' AI DANS LA PEAU

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Moi qui croyais que tu n' étais qu' une aventure
Une histoire d' amour qui serait sans lendemain
Je t' ai dans la peau marquée comme une morsure
Tu es mon rayon de soleil chaque matin

Il me semble vivre avec toi comme dans un rêve
Je n' ai jamais ressenti cela avant toi
Parfois je voudrais te dire à quel point je t' aime
Mais il n' y a pas de mots assez grands pour cela

 

REFRAIN:
Je t' ai dans la peau
Je t' ai dans le corps
Notre amour est si beau
Il est si fort
Je t' ai dans la peau
Je t' ai dans le coeur
Notre amour est si beau
Qu' il me fait peur

 

Moi qui croyais que tu serais comme les autres
Une histoire de plus à raconter aux copains
Je t' aime comme je n' ai jamais aimé personne
Tu es ma raison de vivre et tu le sais bien

Moi qui ne croyais pas beaucoup au coup de foudre
Un regard et me voilà prisonnier de toi
Et aujourd' hui quoi qu' il advienne vois-tu je doute
Que je puisse un jour vivre loin vivre sans toi
(au refrain)


JE T'AIME ENCORE ET TU LE SAIS

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

J' ai retrouvé dans un tiroir
Les lettres que tu m' écrivais
Je n' ai pu m' empêcher hier soir
En les relisant de penser
A tout ce temps à tous ces jours
A tout ce que fut notre amour
Pendant un instant j' y ai cru
T' étais là t' étais revenu
Tout revivait dans la maison
Tu étais là ça sentait bon
De nouveau j' entendais ta voix
Et partout le bruit de tes pas
Je sentais même le parfum
Que tu mettais chaque matin
Tu vois je n' ai rien oublié
Et jamais je ne l' oublierai

REFRAIN:
Je t' aime encore et tu le sais
Et j' ai toujours envie de toi
Il m' arrive même de pleurer
Parfois quand j' ai le mal de toi

Il m' arrive de mentir souvent
A mes amis à mes parents
Quand ils viennent à parler de toi
Qu' ils me demandent comment tu vas
Je leur réponds que toi et moi
C' était hier c' est autrefois
Je sais qu' ils n' en croient pas un mot
Qu' ils savent que j' ai le coeur gros
(au refrain)


JE T' AIMERAI ENCORE

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Même si demain tu peux plus m' voir
Si j' reste planté sur le trottoir
Avec mes valises pleines de r' grets
De mots d' excuses et d' fleurs fanées
Je t' aimerai encore   (bis)

Même si tu n' sais plus mon prénom
Si tu ne sais plus dire que "non"
A toutes mes lettres d' amour
A tous mes appels "au secours"
Je t' aimerai encore   (bis)

REFRAIN :
Quoique tu fasses
Quoique tu dises
Je t' aimerai encore   (bis)
Quoiqu' il se passe
Faut que j' te l' dise
Je t' aimerai encore   (bis)

Même si tu oublies mon visage
Que tu traverses sur mon passage
Si tu débranches ton téléphone
Si tu n' ouvres plus quand je sonne
Je t' aimerai encore   (bis)

Même si tes yeux n' brillent plus
Sur des photos que tu r' gardes plus
Qui finiront dans un tiroir
Avec tes crayons tes mouchoirs
Je t' aimerai encore   (bis)
(au refrain)

Même si tu oublies notre histoire
Si j' suis rayé de ta mémoire
Comme sur ton carnet d' adresses
D' un coup de crayon qui me blesse
Je t' aimerai encore   (bis)

Même si le soir lumières fermées
C' est un autre qui te fait rêver
Un autre qui t' envoie des fleurs
Un autre qui est dans ton coeur
Je t' aimerai encore   bis)
(au refrain)


JE T' ATTENDRAI

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Je t' attendrai jusqu' à la lumière qu' on éteint
Quand la nuit redescend t' enveloppant de satin
Jusqu' à ton souffle court qui meurt et qui revient
Jusqu' à ta main fermée qui serre et me retient

Je t' attendrai jusqu' à la lumière qui te suit
Quand tu te lèves et gommes d' un sourire la nuit
Jusqu' à ta bouche qui mord ma bouche comme un fruit
Jusqu' au fond de tes yeux ce plaisir qui luit

REFRAIN:
Je t' attendrai sans bruit
Je t' attendrai sans pleurs
Craignant de te revoir
Parce que tu vois j' ai peur
Je t' attendrai ici
Je t' attendrai ailleurs
Jusqu' au bout de l' espoir
Jusqu' au bout de mon coeur

Je t' attendrai jusqu' à ta voix qui me rassure
Quand tu chantes mon nom ou que tu le murmures
Jusqu' au mal lui-même qui me paraît moins dur
Jusqu' à la moindre absence de toi qui me torture

Je t' attendrai jusqu' à la peur de t' oublier
Quand je ne te verrai plus même les yeux fermés
Jusqu' à l' odeur de tes cheveux sur l' oreiller
Jusqu' au goùt de ta bouche qui sera effacé
(au refrain)

Je t' attendrai jusqu' à ton pas dans le couloir
Quand j' ai un coup de blues un coup de désespoir
Jusqu' à beaucoup d' alcool jusqu' à beaucoup trop boire
Jusqu' à ces idées folles jusqu' à ces idées noires

Je t' attendrai jusqu' au sourire mais pas le tien
Quand une autre viendra et me prendra la main
Jusqu' au regard complice qui rencontre le sien
Jusqu' à la vie sans toi qui ne me dit plus rien
(au refrain)


JE VOUS AIME

Paroles de Adéodat LARIVIERE
Musique de Simon COLLIEZ

Comme le torrent furieux descend de la montagne
Comme le chant d' un oiseau sur la cime d' un arbre
Comme un enfant qui tend les lèvres vers sa mère
Comme un adolescent fou des amours premières

Comme la brise marine porteuse de parfums
Comme un fleur sauvage sur le bord du chemin
Comme l' abeille ouvrière accablée de travaux
Comme un soleil couchant qui disparaît dans l' eau

REFRAIN:
Je vous aime
Je vous aime
Je vous aime
Je vous aime

Comme la graine qui lève aux beaux jours du printemps
Comme la vigne en automne nous verse son vin blanc
Comme la neige en hiver blanchit le paysage
Comme la terre en été se gorge de l' orage

Je sais la fleur des champs l' oiseau et le rivière
Le grain et cet enfant dans les bras de sa mère
L' abeille et le bon vin la brise et le soleil
Mais vous je vous attends et j' en perds le sommeil
(au refrain)

J' aime vous regarder et je lis dans vos yeux
J' aime vous caresser perdu dans vos cheveux
Je redoute l' instant qui me sépare de vous
Et plus rien ne m' importe qu' un prochain rendez-vous
(au refrain)


J'IN AI MARRE DES CANCHONS D'AMOUR
Paroles et Musique de
Simon COLLIEZ

J'in ai marre des canchons d'amour
Des" je t'aime, j't'aimerai toujours"
J'in ai marre ed ches canchons-là
Qui nous racontent  n'importe quoi
J'in ai marre ed toutes ches histoires
Des qui s'rincontent, des qui s'séparent
Des qui font braire ou bien sourire
Et  toutes ches phrases qui veulent rien dire

J'irai me noyer dans les larmes de tes yeux
Soit qu'alle brait gramint ou li i'est prétentieux
Je traverserai pieds nus tous les déserts
I va cor s'brûler, franch'ment à quoi cha sert
J'offrirai ma vie pour un baiser de toi
I faut ête débile, eune baisse cha n'vaut pas chà
J'irai décrocher la lune pour un baiser
J'intinds des conn'ries mais chelle-là ch'est l'bouquet
au refrain

Tu es la raison qui fait battre mon coeur
El jour qu'alle s'in va, sin coeur i'arrête i meurt
Tu es mon étoile qui éclaire mon chemin
Cha peut ête pratique dins l'nuit quand té vos rien
Je donnerai tout pour être dans tes bras
Un consel d'ami t'carte bleue n'y donne pas
Je déplacerai des montagnes pour toi
I t'in dit eune aute si té cros pas chelle-là
au refrain

J'in ai marre des canchons d'amour
Des" je t'aime, j't'aimerai toujours"
J'in ai marre ed ches canchons-là
Qui nous racontent n'importe quoi
J'ai ai marre ed toutes ches histoires
Des qui s'rincontent, des qui s'séparent
J'in ai marre ed ches histoires-la
Qui finichent par des" la la la"

la la la la la la la la
La la la la la la la la
La la la la la la la la
La la la la la la la la
J'in ai marre des canchons d'amour
Des" je t'aime, j't'aimerai toujours"
J'in ai marre ed toutes ches histoires
Rien n'vaut eune bonne canchon  à boire


 

J’N’AI JAMAIS EU D’CHANCE IN AMOUR

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

L’première je m’souviendrai toudis
Alle m’a bousillé trois bagnolles
Heureus’mint pour mi alle est partie
Avec elle j’in ai vu des drôles
Cats et tchiens y’in a pus dins l’quartier
Ches pauv’ bètes alle z’a écrasé
Même ches gins rintrottent à leu maison
Quand alle arrivot dins ch’coron

REFRAIN :
J’n’ai jamais eu d’chance in amour
Pourtant des femmes j’in ai connu
Al’ n’restent jamais pus qu’dix jours
Après cha je n’les arvos pus
Je n’dis pas cha pour em ‘ vanter
Mais j’ai connu des vraies beautées
J’vais bétot croire que ch’est de m’faute
Car elles se barrent l’eune après l’aute

 

El deuxième sus pas près d’l’oublier
Avec elle cha été vite fait
Pour el peu que j’avos  mi d’côté
Alle a eu vite fait d’ tout croquer
Tout l’argint que j’gagnos dins l’journée
El soir tout étot dépinsé
Alle claquot à tort et à travers
J’étos toudis à découvert
(au refrain)

Des comme cha j’in ai connu gramint
Je n’les compte pas su les deux mains
El dernière J’pinsos avoir trouvé
El femme enfin tant désirée
Pour un coup ej’ n’étos pas d’accord
Et ch’est mi qui l’a mi dehors
Alle voulot qu’in vive avec es’mère
Tant pis j’restr’ai célibataire
(au refrain)


J' PREFERE RESTER CELIBATAIRE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Quand j' vos min bieau-frère
Commint qu' i est arringé
Après cha in s' étonne
Que j' cache pas à m' marier
I in vot d' toutes les couleurs
Par es' femme et ch' est m' soeur
Vous comprenez pourquoi
L' mariache i m' fait peur
In déhors de s' maison
Là ch' n' est pus l' même garchon
I faut l' vir s' amuser
I essaie d' in profiter
Car einne fos qu' alle est là
Ch' est pus du tout l' même gars
I va s' foute dins un coin
I n' bouche pus i n' dit rien
(au refrain)

Alle est sec comme un clou
A peine si alle tient d' bout
J' sus sûr qu' un courant d' air
Cha l' férot querre par terre
In guise d' épouvantal
Là alle f' rot du traval
Tous ches cats ches monieaux
Pus einne bête qui viendrot
Même mi qu' ch' est m' prop' soeur
J' avoue que j' in ai peur
Suffit qu' alle crie un coup
J' mets mes gampes à min cou
Même ech tchien de ch' voisin
Quand i l' vot s' approcher
I s' met à faire el leu
I n' sait pus dù s' jechter
(au refrain)

REFRAIN:
Mi j' in connos pas gramint
Après sept ans d' mariache
Qui m' disent gramint d' bien
Quand i parlent d' lu femme
I leur donnent un surnom
Et i leur donnent avec raison
Ch' est des dragons ch' est des poisons
Ch' est la misère ch' est un calvaire
Quand j' intinds cha
J' préfère rester célibataire

Quand i étot qu' fiancé
Là ch' étot l' grand amour
Mais d' pis l' temps qu' i est marié
Ch' est l' enfer tous les jours
Des p' tits bisous par chi
Des p' tites caresses par là
J' cros qu' cha n' dure jamais bien
Longtemps tous ches jux là
Si seul' mint y' avot qu' li
Qui ménot l' vie qui vit
Je m' diros comme cha
Tiens ch' est p' t-ête de s' faute à li
Comme cha y' a min bieau-frère
Mes copains même min père
Qui m' disent toudis
Ah si j' avos min coup à r' faire
(au refrain)


J' VOUDRAIS T' AIDER J' VOUDRAIS SAVOIR

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Tu rentres de plus en plus tard
Dans le salon tu vas t'asseoir
Tu restes là sans dire un mot
La nuit tu me tournes le dos
Ca fait déjà quelques semaines
Que t'as changé t'es plus la même
Tu es là à broyer le noir
J'voudrais t'aider j'voudrais savoir
T'as beau dire que c'est passager
Que je me fais un tas d'idées
Et que j'ai bien tort d'avoir peur
De croire que notre amour se meurt
Mais avoue que c'est pas marrant
T'en oublies même les enfants
Sais-tu qu'ils sont bien malheureux
De voir c'qui s'passe entre nous deux

REFRAIN:
J' voudrais savoir ce que tu as
J' voudrais savoir ce que j' t'ai fait
Si j' t'ai fait mal sans le vouloir
J' voudrais t'aider j' voudrais savoir
J' sais plus quoi faire j' sais plus quoi dire
J' n'arrive même plus à te faire rire
Tu es là à broyer le noir
J' voudrais t'aider j' voudrais savoir

Si tu savais combien le soir
Comme j'ai peur de n' plus te revoir
Je vais je viens je tourne en rond
Je me pose un tas de questions
Je m'imagine un tas de choses
Ce que je vois me rend maurose
J'ai de nouveau le coeur qui bat
Quand j'entends le bruit de tes pas
(au refrain)

REFRAIN 2:
Allez viens on fait les bagages
Si tu veux on part en voyage
On ira là où tu voudras
J'suis prêt à faire n' importe quoi
Tous les soirs on ira danser
J'te promets qu'on va s' amuser
On ira voir des films marrants
J'veux te voir sourire comme avant
J'sais plus quoi dire j'sais plus quoi faire
Si j'dois te parler ou me taire
J'voudrais te changer les idées
J'veux simplement te retrouver
Je veux t'aimer


LA COURSE AUX CADDIES

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Pour la plupart des gins dès la fin de l' semaine
In r' comminchant l' boulot in n' a qu' einne chose in tête
Ch' est chu qu' on va bien faire dès qu' arrivera l' week-end
Et bin pour mi mes gins faut pas qu' je m' casse la tête
M' femme alle s' occupe d' tout et dès l' vendredi soir
Sitôt que j' passe l' porte in rentrant du boulot
L' liste d' commissions alle m' attind sur ch' l' armoire
Cachez pas après m' femme alle est d' jà dins ch' l' auto

REFRAIN:
M' journée d' traval à peine finie
Qui ch' est qu' arfait l' course aux caddies
Pour pas rater einne promotion
Au pas d' course dins tous ches rayons
Plus que ch' est bieau et moins que ch' est kaire
Qui ch' est qui rate pas einne affaire
Ouais mais à l' caisse quand faut payer
Qui ch' est qui sort sin porte-monnaie
Ch' est toudis Loulou ch' est toudis Lili
Ch' est toudis Louis
Ch’est toudis Loulou ch’est toudis Lili
Ch’est toudis Louis

Quand j' arrife sur ch' parking comme i a pas gramint d' plache
J' deschinds madame à l' porte et mi j' cache à m' garer
L' jour des promotions i faut vir l' dallache
J' fais bien plus d' cinq cent mètres avant d' avoir trouvé
J' cueurs ind' sous de l' pleufe quand j' arrife j' sus noyè
Mais elle est si pressée qu' alle est  déjà partie
Et quand enfin j' l' artreufe je m' fais core ingueulé
Cha r' est pour mi l' averse j' ai oublié ch' caddy
(au refrain)

Je m' demanderai longtemps pourquoi qu' alle fait einne liste
Vu qu' les trois quarts du temps alle l' oublie à l' maison
Faut l' vir dins ch' magasin mi derrière j' suis la piste
J' sus obligé d' courir pour pas l' perte dins ch' rayon
I faut qu' j' attrape l' boîte qui est su l' planque du haut
Ou bin je m' plie in deux pour lire einne étiquette
Pour aller à ches loques faut que j' cueurs comme un sot
D' vant ches boutelles alle passe raite comme einne arbalête
(au refrain)

Sitôt que ch' magasin vind quetcosse d' nouvieau
Ch' est plus fort qu' elle aussi vite alle va l' acater
Alle ravisse pas alle jette alle rimplit min carriot
D' apéros sans alcool et d' fromage allégé
Quand in passe à la caisse alors là ch'est l' bouquet
J' fais un chèque i n' a pour la mitan de m' quinzaine
Je n' vais pas assez vite pour rimplir ches sachets
Alle dit: J' ai pas grand cosse in arvient l' semaine prochaine
(au refrain)


LA DAME EN ROBE BLANCHE

Paroles de Simon COLLIEZ
Musique de Willy TOUBEAU

J' étais venu me balader
Dans ce petit bal de quartier
Histoire de tuer le temps
Je regardais danser les gens
Je ne peux pas te l' expliquer
Mais mon regard fut attiré
Par toi et dès cet instant-là
Mes yeux ne voyaient plus que toi

REFRAIN:
Oh toi ma douce dame en robe blanche
Toi mon amour d' un seul dimanche
D' un soir d' une fin de l' été
Oh toi dans ta robe blanche en dentelle
Tu étais vraiment la plus belle
Et je ne t' oublierai jamais

Mais je n' osais pas t' inviter
Peut-être aurais-tu refusé
Sans doute l' avais-tu compris
Tu es venue et m' as souri
Dans ton regard plein de tendresse
Se cachait un peu de tristesse
Comme moi tu avais besoin
De te confier à quelqu' un
(au refrain)

On a parlé on a dansé
Et quand le bal fut terminé
Chez toi je t'ai raccompagnée
Toute la nuit on s'est aimés
Mais quand apparut le matin
Chacun partit vers son destin
Il ne me reste que de toi
Cette chanson ce refrain-là
(au refrain)

POUR FINIR:
Oh toi ma douce dame en robe blanche
Pour une nuit pour un dimanche
Je voudrais bien te retrouver
Oh toi dans ta robe blanche en dentelle
Tu seras vraiment la plus belle
Non jamais je ne t'oublierai


LA DANSE DU CH' TI MI

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Dins tout l' Nord et tout l' Pas-de-Calais
In intind cha d' tous les côtés
Sur les radios les discothèques
In n' a pus que cha dins nous têtes
Ch' t' einne canchon qui date pas d' hier
Et que cantot toudis min père
Quand il étot in socièté
I faisot l' disque jockey

REFRAIN:
Ajouqu' te
Arliev' te
Frotte et'boudaine
Conte el mienne
Philomène

Et tous les années ch' est pareil
Y' a toudis einne danse nouvelle
Qui vient du Brésil ou d' Afrique
D' Russie ou bien d' Amérique
In a eu l' disco et l' samba
El sirtaqui et l' lambada
Mais y' in a pas einne cha j' vous l' dis
Qui vaut l' danse du ch' ti mi
(au refrain)

Y in a quand i sont sur einne piste
In dirot vraimint des artistes
Cha gesticule comme des vrais viers
Cha tourne à l' indrot à l' invers
Et d' autes in dirot des momies
I s' rotent aussi bien dins lu lit
Car pour danser l' danse du ch' ti mi
Faut pas ête indormi
(au refrain)


LA MAISON DE MES SOUVENIRS

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

La maison où je suis né
Et la chambre où j’écoutais
Le matin en me levant
Les oiseaux chanter
Les oiseaux chanter
Ce grand bois où on allait
Anne et moi se balader
Tous ces arbres où je grimpais
Que c’est loin tout ça
C’était beau tout ça

REFRAIN :
Rien rien
Il ne reste rien
Que des murs de béton
Que des routes et des ponts
Où est elle la maison
Où j’aimais revenir
Il ne me reste plus que le souvenir

Ce ruisseau où l’on pouvait
Dans l’eau claire se baigner
Aujourd’hui trop polluée
Pour se regarder
Pour se regarder
Ce chemin qui traversait
Tous ces champs et tous ces près
Vers l’école nous conduisaient
Que c’est loin tout ça
C’était beau tout ça
(au refrain)

Souvent je revois grand-mère
Les longues soirées d’hiver
Devant la grande cheminée
Elle tricotait
Je la regardais
Les histoires que Grand –Père
Nous racontait de sa guerre
Le soir quand il me couchait
Je les connaissais
Mais je l’écoutais
(au refrain)


LA MANIAQUE DU TELEPHONE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Je l’ai rencontré par hasard
Un jour en rentrant dans un bar
Mais j’aurai mieux fait ce jour-là
De ne pas sortir de chez moi

Je la regarde elle me sourit
Surpris je lui souris aussi
Doucement elle s’est approchée
C’est là que tout a commencé

On a parlé un peu de nous
Puis l’on s’est donné rendez-vous
Mais voilà depuis ce jour-là
Elle m’appelle elle n’arrête pas

REFRAIN
C’t’une maniaque du téléphone
Elle passe son temps elle est folle
Au téléphone
Elle m’appelle sans arrêt
A toute heure de la journée
Elle téléphone
Elle m’appelle pour ne rien dire
Simplement pour le plaisir
Elle téléphone
Elle m’appelle jour et nuit
J’entends toujours la sonnerie
Du téléphone
J’vais faire mettre un répondeur
J’s’rais libéré qu’el bonheur
Du téléphone
Ou alors me faire rayer
De la liste des abonnés
Du téléphone

Elle m’appelle même au bureau
Pendant les heures de boulot
Mais si elle continue comme ça
J’suis bon pour l’agence de l’emploi

Je crois que j’ai tout essayé
Tout fait pour m’en débarrasser
Elle comprend rien je deviens fou
J’sens que j’vais faire un mauvais coup
Au refrain


LAICHEZ NOUS NOS TERRILS

Paroles de Bernard BOURGEOIS
Musique de Simon COLLIEZ

J' ai pas été à l' fosse
Min père y' a pas voulu
Mais j' ai d' maux à min coeur
Quand je m' promène dins l' rue
Avant in y véyot
Haut et majestueux
Einne montagne ed caillos
Un souv' nir pour chés vieux

Et voilà qu' in s' inliève
Paraît qu' in in a d' trop
Mais pour chés vieux mineurs
Ch' est comme un coup d' coutieau
Ch' tot des tonnes ed sueurs
Des milliers d' Galibots
Et pis ch' pain d' alouette
Avec ech vieux boutlot

 

REFRAIN :
Laichez nous nos terrils
Laichez nous nos terrils
Cha fait partie du paysache
Ch' est toute l' histoire ed nos gueules noires
Ch' est à nos taions à nos pères
Qui ont armonté cha d' sous terre
Laichez nous nos terrils
Laichez nous nos terrils
Plus tard ch' est sur des cartes postales
Qu' in expliquera à nos gosses
C' que ch' étot que chés grosses montagnes
Armontées du fin fond de l' fosse

Et pour nos p' tits éfants
Quoi qui va leu rester
Du souv' nir d' einne époque
Même pas un chevalet
Ch' terril ch' t' un monument
A la gloire du mineur
Et pis aussi de s' femme
Qui attindot dins l' peur

Pour ceux qui ont souffert
Pour qu' on allume sin fu
Pour ceux qui sont restés
Qu' in a jamais arvus
I faut leu rinde justice
A ceux qui ont trimés
Et qui voient leur terril
Tout duch' mint s' in aller
(au refrain)


L’COULEUR

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Té vos j’sais pas pourquoi mais j’t’ai plus querre qu’hier
L’nuit chi j’ai mal dormi j’ai busié artourné
Dins m’tête des tas d’idées ech’ matin j’sus pas fier
Mais j’ai quettecosse à t’dire et i faut m’acouter
I’a fort longtemps té sais que prenant l’main d’eune file
J’ai eu min cœur poché avec tant d’émotion
J’sus fier que té seuches là te l’dire ch’est difficile
Alors j’ai pris eune feule et j’ai pris min crayon

REFRAIN :
El couleur cha n’existe pas
Dins min cœur cha n’existe pas

J’voudros t’dire que les hommes n’ont pas gramint d’mémoire
Cheusses qui parlent aujourd’hui cheusses qui critent l’ pus fort
Sont sur’mint pas z’éfants d’cheussent qui ont fait l’histoire
Cha n’dot pas ête pour eux que tant d’gins i sont morts
J’voudros t’dire que j’sus là qui faut pas avoir peur
Qu’té peux compter sur mi que j’saurai t’protéger
Ch’est drôle qu’i n’na qui pinsent à t’app’ler « pétit beurr »
Mi j’ai invie de t’dire min p’tit café au lait
(au refrain)

Té vas grandir min nain et cha s’ra pas facile
Sur’mint core moins pour ti que pour les z’autes z’éfants
Té pins’ras moins à mi té d’viendras eune jone file
Mais mi j’pourrai jamais oublier min bout d’zan
I’ont ti vu tes grands yux tous cheusses qui parlent ainsi
I t’ont ti acouter avant d’dire ch’est mots là
N’leur réponds surtout pas té leur f’ros trop plaisi
Serre m’main n’aie pas peur et appelle me « papa »

Té vos j’sais pas pourquoi mais j’t’ai plus querre qu’hier
Té m’imbrasses in riant et j’ai bel à m’forcher
J’arrive pas à trouver l’mal que té pourros faire
J’arrive pas à pinser qu’t’arprésinte un  danger
(au refrain)


LE TROU LA LA DE MARGUERITE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

REFRAIN:
Margurite Marguerite
Ce n' est pas beau ça n' se fait pas
De montrer son p' tit trou la la
Marguerite Marguerite
Ta mère te l' avait défendu
D' montrer ton (trou la la itou)
(pour finir) D' montrer ton petit jupon blanc

Non non au bois elle n' ira plus
Marguerite Marguerite
Sa maman lui a défendu
D' y aller car elle
Fait trop joujou avec son
Trou la trou la trou la lère
Trou la trou la trou la la
Trou la trou la trou la lère
Trou la trou la la itou

Je l' ai encore aperçue
Marguerite Marguerite
Avec Pierrot dans la rue
Elle était toute fière
De lui montrer son petit
Trou la trou la trou la lère
Trou la trou la trou la la
Trou la trou la trou la lère
Trou la trou la la itou
(au refrain)

Ca fait jaser dans l' pays
Marguerite Marguerite
On dit que tous les gars d' ici
Que chacun un jour a vu
Ou caressé son
Trou la trou la trou la lère
Trou la trou la trou la la
Trou la trou la trou la lère
Trou la trou la la itou

Quand elles sont entre copines
Marguerite Marguerite
Ce qu' elles font on le devine
C' est à celle d' entre elles
Qui aura l' plus beau
Trou la trou la trou la lère
Trou la trou la trou la la
Trou la trou la trou la lère
Trou la trou la la itou
(au refrain)

L' autre jour à la rivière
Marguerite Marguerite
Elle se baignait dans l' eau claire
Elle était toute nue
Et elle lavait son petit
Trou la trou la trou la lère
Trou la trou la trou la la
Trou la trou la trou la lère
Trou la trou la la itou

Avec elle ne jouera plus
Marguerite Marguerite
Avec on n' la verra plus
Sa mère en colère
C' matin lui a cousu son
Trou la trou la trou la lère
Trou la trou la trou la la
Trou la trou la trou la lère
Trou la trou la la itou
(au refrain)


LE VIDE QUE TU VAS LAISSER

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Te voilà femme maintenant
Pour moi tu restes mon enfant
Je revois ta mère te bercer
Le jour la nuit quand tu pleurais
Quand tu venais sur mes genoux
Quand tu t' accrochais à mon cou
Je te racontais des histoires
Tu riais t' étais belle à voir
C' est ton frère qui va s' ennuyer
Je crois que tu vas lui manquer
Il aimait tant te taquiner
Histoire que tu lui cours après

REFRAIN:
Bien sùr que tu nous écriras
Que très souvent tu reviendras
Où que tu ailles où que tu sois
Jamais tu ne nous oublieras
Mais rien ne pourra remplacer
Le vide que tu vas laisser
Nous resterons ta mère et moi
Seuls à penser souvent à toi

 

Je crois que ta mère va pleurer
Quand tu vas lui annoncer
Tu étais pour elle une amie
Tu lui confiais un peu ta vie
Elle revivait à travers toi
C' qu' elle s' imaginait autrefois
Si parfois elle t' a fait pleurer
Ce n' est que pour ton bien tu sais
(au refrain)

REFRAIN2:
Toi aussi un jour tu verras
Un jour on s' en reparlera
Quand les enfants que tu auras
Te quitterons tu comprendras
Que rien au monde peut remplacer
Le vide qu' un enfant peut laisser
Ce jour-là tu te souviendras
De ce que disait ton papa


LEA

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Déjà le jour où t’es venue
T’es arrivée plus tôt qu’prévu
Sans doute avais tu décidé
Le jour où tu arriverais
Tu sortais du ventre de ta mère
T’avais déjà ton caractère
Pour ça je n’m’en fais pas pour toi  Léa

Je ne voulais pas être vieux
Quand naitraient mes petits enfants
Pour pouvoir partager leurs jeux
Profiter de tous les instants
Je veux vous voir un peu grandir
Connaître un peu votre avenir
J’espère connaître tout ça Léa

Refrain
C’était mon rêve le plus cher
Que ta mère vienne m’annoncer
Papa tu vas être grand père
Fille ou garçon je m’en fichais
J’étais bien loin d’imaginer
La joie que tu apporterais
Toi si petite dans mes bras
Tu m’auras fait pleurer Léa

Mais quand certains viennent me dire
Que ça vieillit d’être grand père
J’avoue que ça me fait bondir
Moi je le suis et j’en suis fier
Tous ces gens- là passent à côté
D’un bonheur qu’on n’peut expliquer
Moi je connais ce bonheur- là Léa

Car quand on arrive à un age
Où le plus long est déjà fait
Que les enfants sont en ménage
Qu’on voit les années défiler
Quand arrive un petit enfant
C’est une nouvelle vie qui reprend
Moi c’est reparti avec toi Léa


LES MAINS D’DOPHINE

Paroles de Jean-Marie CERF
Musique de Simon COLLIEZ

Quand alle étot tiote file, aveuc ses longues mains fines,
Alle aurot sûr’mint pu juer du piano Dophine,
Mais dins ches années-là, comme les copines de s’nâche,
Sitôt finie l’école, alle s’artreuve au criblache,
Et ses mains ed pianisse sont dev’nues mains d’trieusse,
Machuquées, crevassées, in hiver souvint bleusses,

Dophine a quitté l’fosse du jour qu’alle s’a marié ;
D’pis qu’i’étot galibot es n’homme l’avot z’yeutée .
Alle attrape vite tros gosses, ch’est pon eine mince affaire :
Toudis d’bout el première, toudis couquée l’dernière.
Et arv’leusse comme alle est, pour rind’ sin nid bénache.
Ses mains d’fimme ed mineur sont toudis à l’ouvrache.

Pour s’occuper de s’n’homme, de s’mason, d’ses infants,
Comme alle a fauque deux mains, cha li prind tout sin temps.
El peu d’répit qu’alle a, ch’est pour racommoder,
Rapiéch’ter, flamiquer, rar’mint pour voisiner.
Quand l’soir est arrivé et qu’alle est bin réhue,
D’avoir ouvré tout l’jour ses dogts n’in peut’té pus

Ches années ont passé ; dins l’mason d’pinsionné,
Achtheure qu’i’a moins d’ouvrache alle pourrot s’arposer.
Mais comme alle est mémère et bin sûr pleine d’amour,
Pour toute es tiot’ famile ch’est eine bouée d’secours.
Malgrè ses dogts doreux, tordus et arséqués,
Alle fait cor tout c’qu’alle peut pour ses chinq tiots bradés .

Sans rin dire à personne, Dophine alle est partie.
Ch’est d’vant ses mains croisées qu’j’ai r’vu défiler s’vie :
Eine vie pas toudis rose, eine vie ed dur labeur
Comme y’in n’a pus achteure, eine vie d’fimme ed mineur.
Touchant ses dogts tout frod, j’li ai dit l’cœur poché :
Merci Man-man Dophine, pou l’bonheur qu’t’as donné.


LES MOTS QUE TU ATTENDS

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Tu me dis que pour une femme
L' amour ne suffit pas
Qu' il existe des mots
Que je ne te dis pas
Qu' après t' avoir aimée
Moi je reste muet
Qu' en plus de mes caresses
Tu attends des Je t' aime

REFRAIN:
Je t' aime à en souffrir
Je t' aime à en pleurer
Et ma raison de vivre
C' est de t' avoir à mes côtés
Je t' aime mon amour
Je t' aime à la folie
Plus fort de jour en jour
Je t' aime pour la vie
Tu es mon horizon
Mes joies rêves et passions
Tu es mon univers
Mon soleil la mer et la terre
Ce sont tous ces mots-là
Que tu attends de moi
Je n' imaginais pas
Que ça comptait beaucoup pour toi

Que parfois plus beaux qu' un cadeau
Plus jolis qu' une fleur
Il existe des mots
Quand ils viennent du coeur
Pas besoin de discours
Ni même de poèmes
Mais quelques mots d' amour
Tout simplement Je t' aime
(au refrain)


LES PAPYS DE L’AN 2000

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Aux premières gélées i va au solel
I n’est pas gêné pour li la vie est belle
Li i prind l’avion autant que l’batieau
In l’crot à s’maison i’est à Rio d’Janeiro

N’allez pas cacher au bout d’sin ch’gardin
Au fond d’l’atelier dins l’baraque à lapin
Ches Papys d’à ch’theure surfent sur Internet
Et là que bonheur i n’ont pas b’soin d’leunettes

REFRAIN
Qui seuchent « Papys »
Ou qui seuchent « Pépère »
Qui seuchent « Pépé »
Ou bin core « Grand-Père »
Les Papys d’l’an 2000
Longtemps étonneront
Tous leurs pétites files
Et leurs pétits garchons

 

I’ont pus d’mau nulle part pus d’palpitations
N’ont jamais l’cafard pour l’service i sont bons
Dins les thès dansants les premiers sur l’piste
I’ont toudis vingt ans et n’ont pus d’rhumatisses
(au refrain)

I’ont l’dernier modèle du salon d’l’auto
Pas au G P L mais ch’ti qu’i’a un turbo
Un djin des baskets rimplachent les toiles bleus
Cha s’vot sur lu têtes qui sont pas malheureux
(au refrain)


LETTE POU CH’PERE NOEL
Paroles et Musique de Simon COLLIEZ
(Parlé)
J’ai artrouvé l’copie d’eune lette 
Qu’j’avos écrite quand j’étos gosse
Alle étot pour ech’ Père Noël
Chaque fos qu’j’arlis cha m’fait quett’cosse
(Chanté)
Voilà el liste d’mes cadeaux
J’espère que t’as un grand traineau
Mais j’veux simplemint profiter
Vu qu’té passes qu’eune fos dins l’année
Comme j’sus pitit j’ai des p’tits pieds
J’ai mis les bottines ed min père
Et pour qu’t’arrives à tout caser
Y’ aussi celles ed min grand père
Comme em’ mère alle a oublié
Ed faire ramoner l’quéminée
Pour pas qu’té salisses mes jouets
Faudra passer par l’porte d’entrée
Si té pouvos em’ réveiller
J’sais bien que t’as pas gramint d’temps
Rien qu’eune minute à m’consacrer
J’ai quett’cosse à t’dire d’important

Père Noël Père Noël Si in faisant et’ tournée
T’in vos un qui n’a pas d’jouet
Père Noël PèreNoël Prinds in un ou deux des miens
Cha m’f’ra plaisir de l’vire contint
Père Noël Père Noël Si tout au long du quémin
Té rincontes des gins qui ont faim
Père Noël Père Noël J’ai préparé un panier
Y’a d’quoi lu donner à minger

Sur el côté de l’quéminée
Y’a eune nouvelle paire ed souliers
Faudra pas i mette ed jouets
Ch’est pas pour mi j’vais t’expliquer
Ch’est pour quiqu’un au bout de l’rue
Au Père Noël i n’y crot pus
Y’a tell’mint eu d’misère dins s’vie
Qui crot même pus au Paradis
A l’abri sous un grand carton
Ch’est là qui reste ch’est là s’maison
Y’a des jours quand i fait fort frod
Ej’ li amène quett’cosse ed caud
El’paire ed souliers ch’est pour li
Faudra pas dire que cha vient d’mi
Ed’ main quand i va s’réveiller
Pour li l’Père Noël s’ra passé

 


L' GALIBOT D' BIDET

Paroles de Jean  CEENAEME
Musique de Simon COLLIEZ

Mi quand j' ai comminché à l' mine
Un de mes tous premiers boulots
Ch' tot d' courir devant les berlines
Du m' neux d' bidet j' tos l' galibot
Et au matin bien avant l' heure
Pour printe em lampe j' étos l' premier
Ch' étot pour mi comme un honneur
D' deschinte harnacher sin bidet
I fallot m' vir em débrouiller
L' béguin d' sus m' n' oeil l' air arrogant
Manier les sangles et ch' l' affilet
J' étos aussi fier qu' Artaban
(au refrain)

Avec Bébert l' méneux d' quévaux
Un fort gaillard aux bras musclés
El plus grosse taille on débloquot
Et pas question là d' s' amuser
Du quévau j' n' ai pas cor parlé
Ch' étot l' plus bieau de ch' l' écurie
L' plus fort et i savot compter
Jusqu' à vingt el brave Endurci
Endurci ch' étot es coutume
Quand i démarrot pour saquer
Sin train d' berlines une à une
I comminchot à calculer
(au refrain)

REFRAIN:
Allez a hue a hue a hue
Tiot galibot
Allez habile habile habile
Faut des berlines
Allez a hue a hue a hue
I' a pas d' repos
Quand in est méneux d' quévaux

Ch' étot meilleux qu' einne mécanique
Au d' sus d' vingt i s' arrêtot pile
Bébert i li donnot einne chique
Endurci n' bougeot pas d' un cil
Alors comme un vrai diplomate
In i caressant sin musieau
I r' sortot es blague à toubac
Et s' n' allot décrocher ch' limiau
Aussi avant que l' rame s' importe
Tiré par un si malin qu' vau
J' couros par d' vant ouvrir les portes
Et faire bien vite les contre-pods
(au refrain)

POUR FINIR
Ed temps in temps incore à ch' teur
Ej pinse à ti brave Endurci
D' tous les bidets t' étos l' meilleur
Et t' as ouvré pendant tout' vie
Bien souvint in n' t' a pas compris
Té' n' as r' chu des coups d' sus tin dos
Mais mi j' sais bien qu' t' es parti
Dins l' pâture au paradis des qu' vaux 


L' HISTOIRE DU PAIN D' ALOUETTE

Paroles de Jean CEENAEME
Musique de Simon COLLIEZ

J' avos cinq ou six ans peut ête
A l' époque ed l' occupation
Min père m' ram' not l' pain d' alouette
Pour que j' souff' moins des privations
L' pain d' alouette faut que j' vous l' dise
Ch' étot einne tartine arséquée
Qu' i avot un tiot goût d' pain d' épices
Qu' min père i prél' vot d' sin briquet
Aussi quand i rintrot de l' mine
Bien mate d' avoir fait du carbon
Dins chel' malette comme einne fouine
J' allos récupérer ch' crouton
Et demander de m' voix fluette
Tout in bavant d' sus min ctron
Pourquoi app' ler l' pain d' alouette
Chel' tartine qui m' semblot si bon

Alors in s' essuyant s' moustache
Barbouillée d' soupe tout alintour
I m' racontot d' un ton plus grave
El' plus belle des histoires d' amour
L' pain d' alouette min tiot bonhomme
Il est fabriqué pendant l' nuit
Alors que tous les gosses i dorment
Rêvant aux anges du paradis
Tandis que dins l' fin fond de l' mine
Accroupi pendant sin briquet
L' mineur in grignotant s' tartine
Fait querre des miettes intre ses pieds
Alors toutes les souris de l' fosse
Dins les bowettes et les cassis
S' in vont par les creux et les boches
Ramasser l' pain qu' in leur a mis

Après avoir nourri leus mioches
Blottis dins leu tiot nid douillet
Bien à l' abri d' tous les coups d' pioches
Ch' pain si bon i vont l' fabriquer
Ainsi l' crouton noir de l' malette
Qui t' régale et qui t' sen'  si bon
J' l' ai trouvé intouré d' équettes
Ch' étot d' part à ti min garchon
J' avos cinq ou six ans peut-ête
Souvint min père i m' racontot
L' histoire du bon pain d' alouette
Que tous les jours i m' raménot
Asteur qu' les années ont passées
Ej m' in rinds compte mieux que personne
Que l' bout d' pain souvint armonté
A fait de moi papa un homme


L' HORLOCHE A MUSIQUE

Paroles de Jean CEENAEME
Musique de Simon COLLIEZ

J' ai intassé dins min garnier
Un tas d' bricoles qui servent à rien
Cha f' rot l' aubaine d' un chiffonnier
J' cros même qu' i n' trouv' rot pus les siens

Car dins les quate coins y' a quette cosse
Des vielles caïelles tout estropiées
Des monts d' vêt' mints des loques ed fosse
Ch' est l' paradis des araignées
Y' a même faut l' vir einne vielle armoire
Rimplie d' trésors du temps passé
Mais l' plus belle pièche vous pouvez m' croire
Alle me rappelle mes jeunes années

REFRAIN:
Ch' est einne horloche à musique
Qui roupille là d' pis un momint
S' tiot' musique patriotique
A réglé l' vie d' mes grands-parints
Ch' est einne horloche à musique
Qui fait la la la la
Quand j' armonte s' mécanique
La la la la

A l' époque alle étot fin belle
Trônant pa d' zeur ech grand fourniau
D' sus l' chéminée in n' veyot qu' elle
Et alle cantot comme un monieau
Ch' étot un air tout guilleret
D' sus l' rouleau i manquot des notes
Mais j' arvos là tout min passé
In acoutant juer l' mascotte
(au refrain)

V' là chi contée el tiote histoire
De l' pindule enfin réveillée
Qui dormot au fond de ch' l' armoire
Attindant qu' in vienne l' dérouiller
Car quand j' armonte s' mécanique
La v' là r' partie alle n' arrête pus
D' égratigner s' petite musique
Comme pour rattraper l' temps perdu
(au refrain)


L' MAL DU PAYS

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Quand les fosses i ont fermé
Ch' est avec l' coeur gros
Qu' i z' ont dù s' in aller
Pour trouver du boulot
Quitter toute leu famille
Leus voisins leus amis
S' in aller vivre en ville
Quitter leu bieau pays

Gramint ont pu s' y faire
Et se sont installés
Même des familles intières
Qu' in a vu s' in aller
Quand i r' viennent au pays
Ch' est avec émotion
Qu' i z' artrouvent des amis
Qu' i z' arvottent leus maisons

REFRAIN:
I z' ont toudis
L' mal du pays
Les gins du Nord
Les gins d' ichi
Ils nous in parlent
Avec regrets
Les gins du Nord
Et du Pas-de-Calais

Ch' est comme cha qu' aujourd' hui
Quand in part in vacances
In y r' trouv' des ch'ti mi
Partout dins toute la France
Rien n' lu fait plus plaisir
Quand i z' in rincontent un
I n' hésitent pas à dire
J' t' arconnos t' es d' min coin
(au refrain)

A l' amicale du ch' ti
Ch' est un momint d' bonheur
D' s' artrouver intr' amis
El' patois est d' rigueur
In r' parle des bons momints
Passés dins les corons
Chacun sin p' tit gardin
Ses coqs ou ses coulons
(au refrain)


LOUIS PAR CHI LOUIS PAR LA

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Quand j' allos au fond de l' mine
J' menos einne vie plus tranquille
Tous les soirs après l' boulot
J' m' arrêtos boire un pot
Même que j' rintros à minuit
Alle ne m' a jamais rien dit
Aujourd' hui que j' sus pinsionné
J' l' intinds toudis crier

REFRAIN:
Louis par chi Louis par là
Louis viens chi Louis viens là
Ramone par chi ramone par là
Gratte me par chi gratte me par là
Astique me chi astique me là
Fais briller chi fais briller là
Et p' tit Loulou et p' tit Louis i' est toudis là

Dire qu' du temps où j' travaillos
Je m' disos viv' mint l' repos
J' étos bien loin de m' douter
Tout c' qui allot m' arriver
Je m' veillos tous les matins
A l' pêque avec min voisin
Mais j' ai pas einne minute à mi
I faut toudis qu' alle crie
(au refrain)

Ah si j' avos su r' fuser
D' prinde m' retraite anticipée
J' s' ros plus heureux aujourd' hui
J' mèn' ros einne meilleure vie
A m' faire faire tout c' qu' a m' fait faire
J' vais vite m' artrouver sous terre
J' sins que m' retraite anticipée
J' vais pas in profiter
(au refrain)


L' TAILLETTE

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Ch' est un ptit bout d' feralle
Rond perché au milieu
Avec un numéro tout bête 232
Que j' ai artrouvé hier in cachant dins ch' tiroir
Et qui d' un seul momint a ralleumé m' mémoire
J' t' arvos i a jusse vingt ans ch' étot la fin d' l' hiver
T' es v' nu nous dire à r' voir pis t' as imbrassé m' mère
T' as mis t' grosse canadienne d' sus t' n' épaule et' musette
Pis t' es parti à l' fosse in fumant t' cigarette
Je n' devos pus t' arvir ; à quatre heures au matin
I a eu un grand coup d' mine et pis après pus rien
I avot un tué in plus j' avos un père in moins
Ch' garte i est vénu nous l' dire d' bonne heure au matin
Oh i a pas eu d' manière i a pas eu d' bieau discours
Pas eu d' miniss' brayant d' sus l' catastrophe du jour
Quand i a jusse fauqu' un tué un mineur mort tout seu
Ch' est pas einne catastrophe ch' est tout juste malheureux
Nan i a eu jusse qu' einne veufe et pis deux orphelins
Et ch' cercueul in bos blanc avec min père ed' dins
Et ch' est sus ch' carreau d' fosse in sortant d' l' infirm' rie
Qu' un homme s' est avinché et v' nu au devant d' mi
I n' savot pas commint faire alors i a inl' vé s' casquette
Et m' a dit " Tiens min loute garte-le ch' étot s' taillette"

Ch' est un ptit bout d' feralle rond perché au milieu
Pas l' médalle du traval mais pour mi ch' est précieux


L' TAION D' ARTOIS

Paroles de Guy DUBOIS
Musique de Simon COLLIEZ

Il n'avait pas les foies
Mon vieux taïon d' Artois
L' était mineur de fond
Dans les fosses de charbon
C' était un mec super
Mon surhomme de grand-père
C’était un mec super
Mon surhomme de grand-père

A douze ans au turbin
Comme les autres gamins
C' est un sacré boulot
Pour un jeun' galibot
De pousser des berlines
Au fin fond de la mine
De pousser des berlines
Au fin fond de la mine

A l' ouvrag' bell' jeunesse
Descendez en vitesse
Eclairé par ta lampe
Tu t' traînes tu creuses tu rampes
Une journée au soleil
C' est pas demain la veille
Une journée au soleil
C’est pas demain la veille

Le danger rode partout
Explosion de grisou
Effondrement du toit
Maman console-toi
A six cents mètres sous terre
C' est l' plus sûr des cim' tières
A six cents mètres sous terre
C’est l’plus sûr des cim’tières

Il y en a eu des grèves
Des chants des poings qui s' lèvent
Il y a eu quat' sous d' plus
Pour ses poumons qui s' usent
Et l' a eu l' droit de s' taire
A huit cents mètres sous terre
Et l’a eu l’droit de s’taire
A huit cents mètres sous terre

L' a pris à Lucifer
Tous les feux de l' enfer
L' a construit dans les plaines
Des montagnes par centaines
Il a écrit l' Histoire
Mon fier pépé Gueule Noire
Il a écrit l’Histoire
Mon fier pépé Gueule Noire


M' VIELLE MAISON

Paroles de Jean CEENAEME
Musique de Simon COLLIEZ

Dins nou cité tout près de l' fosse
J' sus v' nu au monte un jour d' Avril
J' ai vécu là tout einne vie d' gosse
Courant bien souvint d' sus ch' terril
Quand j' étos tout in haut de l' butte
Ravisant au loin l' horizon
J' véyos dins l' fond comme einne cahutte
L' tiot lopin d' terre et m' vielle maison

REFRAIN:
M' vielle maison alle étot fin belle
Avec des fleurs d' sus sin balcon
Pour mi i n' avot point d' parelle
Malgré les mêmes dins tout l' coron
M' vielle maison alle étot fin belle
Avec des fleurs d' sus sin balcon
Pour mi i n' aura pus d' parelle
I est disparu min viux coron

 

Dins ses murs y' avot bien des rides
Des tiotes lézardes et d' l' affaiss' mint
Mais dins l' temps ch' étot du solide
Et pas question d' déménag' mint
Ses tuiles toutes noires étotent induites
Ed' poussière venue du terril
Malgré tout cha y' avot pas d' fuites
Ch' tot pas un chef-d' oeuvre in péril
(au refrain)

In grandissant j' ai tout quitté
Les viux aussi tout discrèt' mint
Te v' là toute seule abandonnée
Dins l' coron vide sans lend' main
Mais quand j' arviens dins nou villache
Dins l' famille pour dire el bonjour
Te m' rappelles tant d' souv'nirs bénaches
Que pour t' arvir j' fais un détour
(au refrain)


MA CAVALIERE BLONDE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Les musiciens sont repartis
Seuls restent encore quelques amis
Je me réveille dans cette salle
Un peu perdu tout étourdi
Les bouteilles de champagne vides
Semblent me tenir compagnie
Les serpentins les cotillons
Sur un coussin de confettis
Viennent me remettre en mémoire
Qu' avec les copains les amis
On a bien arrosé hier soir
Le mariage de Jean-Marie
Chacun avait à ses côtés
Sa cavalière sa fiancée
C' est en tant que célibataire
Qu' elle était là à mes côtés

REFRAIN:
Un jour quelque part dans le monde
Je la retrouverai
Je la reconnaîtrai
Ma cavalière blonde
Un jour quelque part dans le monde
Quitte à passer ma vie
A chercher jour et nuit
A parcourir le monde
Un jour quelque part dans le monde
Je lui dirai pourquoi
J' ai trop bu ce soir-là
Ma cavalière blonde
Un jour quelque part dans le monde
Je la retrouverai
Je la ramènerai
Ma cavalière blonde

Mais comme je ne sais pas danser
C' est les copains qui l' invitaient
Bien qu' il n' ait rien eu entre nous
Comme un idiot j' étais jaloux
Chaque fois qu' elle allait danser
C' est un verre que je reprenais
Je me réveille la gueule de bois
Qu' a-t-elle bien pu penser de moi
(au refrain)


MA PREMIERE CROISIERE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

La première fois que j' ai pris le bateau
Suite à un jeu j' avais gagné l' gros lot
Un aller et retour pour l' Angleterre
C' est la plus grande des courtes croisières
Avec Nanard mon copain de toujours
Nous sommes partis histoire de faire un tour
Passer une journée chez les Anglais
Ce jour-là qu'est-c' qu' on a bien rigolé

REFRAIN:
Et on allait de bas en haut O O O
Et on allait de haut en bas A A A
Et on allait de bas en haut O O O
De bas en haut de haut en bas A A A

Nous sommes restés un moment sur le pont
A regarder les mouettes pêcher l' poisson
Nous sommes rentrés visiter le bateau
De la salle de ciné jusqu' au resto
Et du bar en passant par la boutique
On s' est installés au panoramique
On s' est même amusés comme des petits fous
Espérant fortune aux machines à sous
(au refrain)

Après une heure et quart de traversée
Nous sommes arrivés sur le sol anglais
Hello! How are you? Very well! Thank you!
Même le soleil était au rendez-vous
Pour le retour on a sympathisé
Avec toute une bande de copains routiers
Chacun racontait sa petite histoire
Ses aventures ses chagrins ses déboires
(au refrain)


MA TANTE
IN L’APPELLE MISS CATASTROPHE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Y’a des gins à qui la chance alle sourit toudis
Ma tante ej’ peux vous dire alle in fait pas partie
Des gins qui n’ont pas d’chance j’in ai d’jà rinconté
Mais des comme elle in dirot qu’alle le fait exprès
Paraît qu’passer d’sous eine équelle  cha porte malheur
Mi je n’cros  pas à tout cha cha n’me fait pas peur
Pourtant ej ‘ passe à côté si j’sus avec elle
Car si l’pot d’peinture i dot querre cha s’ra pour elle

REFRAIN
In l’appelle miss catastrophe
Ma tante in l’appelle comme cha
Tous les jours Tous les jours
Tous les jours i li arrive quette cosse
Ch’est comme dirot un aimant
Qui’attire les innuis tout l’temps
Même si ch’est jamais méchant
A forche cha devient lassant
I n’se passe pas eine journée
Sans qu’mononque i seuche inquiet
Et ch’est pour cha
Qu’ma tante in l’appelle comme cha

 

Pas plus tard que dimanche dernier i faijot bieau
In va profiter d’aller s’ballader dins ch’bos
Aller savoir pourquoi i’a eine branque qui’a cassé
J’vous l’donne in mille ch’est sus s’tête qu’alle s’est écrasée
Suffit qu’in décide d’eine date pour aller queq-part
Pour que ch’jour là justemint i’a grève dins les gares
Et si par bonheur in trouve un bus pour partir
Ch’est à l’hôtel qu’in trouv’ra pas d’plache pour dormir
Au refrain

L’aute jour in étot invité à un mariache
Tout l’monte y’avot vu à l’église qu’i’avot eine marche
J’aros du m’in douter que ch’allot arriver
Ch’est à l’osto qu’alle s’est r’trouvée el bras cassé
Je m’souviens pour m’n’anniversaire ch’étot parel
Là ch’étot pas sin bras ch’étot sin gros ortel
Comme dit mononque dommache que ch’arrife pas à s’lanque
Là au moins ed temps in temps cha f’rot des vacances
Au refrain


MEME DICAMINT
Paroles de Jean-Marie LEFEVRE
Musique de Simon COLLIEZ

 

Em’ mère alle a très souvint quette cosse qui cloche
Et sin méd’cin i li donne des tas d’trait’mints
J’artreuf’ bien souvint des cachets dins ses poches
Ou des gélules qui sont queutes sur ech’ divan
Aussi min garchon  qu’i’a querre es’ moquer d’elle
D’un drôle ed surnom v’là ti pas qu’il l’appelle
Au lieu d’i dire simplemint bonjour mémé
Ach’t’heure i li dit plutôt bonjour mémé « dicamint »

 

REFRAIN
Mémé dicamint Mémé dicamint
Ach’t’heure tout l’monte l’appelle comme cha
Ch’est qu’alle in prind à tour de bras
Des médicamints des médicamints
Alle a un grand calendrier
Sur eulquel alle a tout marqué « sérieus’mint »

Mais tout cha cha n’dot pas l’impêcher d’aller
In bus pour faire des voyaches organisés
Alors i faut dire à ch’docteur ed passer
Pour que ses ordonnances alles seuchent arnouvl’ées
Pour tout c’qu’alle a, i faut bien trente six cachets
Des jaunes des rouches des mitans pis des intiers
Des gouttes et pis des gelules multicolores
Et ses temesta surtout pour qu’alle s’indort « tranquill’mint »
au refrain

Quand j’arrife avec em’ feulle  chez ch’pharmacien
I rigole i sait qu’je l’dérinche pas pour rien
Faut de l’pomate pour soigner ses hémoroïtes
Pourvu qu’i s’dépèche mi j’voudros qu’cha aille vite
Cha pour l’diabète  et  pis cha pour ses ognons
Pour l’arthros’ et cha pour ses palpitations
Pour sin glaucom’ alle met des gouttes dins ses yux
In n’est pas prêt d’arboucher l’trou d’la sécu « ch’est certain »
au refrain

 


MES COUSINES
Paroles et Musique de
Simon COLLIEZ

L’première , alle n’arrête pas d’parler
Min cousin i dot l’supporter
Alle  débite du matin au soir
Il a eune tête comme eune boulloire
Quand alle mêne ches gosses à l’école
Alle treuve toudis à qui parler
A onze heures et d’mie alle s’affole
I’est l’heure ed les récupérer

El solution à sin problême
Ch’est d’aller les méner li même (bis)

 

L’deuxième, alle fait rien de l’journée
Alle est pindue devant l’télé
Alle se lève pas loin des dix heures
Prind ses quatre cinq tartines au beurre
Alle fait eune tite sieste tous les jours
Tout juste avant les feux d’l’amour
A peine armie d’ses émotions
I’est l’heure d’question pour un champion

El solution pour l’faire bouger
Ch’est d’li supprimer el’ télé (bis)

 

L’troisième, alle est toudis partie
Faire les magasins intr’amies
Et alle dépinse ,ch’est plus fort qu’elle
Tout cha pour finir à l’poubelle
Eune fos qu’ch’est marqué promotion
Alle crot qu’alle fait eune occasion
Comme i dit s’n homme qui in a marre
Des boîtes ,y’in a plein les placards

L’solution pour garder ses sous
Ch’est d’pas li in donner ch’est tout (bis)

 

 

 


MARIE BERLAFE
ET BATISSE LONGS Z’OCHES

Paroles de Jean-Marie CERF
Musique de Simon COLLIEZ

Marie Berlafe ch’est l’fimme alle a l’air ahurie
Aveuc ses gross’é loupes comme des bords ed pot d’nuit
Quand alle pousse des soupirs ch’est des vrais pets d’baudet
S’n’haleine tue chés mouques comme ein’bompe ed DDT
Alle a ein’ tiête comme deux mais ein’ chervelle ed puche
S’n’oeul gauche clignote à droite s’n’oeul drot jue à muche muche
Alle est sourte comme ein’ mule sin nez i quet dins s’bouque
Et si alle a l’niflète d’un cop d’lanque alle se mouque
Alle bafe comme un viux tchien quand i minche des croûtes sèques
Alle a ses loupes soilées tell’mint qu’alle les pourlèque
Ch’est ein’ perche à houblon qui marche in n’sait pon c’mint
Pace que quand alle s’in va in dirot qu’al arvient

REFRAIN
In dit qu’i vaut miux s’taire putôt que d’mal parler
Mais c’que j’ai dit mes gins ch’est la réalité
Mes voisins n’sont pon bieaux l’nature les a ratés
Vu qu’cha n’est pon d’leu faute faut pon n’in rigoler
In dit qu’i vaut miux s’taire putôt que d’mal parler
Mais c’qu’il a dit mes gins ch’est la réalité
Ses voisins n’sont pon bieaux l’nature les a ratés
Vu qu’cha n’est pon d’leu faute faut pon n’in rigoler
O nan nan O nan nan O nan nan faut pon n’in rigoler
O nan nan O nan nan O nan nan faut pon n’in rigoler

Li ch’est Batisse Longs z’oches i n’tient pon dins ses loques
I’est comme el queue d’min tchien quand i marche i berloque
Faut dire qu’i’a des mollets comme des bougeons d’caïelle
Et qu’ses bras sont musclés comme des queues ed païelle
Es tiête alle va d’travers mais il avale bin drot
S’figure couleur pieau d’pronne nous rinseinne su ch’qu’i bot
In veyant ses tros d’nez et l’forme ed sin minton
In s’dit qu’cha pourrot faire ein’ belle trappe à coulons
Pour parler d’ses caveux ch’est simpe à expliquer
I’sont drus comme des porions qu’in n’a pon arpiqués
Grand dijeux bafouilleux i’est surtout tiot faijeux
Es lanque alle s’ra usée qu’ses bras s’ront cor tout neus
Au refrain


MI J’PARLE PATOIS

Paroles de Jean-Marie LEFEVRE

Musique de Simon  COLLIEZ

 

Par un bieau soir j’l’ai rincontrée
Alors que j’rintros du ciné
Einne fille avec des caveux longs
Et aussi des biaux yux marrons
Des que j’l’ai vue j’ai attrapé
Comm’ el coup d’foud’ in vérité
J’ai un problêm’ pour l’aborder
J’ai du mau à parler français

REFRAIN :
Ch’est vrai que j’parl’ patois
Mi j’sus d’ichi un vrai ch’ti-mi et j’in sus fier
Mais là j’in perds la voix
Commint li dire et sans rougir que mi j’l’ai querre
J’ai bieau m’deminder quoi
Et gratter tête in busiant l’journée intière
Les mots je n’les trouv’ pas
Em’ v’là chi prope commint  li dire que j’parl’ patois

 

Alors in douce ej’ l’ai filée
J’étos complè’t’mint artourné
Mais mi j’voulos vir sin coron
Savoir du qu’alle étot s’maison
Et là j’ai été assommé
Parc’ que soudain j’l’ai vue rintrer
Dins un indrot dù qu’in parl’ bien
Dins l’grand collège ed min pat’lin
(refrain)

 

A forche de m’vir trainer dins s’rue
Alle a compris qu’j’étos mordu
Mais mi comm’ j’y parlos jamais
Elle aussi alle s’est rinseignée
Ch’est elle qui m’a dit bin té sais
Min père y’est pas prof ed français
Mais y’est concierge dins ch’collège là
Et nous aussi in parl’ patois

REFRAIN : 2

A ch’t’heure in parl’ patois

In est d’ichi des vrais chtimis et in est fier
Et là in a d’la voix
In sait se l’dire et sans rougir qu’nous in s’a querre
In va faire des tiots gars
Et leur apprind’ qu’i sont du Nord tout comme leu père
Pour qu’eux i n’oublient pas
Que par ichi tous les chtimis
I parl’ patois
Pour qu’eux i n’oublient pas
Que par ichi tous les chtimis
I parl’ patois


MIN BIEAU FRERE
Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Quand m' grande soeur a parlé qu'alle connaichot quiqu'un
Mes parints i n'ont brait mais chétot d'contint'mint
Min père m'a ravisé  i m'a dit de s'grosse voix
J'espère qu'alle va l'garder qui va rester ch'ti là
D'pis que m'mère alle priot tous les soirs el Seigneur
Pour dire qu'il i invot rapid'mint un sauveur
A passé quarante ans ch'est vrai qu'il étot temps
Qu'alle quitte  ch'est normal el cocon famillial
Des gars alle n'a ram'nés plus d'eune paire à l'maison
Mais cha marchot jamais cha n'étot jamais l'bon
Pourquoi  li  i'est resté j'ai trouvé cha curieux
Ej me sus rinseigné  ch'est qu'i'a pas trouvé mieux

Min bieau frère  il est mou in l'appelle la momie
Em' grande soeur aussi
Ch'est pasque s'tête alle bouge qu'in sait qu'il est in vie
Em' grande soeur aussi
J'sus certain que s'tension n'dépasse pas deux et d'mi
Em' grande soeur aussi
In dirot un hippie i marche au ralenti
Em' grande soeur aussi

 

Quand in va au café à  deux pour boire eune bière
L'temps qui bot eune gorgée mi j'ai fini min verre
Et même au restaurant mi cha m'tape sur les nerfs
I sont core à l'intrée nous in est au dessert
L'jour qui vont décider ed faire un p'tit éfant
J'cros qu'i z'ont intérêt à s'y printe bien avant
Parc'que si font l'amour comme i sont dins la vie
Je n'sus pas près un jour d'ête tonton d'un pitit
(  au refrain)

L'jour que t'es invité t'as intérêt l'matin
A t'léver el premier pour ête dins l'salle de bains
Car si té passes après là j'peux te l'garantir
Cha s'ra pas pour diner mais pour aller dormir
Pour vous dire comme il est tell'mint long à s'raser
Bin quand il a fini ch'est r'poussé d'l'aute côté
Ch'est pas li qui va s'faire flashé par les radars
Ch'est tout duch'mint l'matin et pas trop vite el soi
( au refrain)


MIN BIEAU GARCHON

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Min bieau garchon qui vivot à Paris
Cha fait six mos qu' i est r' venu par ichi
Je n' comprinds pas un jour i m' avot dit
Qu' i gagnot tros fos d' plus que par ichi
Qu' il avot einne très belle situation
Qu' i étot camarate avec sin patron
Faut dire qu' avec li faut s' attinde à tout
Ch' est l' genre ed' gars qui a tout fait qui sait tout

I a pris l' accent des titis parisiens
Es' bouque alle va gramint plus que ses mains
In peut jamais avoir einne discussion
Monsieur i veut toudis avoir raison
In plus i s' mêle de c' qui n' l' argarde pas
Là i tient cha de s' mère alle est comme cha
Avec cha j' plains m' fille alle est bien montée
Je m' demande bien c' qu' alle a pu i trouver

REFRAIN:
Ch' est li l' plus grand
L' plus fort l' plus bieau
Min bieau garchon
Il a tout vu
Tout fait et tout connu
Min bieau garchon
I sait tout faire
Il arsanne min bieau père
Min bieau garchon
Ch' est li qui l' dit
Ch' est c' qu' i pinse ch' est c' qu' i crot
Min bieau garchon

I faut l' vir travailler dins sin gardin
Enfin quand j' dis travailler ch' est gramint
Il est là affalé sur sin louchet
A s' deminder par quel bout commincher
Heureusemint qu' ses voisins i sont là
Autremint des légumes i n' érot pas
I arconnot pas un radis d' un navet
Après cha cha va s' dire maîte gardinier
(au refrain)

Quand i parle ed' bricoler dins s' maison
Là cha devient einne vraie expédition
Es' femme alle prind ses tchiots et pis sin tchien
I faut vir l' tableau quand alle arvient
Il est rimpli d' pansements de l' tête aux pieds
C' qu' i avot à faire i n' est toudis pas fait
Bien sûr cha n' est jamais de s' faute à li
I arqueut toudis sur des mauvais outils
(au refrain)


MIN BIEAU-PERE

Paroles de Bertrand COCQ

Musique de Simon COLLIEZ

Quand i vient à m' maison min bieau-père i' in profite
Pour m' donner des consels des recettes et bien vite
In parle d' bricolage d' pêque et pis d' gardin
A l' intinte au monte y' a qu' li qui férot bien
I est persuadé qu' ch' est d' pis l' temps qu' i est pinsionné
Qu' ches molettes d' el fosse i ont arrêté d' tourner
Quand je l' ramène à s' maison avec m' n' auto
Je m' fais ingueuler parce que j' roule comme un sot
Mais l' jeudi quand i amène m' belle-mère au marché‚
I téléphone à l' météo d' vant s' in aller

Quand i pleut pas y' a rien qui pousse dins sin gardin
Quand i pleut cha déplaque sans quoi il irot bien
Si ch' vint i est d' Est i n' peut pas s' mer ch' est pas l' momint
Si ch' vint i est d' Ouest ch' est trop humite i est pris d' ses reins
I m' traite d' innochint si j' arpique sans tenir compte
Si l' lune est pleine si alle déchind ou si alle monte
Mais quand i vot min gardin tous les ans à l' ducasse
J' sus pas gêné d' y arriver m' terre alle est grasse
Et quand mes z' haricots i sont plus bieaux qu' les siens
Ch’est grâce à li ch’plan i v’not sur’mint d’sis gardin

REFRAIN:
Min bieau-père min bieau-père
Ch' est un maît' gardinier et un fin pêqueux
Min bieau-père min bieau-père
D' après li cha s' rot l' roi des bricoleux
Min bieau-père min bieau-père
A l' intinte parler y' a qu' li qui sait tout faire
Min bieau-père min bieau-père
Si cha continue i s' ra pire que m' belle-mère

 

Quand in va à l' pêque à deux j' fais bien attention
Faut pas que j' seuche à r' tard pour el printe à s' maison
Quand à quatre heures tapantes j' arrife sur ech boul' vard
I est déjà là assis sur l' bord de ch' trottoir
Au bout de l' journée d' pêque si i a plus d' pichons qu' mi
Faut l' intinte es' vanter i sait mieux pêquer qu' mi
Mais l' jour qu' i n' in prind pas in n' l' intind pus parler
I oublie même ed dire que j' n' ai plein min panier
El l' lend' main au café ses bras n' sont pas assez longs
Pour montrer ech brochet qu' i a arsaqué du fond
(au refrain)


MIN BIEAU TIT PERE

Paroles de Jean-Marie LEFEVRE
Musique de Simon COLLIEZ

 

Quand il arrive tout doux tout miel
Faut vire c’qu’il a comme matériel
Tout l’monte y’est in admiration
Y’a s’photo partout dins l’maison
Et si i fait des vocalises
I faut tout d’suite qu’in s’mobilise
Ch’est pas einne vedette de l’canchon
Ch’est tout bêt’mint min tiot garchon

Quand tout l’monte l’a pris dins ses bras
S’maman s’mamie et sin papa
Alors in s’dit peut ête que ti
Te voudros bien el printe aussi
Et là i t’fait des grands sourires
Et y’a tin p’tit coeur qui chavire
Et pis te sins l’ieau caute couler
Ch’est li  qu’i’est in train ed t’arroser

REFRAIN :
Et mi j’l’appelle min bieau tit père
I’arsanne à sin père et à s’mère
Avec des yux toudis rieurs
Et einne pieau douche qui sint les fleurs
Un tiot fiston qui vient au monte
Ch’est un bonheur qui vous innonde
Et in oublie toutes ses misères
El jour qu’i’arrive un bieau tit père

Min copain qui m’fait inrager
M’dit quoi qu’cha fait d’dev’nir pépé
Ch’est vraimint extraordinaire
Soudain t’as pus les pieds sur terre
Quand te l’vos là dins sin berceau
Tin coeur i s’serre tel’mint qu’i’est bieau
Te t’dis qu’ch’est tin fiu qui l’a fait
Et là cha i’est i faut qu’te brais
(au refrain)


MIN BIEAU VELO

Paroles de Jean-Marie LEFEVRE
Musique de Simon COLLIEZ

Y' avot à peine six mois que j' étos à la r' traite
Que déjà j' m' innuyos j' savos pus à quoi m' met'
Ej' devenos tout à rien j' me suis dit Simon
Faut faire quette cosse et qu' te treufes einne occupation
Pourquoi t' essaieros pas ed faire d' einne pierre deux coups
Faire fonte tin bidon et pis dérouiller tes g'noux
Car el' foot et l' tennis cha n' m' a pas réussi
Alors final'mint ch' est l' vélo que j' ai choisi

 

REFRAIN :
J' ai accaté un bieau vélo
Tout équipé in Shimano
I faut vénir em' vire tous les dimanches matin
In train d' user mes boyaux sur tous les quémins
Mi j' in connos un bon rayon
Sur les pédales sur les bidons
Ej' peux vous dire combien que m' chaîne alle a d' maillons
Et pis aussi combien qu' y a d' dints sur mes pignons

 

I faut que j' vous dise qu' au début j' in ai sué
Cha faisot pus d' vingt ans que j' n' avos pas roulé
J' avos el' popotin complét' mint démoli
Des crampes à mes molets et mes poumons garzis
Mais j' ai continué sérieus' mint m' n' entrain' ment
Ej' roule ed' plus in plus dins n' importe quel temps
Tant et si bien pour faire honneur à min maillot
J' me suis inscrit ch' t' année pour faire Lille Hardelot
(au refrain)

Em femme rabat-joie alle me répèt' tout l' temps
Qu' alle est toudis toute seule les tros quarts du temps
Que pour faire cha ej peux artourner vire em mère
Ou bien alors d' aller louer einne chambre à  Aire
Mi j' ai bien l' impression que ch' est elle qui débloque
I faut que j' mett' un frein à ses idées loufoques
Peut ête qu' elle aussi alle voudrot faire du vélo
Etant donné sin poids y' in faudrot un costaud
(au refrain)


MIN CAMARATE POLONAIS

Paroles de Guy DUBOIS
Musique de Simon COLLIEZ

 

In dix-neuf chint vingt chinq Czeslaw a débarqué
Avec es' femme ses éfants et tros quate paquets
I v' nottent d' Czestochowa l' pays de l' Vierge noire
Poussés par el misére cachant ichi l' espoir
Té l' as eu sec min viux camarate Polonais
D' baragouiner nou patois pour t' inrachiner
Garder ches traditions d' famille pour ches gosses
Saquer d' dins à l' bowette et t' faire mourir à l' fosse

REFRAIN:
Polka et mazurka vodka et pieprzowka
Canchons brayoires douches souv' nances de l' lointaine Polska
Bandonéons violons juent sus et' mandoline
Nazdrowie nos éfants ont du traval à l' mine
Polka et mazurka vodka et pieprzowka
Canchons du Nord et vielles rengaines ed tin dziadzia
Mandolines violons juent sus tin bandonéon
Nazdrowie nos éfants sauv' ront nous traditions

Té m' as souvint biné sus ches bancs à l' école
Et l' soir Tadek t' artrouvos t' n' âme slave aux Sokols
Ch' n' est point facile quand t' es un garchon d' émigrés
D' lire Narodowiec et d' juer aux mapes à l' récré
T' as suivi l' même quemin qu' mi Polonais min frère
Sus ches morts à l' fosse insanne in a été braire
In a armonté du fond tous deux esquintés
In a mené l' combat de l' solidarité
(au refrain)


MIN MONONQUE
Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

 

Min Mononque i n’est pas l’dernier
Pour faire la fête et s’amuser
Sûr qu’avec li in n’s’innuie pas
Pour mette l’ambiance il est là
Mais vers deux trois heures du matin
I va s’mette tout seu dins un coin
Car min Mononque i’a un défaut
I bot gramint plus qui faudrot

REFRAIN
Quand Mononque il a bu un coup
I brait i brait
I s’accroche à nous comme un pou
I brait i brait
El l’lend’main i’a mau tout partout
I brait i brait
I jure toudis qu’ch’est l’dernier coup
I brait i brait

Min Mononque il est trésorier
D’l’amicale des sapeurs Pompiers
Et comme toudis in fin d’année
In fait l’traditionnel  banquet
El’jour là faudrot pas qu’i’a du fu
Min Mononque il a des p’tits yux
Pour pas arringer les affaires
Ch’est li qu’i’ont mis à  l’pompe à bière

Avant ch’est à Lens qu’il allot
Pour supporter les «  Sang et Or »
Mais seul’mint à l’heure qui rintrot
Ma tante n’a pus été d’accord
Faut dire qu’il étot artombé
Sur einne équipe ed bons vivants
Et comme i n’sait pas arfuser
I faijot einne troisième mi-temps

 


MIN PERE NOEL
Paroles de Isaïe LAMPIN
Musique de Simon COLLIEZ


 


Des juets, au matin, pour nous,i n' avot pas
Inn' oranche, inn' quéniole, inn' barre ed' chocolat
Même bien souvint, l' carotte qu' in avot préparée
Là, dins l' fond d' nou bottine, all' étot cor' restée.

Car il étot tout seu dins l' temps nou Père Noël
Pour li faire dins inn' nuit, inn' tournée sans parel
Avec sin vieux baudet, comme fidèle compagnon
Sin panier à sin dos, et pis sin long bâton.

I m' arrife cor' à mi, même après tant d' années,
Comme pour un contint' mint d' arvir min coeur sauter,
D' y r' croire comme ches infants, d' aimer min Père Noël
Qui restera pour mi sur' mint l' fête el' pus belle.

Comme in le fait tertous dins ches grands évén' mints,
El' nature all' mettot sin pus bel habil' mint
Ed' sin pus blanc mantiau, là par terre étindu,
Comme un vrai tapis d' ouate arcouvrant tout’s ches rues.

Et le vint d' un seul coup, i s' mettot à courir,
Sifflant dins ches serrures, poussant des longs soupirs,
Hurlant pa' d' zous ches portes, faijant corner ches feux
Cotint comme in infant qui vient d' gagner au jeu.

Et ches apes dénudés, tout plein d' giffe ar'vêtus,
Parels à des gâtiaux qu' in a mi l' chuque ed' su,
I z' allongeutent leus bras, là, bien hiaut vers el' ciel,
Comme pour eux applaudir el' pus grante des nouvelles.

In  n' allot pas dehors pour nous ravauder l' neiche:
In restot bien au caud pour nous préparer l' crèche,
Placher ch' petit Jésus, juste aux pieds d' ech baudet
Pour qu' i peuche, de s' n' haleine, bien vite el' récauffer.


 

Même ech cat, l' journée là, in l' véyot pas sortir;
S' frottant su ches bottines, comme pour les faire arluire
I restot là planté par devant l' queminée,
Pour attinte avec nous, el pus lonque des soirées.

El souper i durot un p' tit peu pus longtemps,
Sans chichis, sans manières, sans même nou boudin blanc,
Souvint pour nous finir, el pus biau d' ches desserts:
Inn' belle flamique dorée, dins l' pus grante des tourtières.

Sur el platine du feu, comme eux pouvoir juer,
Ches marrons tout craqu' lés, i s' metteutent à danser,
Répandant l' sintimint à travers tout l' maison,
Aussi biau qu' in Provence el sont tous ches santons.

Et les cloques des églisses, i s' mettotent à sonner,
Es buttant l' inn' dins l' aute, comme pour es récauffer,
Guidant nou Père Noël, perché su sin nuache,
S' in allant dins l' frodure pour sin pus long voyache.

Et me v' là aujourd' hui, cinquante années in plus.
Des Père Noël, à ch' teur, in in vot plein ches rues,
A l' télé, dins l' gazette, dins ches grands magasins,
S' mettant su ches photos avec tous nos gamins.

Et pourtant in vot cor, sur el bord d' un trottoir,
Un infant suppliant, si trisse dins sin regard,
Cachant après ch' l' étoile qui luit pour li dins l' ciel,
Car il a drot aussi à sin tiot Père Noël.

Si tous ches Père Noël pouveutent s' donner la main,
Si i pouvot l' nuit là oublier sin chagrin,
Serrer su sin p' tit coeur un p' tit rien, un juet,
Pour qu’au moins sin malheur seuche moins lourd à porter.


MIN PREMIER VOYACHE A L’ETRANGER

Paroles de Jean-Marie CERF

Musique de Simon COLLIEZ

J’viens d’rintrer d’un voyache et j’sus tout débousé
Ej’ n’ai eu qu’des innuis j’vas vous les raconter
J’tos à peine arrivé qu’einne  pêquée d’gosses m’intoure
Voulant m’vinte des babioles i m’faigeotent des mamours
In m’avot bien prév’nu qu’fallot z’avoir à l’oeul
Mais j’n’y ai vu qu’du bleu i’ont pris min portefeul

REFRAIN :
Ch étot min premier voyache à l’étranger
Mais promis juré cha s’ra aussi l’dernier
Ch’étot  min premier voyache à l’étranger
Mais promis juré cha s’ra aussi l’dernier

 

A l’soirée folklorique y’avot d’ches belles danseuses
I’n’a deux qui sont v’nues m’quèr pour faire l’clown  avec eusses
Et pus qu’alles s’tortillotent et pus qu’je m’trémoussos
Pindant chelle danse du vinte ch’est fou ch’que j’arsintos
Mais vous n’allez pas m’croire em femme ed jalousie
Alle m’a laiché in plan et d’pis alle veut pus d’mi
(au refrain)

Arvenu à Orly m’tension alle a monté
I m’manquot einne valise ch’tot l’mienne j’l’auros parié
I’a fallu réclamer rimplir des tas d’machins
J’sus sûr qu’in m’la volée j’sus marqué par l’destin
Rintré sans portefeul sans femme et sans bagache
J’sus tell’mint contrarié j’ai peur qu’min cœur i lache
(au refrain)

Et pis ch’est pas fini car el lend’min matin
J’vas pour arquèr min tchien confié à un voisin
I m’dit tout artourné t’brave bête alle s’a sauvée
Un sauvache à moto il l’a écrabouillée
Quoi qu’j’ai fait au bon Dieu ej vous l’deminde mes gins
Pour qu’in huit jours ed temps i m’arrive tant d’pépins
(au refrain)


MON ENFANCE A GRANDI

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Retrouverai- je enfin
Tout le long du chemin
Des bords de la Clarence
La rapide hirondelle
Rasant du bout de l' aile
L' eau qui chante et qui danse

Tous ces enfants chantant
Rêveurs et insouciants
Tous ces cailloux qu' on lance
Et qui vont ricocher
Plus loin qu' on espérait
Les jeux de mon enfance

Retrouverai-je encore
Du couchant à l' aurore
Cette odeur de blé mûr
Ce clocher qui au loin
Egrenne son refrain
Ce chant qui nous rassure

Ces mineurs qu' on attend
Ce père et son enfant
Rentrant à la maison
Et ce vieil homme usé
Sifflant le nez levé
Appelant ses pigeons

REFRAIN:
A l' ombre des terrils
Au rythme des molettes
Mon enfance a grandi
D' autant de jours de fête
A l' ombre des terrils
Au rythme des molettes
Mon enfance est partie
Parfois je le regrette

Retrouverai-je à temps
Ce maréchal-ferrant
Tirant sur le soufflet
Dans le bruit de l' enclume
Et ce sabot qui fume
Et l' odeur de brûlé

Ce vieil homme à l' étang
Apprenant à l' enfant
Les secrets des marais
Le marché du jeudi
Et les bonbons aux fruits
Que ma grand-mère m' offrait
(au refrain)


 

N' ME LAISSE PAS TOMBER

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

J' te f'rai pas l' coup du gars qui r'grette et qui promet
J' te f'rai pas l' coup du gars qui jure qu' il va changer
Tu m' connais bien tu m' connais trop j' peux pas tricher
J' te f'rai pas l' coup mais surtout n' me laisse pas tomber

J' te f'rai pas l' plan de l' histoire qu' on peut r'commencer
J' te f'rai pas l' plan du p'tit resto où on allait
Ces souvenirs pour nous tout seuls tu les connais
J' te f'rai pas l' plan mais surtout n' me laisse pas tomber

REFRAIN :
J' ai pas encore bien l' habitude
D' rentrer tout seul à la maison
J' m' y fais pas à la solitude

J' sais pas quoi faire je tourne en rond
Tu sais c' est pas du cinéma
Mais j' suis pas bien quand tu t' en vas
Tu sais c' est pas du cinéma
Mais j' suis malade quand t' es pas là

J' te dirai pas ces mots stupides que tout l' monde dit
J' te dirai pas maintenant c' que j' t' ai jamais dit
J' sais pas vraiment quoi dire j' suis pas trop fier tu sais
J' te dirai rien mais surtout n' me laisse pas tomber

J' te dirai pas les bons moments passés ensemble
J' te dirai pas cette petite fille qui te ressemble
Elle est pour rien dans cette histoire j' ai tort je sais
J' te dirai rien mais surtout n' me laisse pas tomber
(au refrain)

REFRAIN 2 :
J' ai pas encore réalisé
Que tu s' ras pas là à m' attendre
Je crois toujours que t' es rentrée
Dans la maison je crois t' entendre
Tu sais c' est pas du cinéma
Mais j' suis pas bien quand tu t' en vas
Tu sais c' est pas du cinéma
Mais j' suis malade quand t' es pas là


NE L' ABANDONNE PAS

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Donne un peu de ton temps
Donne un peu de ta vie
Pour aider un enfant
Pour l' aider dans la vie
Un instant de tes jours
Un peu de ton amour
Il a besoin de toi
Pour faire ses premiers pas

Donne un peu de ton coeur
Donne un peu de ton corps
Un peu de ta chaleur
Un peu de réconfort
Apporte à cet enfant
La force de lutter
Apporte à ses parents
La raison d' espérer

REFRAIN:
Ne l' abandonne pas
Il a besoin de toi
Pour vivre comme nous
Il a besoin de vous
Ne l' abandonne pas
Il a besoin de toi
Pour vivre comme nous
Il a besoin de vous

Donne un peu de ton ciel
Un peu de ton soleil
Demain il brillera
Pour lui comme pour toi
Viens lui tendre la main
Prépare son avenir
Lui apprendre la vie
Lui apprendre à sourire
(au refrain)

Quand dans quelques années
Tu le rencontreras
Le temps aura passé
Mais il n' oubliera pas
Ce que tu auras fait
C' que tu auras donné
Tu verras ce jour-là
Tu seras fier de toi
(au refrain)


NOU PATOIS

Paroles de Guy DUBOIS
Musique de Simon COLLIEZ

Nou patois ch' est l' manière qu' in dit nous contes
Ch' est de l' façon-là qu' in parlot tout l' monte
Ch' est l' langache ed nous viux ed nous aïeux
Et croyez-me y' a pas d' quoi  n' ête honteux

Nou patois ch' est des mots bien à nous  autes
Ch' est des tournures ed phrases qui ont l' air vieillottes
In parle comme cha sans aller à l' école
Un escargot cha n' est qu' einne caracole

Nou patois i cante el vint d' ichi
Et cha n' se comprind qu' avec des amis
In l' parlot déjà à l' récréation
Pour faire bisquer ch' clerc avec ses punitions

REFRAIN:
Rappelle-te les fleurs que té m' as jechtées
Dins ch' l' haïure alles sont restées incrinquées
In n' oublie pas les fabes ed La Fontaine
Dins nou coeur alles sont gravées nou rengaines
Acoute nou patois comme einne vraie canchon
Ch' est l' patois-tendresse pour sin p' tit garchon
Ch' est l' patois-rudesse ed nous travailleurs
Nou patois-poésie faut qu' té demeures

Nou patois nous trahit quand in voïache
Vite in arconnot l' langue ed sin villache
Monsieur vous devez être du Pas de Calais
Un dîner d' baptême ch' est einne bardalée

Nou patois i dit plat comme in dot dire
In n' peut pas comprinde équ' cha peut faire rire
Cha s' dit in musique avec des silences
In écrase des mots et y' a einne cadence

I est accroché à nou lanque nou patois
Quand qu' t' es perdu et qu' t' arconnos einne voix
T' es vite prêt à dire ch' est pas toi min frère
Tellemint qu' t' as cor querre l' parlache de t' terre
(au refrain)


NOUS AVONS TOUS LES DEUX

Paroles de Adéodat LARIVIERE
Musique de Simon COLLIEZ

Nous avons tous les deux parcouru le même chemin
Epaule contre épaule aux fraîcheurs du matin
Nous avons tous les deux pris les mêmes sentiers
Marché d'un même pas de même volonté

Nous avons tous les deux traversé les orages
Ecarté l'importun et forcé les barrages
Nous avons tous les deux connu des jours chagrin
Accepté d'avoir froid quelquefois d'avoir faim

REFRAIN:
Une vie fulgurante avec pour tout bagage
Un peu de rêverie et bien plus de courage
Un amour partagé comme s'écrit un poème
Toujours inachevé avec celle que l'on aime

Nous avons tous les deux pleuré l'enfant qui part
Sans nous faire à l'idée de ne plus le revoir
Nous avons tous les deux surmonté ces tourments
Vécu pour ceux qui restent et qui sont innocents

Nous avons tous les deux planté notre jardin
Cultivé l'amitié et choisi les copains
Nous avons tous les deux bâti notre maison
Et nous l'avons meublée de rires et de chansons
(au refrain)


NOUS LES R' TRAITES

Paroles de René DOUNIAUX
Musique de Simon COLLIEZ

Albert après tros apéros
I nous sort tout sin répertoire
I s' prind pour Luis Mariano
Seul' mint comme i n' a pas d' mémoire
In dot li souffler les paroles
In plus i cante comme einne cass' role
I' a fini in i r' met un pot
Pour pas qui r' cante un aute morcieau
In s' demande s' il fait pas exprès
Pour boire à l' oeil ch' est pas l' dernier

REFRAIN:
Nous les r' traités in a jamais le temps
De s' faire de l' bile ou bien du mauvais sang
In n' reste pas infermé à s' maison
A s' incroûter devant l' télévision
In va au club artrouver ses amis
Pour jouer à cartes ou faire einne tite sortie
Ch' est nous les meilleus pour c' qui est d' s' amuser
Vive la r' traite et vive les artraités

Mad' leine qui fait plus c' cent kilos
Seul' mint i faut vir comme alle danse
Si elle t' invite te voilà bieau
Et té peux dire que t' as pas d' chance
Elle te coince intre ses nénés
T' arrives même pus à respirer
Si ch' est un tango rinversé
Faut s' mette à quate pour l' arlever
Faut avoir sin permis poids lourd
Ou alors té fais pas trois tours
(au refrain)

Quand in voyache ch' t' einne vraie mervelle
Dins ches bus in cante à tue-tête
L' chauffeur in li casse les orelles
I sort ed là i est tout bébête
Les gins du Nord du Pas d' Calais
Dins tous les coins in les r' connaît
Les bieaux catiaux et les églises
Cha n' désaltère pas les touristes
Si l' car i fonctionne au diesel
Nous in fait l' plein dins les capelles
(au refrain)


NOUS ON IN A ASSEZ

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Quand i nous font la cour
In n' peut pas plus docile
Et jusqu' au dernier jour
I font tous nos caprices
On peut tout lu d' mander
I sont là prêts à tout
I s' fairottent même tuer
Qu' i disent s' il le fallot pour nous

I nous font des cadeaux
I nous font des promesses
Et nous autes on les crot
Y' ont tellemint belle manière
Mais dès qu' i sont mariés
Ch' est pus les mêmes bonhommes
Faut pus rien lu d' mander
I nous prennent pour lu bonnes
(au refrain)

L' mien i s' lève el matin
Tandis qu' monsieur i s' rase
Faut que j' li beurre sin pain
Que j' li cire ses godasses
Quand i rinte à midi
Ses pieds in d' sous de l' table
I faut l' servir tout cuit
I bougerot pas einne patte

L' mien quand i est à l' maison
Rien qu' à l' vir j' m' énerve
I est là qui tourne in rond
I sait jamais quoi faire
Si ji donne du boulot
Il est vite décampé
I monte sur sin vélo
Il arvient deux trois heures après
(au refrain)


REFRAIN:
Nous on in a assez
Nous on in a assez
On in a assez d' ête vous bonniches
Nous on in a assez
Nous on in a assez
On in a assez d' faire vous caprices
Nous aussi on va fêter
Sainte Barbe et pis Saint Eloi
Faire la tournée des cafés
Faire la fête et la java
Tous les problèmes de l' maison
Les gamelles et les bidons
Nous on in a assez

Tous les vendredis soir
Pour aller faire les courses
Ch' est toudis l' même histoire
Et ch' est toudis la course
I a jamais l' temps de rien
Il est toudis pressé
Sauf el dimanche matin
Pour li aller faire sin tiercé

Faut ête à ses p' tits soins
Sitôt qu' il a quette cosse
Et pour un rien i s' plaint
Il est pire qu' un vrai gosse
I veut juer les durs
Mais quand i s' prind einne cuite
L' lend' main i rase les murs
Il est mou comme einne chique
(au refrain)


N'Y TOUCHEZ PAS

(Ne me faites pas peur)

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

N'y touchez pas
Je me battrai je suis prêt
Elle est à moi
Vous pouvez tout essayer
Laissez-la moi
Nous on ne vous a rien fait
N'y touchez pas
Laissez-la se réveiller
Je vous en prie
Elle a tout à découvrir
Tout de la vie
Il n'est pas temps de finir
Je vous le crie
Laissez-la me revenir
Je vous en prie
Redessinez son sourire
Pardonnez-moi
Mais je crève qu'elle meure
Ecoutez-moi
S'il faut que je pleure je pleure

REFRAIN:
Ne me faites pas peur
On n'a rien commencé
Ne me faites pas peur
Je veux continuer
Ne me faites pas peur
Y a quelque chose à faire
Ne me faites pas peur
Ne me faites pas peur

 

Redonnez-moi
Les battements de son coeur
Pardonnez-moi
Mais ce n'est pas encore l'heure
Redonnez-lui
Le souvenir que je garde
De l'infini
Des yeux bleus qui me regardent
Ce n'est pas vrai
L'histoire ne peut s'arrêter
Ce n'est pas vrai
Un amour ne meurt jamais
C'est pas fini
Laissez-la moi je saurai
C'est pas fini
Je n' vous crois pas c'est pas vrai
Dites-le moi
Elle va bientôt revenir
Je n' vous crois pas
Elle va de nouveau sourire
(au refrain)


ON A VOLE MA MOBYLETTE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Une bande de vauriens
L' a enlevée ce matin
Elle m' attendait dans la cour
On d' vait aller faire un tour
Bien qu' elle ne soit plus dans l' coup
Elle plaît encore malgré tout
Avec le châssis qu' elle a
Au fond ça ne m' étonne pas
Tous ceux qui l' ont essayée
Vous le diront et c' est vrai
Quand on est monté dessus
On voudrait qu' ça n' arrête plus

REFRAIN:
On a volé ma mobylette
On a volé ma mobylette
J' entends toujours le son de sa petite sonnette
On a volé ma mobylette

Si un jour vous la voyez
Vous n' pouvez pas vous tromper
Il n' y en a pas deux comme elle
C' est la seule et c' est la mienne
Elle est d' couleur bleu azur
Des sacoches en plastique dur
Et sur la roue de devant
Un pneu neuf de deux cents francs
(au refrain)


ON N'OUBLIE JAMAIS

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

On a tous oublié
Un moment de sa vie
Des choses que l'on faisait
Des mots que l'on a dits
Les paroles d'une chanson
Au moment de chanter
Oublié le prénom
D'un copain retrouvé

On a tous eu un jour
Un trou noir un oubli
Un instant très court
Où la mémoire nous trahit
Raconter une histoire
Faire rire les copains
Soudain ne plus savoir
Comment était la fin

REFRAIN :
Mais on n'oublie jamais
Mais on n'oublie jamais
Son premier amour
Son premier baiser
Son premier chagrin
Ne s'oublient jamais

On a tous oublié
Un vieux copain d'enfance
Un copain de lycée
Un amour de vacances
Le nom d'un professeur
Qui nous faisait marrer
Ou celui d'un acteur
Qui nous a fait rêver

On a tous oublié
Quelque chose ou quelqu'un
Une histoire du passé
Un souvenir lointain
Une fille d'un soir
Qu'on n'a jamais revue
Et comme ça par hasard
On croise dans la rue
(au refrain)


OU VA LE MONDE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Quand je vois chaque matin
C' qui fait la une des quotidiens
Où va le monde
Toujours les mêmes nouvelles
Les mêmes mots qui reviennent
Où va le monde
Jamais un mot qui pourrait
Nous faire au moins espérer
Où va le monde
Que les hommes de demain
Pourraient se donner la main
Où va le monde
On ne parle que de guerre
De violence ou de misère
Où va le monde
D'alcool de drogue et d' attentat
De vol et d'assassinat
Où va le monde
De catastrophe nucléaire
De la pollution des mers
Où va le monde
Je me pose la question
Mais jusqu'où ira-t-on
Où va le monde

REFRAIN:
Je m'adresse à tous les dieux
A vous qui êtes aux cieux
C'est ma prière
Dans ce monde de violence
De haine et d'indifférence
Et de misère
Moi j'ai peur de l'avenir
De voir mes enfants grandir
Que vont-ils faire
Mais quand donc viendra le jour
Où l'on parlera d'amour
Sur cette terre

On se bat un peu partout
Les hommes deviennent fous
Où va le monde
Pour un dieu ou pour un roi
Pour l'honneur de qui de quoi
Où va le monde
Des enfants meurent de faim
D'autres un fusil à la main
Où va le monde
Chacun fait à sa façon
Sa propre révolution
Où va le monde
(au refrain)


OUF CH' EST FINI

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Quand Robert il a pris s' retraite
Faut vir l' monde qu' il avot
Faut dire que Robert ch' est einne tête
Et que du monde il in connot
I' avot fait cha dins l' salle des fêtes
Y' avot à boire et du gâtieau
Et certains pour fêter s' retraite
Ils i offrottent un p' tit cadeau

I' avot invité ses copains
Ses amis et pis ses voisins
Ceux qui travaillottent avec li
Et s' belle-mère alle y' étot aussi
Mais voilà ch' est que tour à tour
Chacun i faisot sin discours
Deux heures après einne fos fini
Robert alors là i m' a dit

REFRAIN:
Ouf ouf ouf ch' est fini
Les bieaux discours les tra la la ch' est pas m' n' affaire
Ouf ouf ouf ch' est fini
In plus i faut sourire à ceux qu' in n' a pas querre
Ouf ouf ouf ch' est fini
Mais y' a des jours faut tout supporter et pis s' taire
Ouf ouf ouf ch' est fini
Ouf ouf ouf ch' est fini

Y' in a croyant i faire plaisir
I z' ont canté einne tite canchon
Au début cha nous faisot rire
Mais à forche in trouvot l' temps long
El pire cha a été s' belle-mère
In arrivot pus à l' faire taire
Deux heures après einne fos fini
Robert alors là i m' a dit
(au refrain)

Cha n' est seul' mint qu' einne fos bien tard
Que certains se sont in allés
Mais comme y' a toudis des fêtards
Qui n' sont jamais pressés d' rintrer
Ch' est quand i z' ont eu tout vidé
Qu' alors i se sont in allés
Quand el dernier il est parti
Robert alors là i m' a dit
(au refrain)


PAIX BONHEUR AMOUR

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Je suis seul au milieu de l'espace
Je navigue à travers les étoiles
Tout là-bas en dessous des nuages
Je regarde s'éloigner la terre

A la recherche d'une terre nouvelle
Pour y emmener tous ceux que j'aime
Là-bas très loin des bruits de la ville
De la pollution des bétons villes

REFRAIN:
Paix bonheur amour
Paix bonheur amour
Serait la devise
De tous les hommes
Paix bonheur amour
Paix bonheur amour
Serait la devise
De chaque homme

Où tout serait comme chez mon grand-père
Rempli de champs d'arbres et de rivières
Un monde où il y ferait bon vivre
Où chacun prendrait le temps de vivre

Un monde où les hommes seraient frères
Sans fusil sans canon sans frontière
Un seul dieu unirait tous les hommes
Qu'ils soient blancs qu'ils soient noirs ou bien jaunes
(au refrain)


PAIX SUR LA TERRE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Et si pour ce nouveau millénaire
On pouvait se mettre à espérer
A un monde nouveau d’une autre ère
Et peut être alors imaginer
Une maison un toit pour chacun
Où chaque enfant aurait son jardin
Les voir courir derrière un ballon
Plus jamais à l’approche des canons

REFRAIN
Paix sur la terre
Pour tous les enfants du monde entier
Paix sur la terre
Qu’ils vivent égaux et en liberté

Rayer à jamais du dictionnaire
Tous les mots fusil, guerre et misère
Pour ne plus jamais voir les mamans
Pleurer la mort d’un homme, d’un enfant
Où les hommes assoiffés de pouvoir
N’auraient pas de place dans l’histoire
Où l’argent ne ferait pas la loi
Mais un monde où l’amour serait roi
(au refrain)


PARAIT QU' CH' EST RARE
d' avoir einne bonne belle-mère

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

I’ in a qui n' peuvent pas sintir lu belle-mère
Pour un oui pour un non i s' font la guerre
Je n' comprinds pas l' mienne n' est pas comme cha
J' os' ros même dire heureus' mint qu' alle est là
Si j' ai einne auto ch' est bien grâce à elle
Même l' assurance ch' est elle aussi qui l' paye
L' jour où j' ai un plein d' essence à faire
Je l' prinds avec j' vous dis pas pour quoi faire

REFRAIN:
Paraît qu' ch' est rare d' voir einne bonne belle-mère
Paraît qu' ch' est rare suffit d' savoir y faire
Paraît qu' ch' est rare d' avoir einne bonne belle-mère
Mais avec tout c' qu' alle m' a déjà offert
Je n' peux que l' avoir querre

Quand avec m' femme in veut s' balader
Pour ches gosses in a pas à s' imbêter
In n' a même pas besoin d' li demander
Ch' est elle qui s' propose pour les garder
Qu' on rinte à deux ou trois heures du matin
Y' a toudis un café qui nous attind
Alle sait pas quoi faire pour nous faire plaisir
Et j' n' ai que des grands mercis à li dire
(au refrain)
L' jour de s' pinsion faut vire alle n' est pas drôle
J' ai mes cigarettes et pis m' n' argint d' poche
Quand il y a des fins d' mois difficiles
Alle est là pas besoin de s' faire de l' bile
Tous les ans l' jour de s' n' anniversaire
J' li paye des roses ch' est les fleurs qu' alle préfère
A mes copains d' traval quand j' leur dis cha
I n' comprintent pas i n' ont jamais vu cha
(au refrain)

POUR FINIR;
Paraît qu' ch' est rare d' avoir einne bonne belle-mère
Paraît qu' ch' est rare suffit d' savoir i faire
Paraît qu' ch' est rare d' avoir einne bonne belle-mère
Mais avec tout c' qu' alle m' a déjà offert
Je n' peux que l' avoir querre
Je n' vous étonnerais pas in vous disant
Pourvu qu' cha dure longtemps


PARCE QUE JE T’AIME

Paroles de Jacques LEDUN
Musique de Simon COLLIEZ

Ta tête sur mon épaule
Tes cheveux dans mon cou
J’dois dire que j’en raffole
J’en suis devenu fou
Tu sais ça fait du bien
D’aller main dans la main
Faire un bon bout d’chemin
En ne pensant à rien

A rien d’autre que nous
A notre amour si doux
Près de toi je suis fier
Ma vie n’est plus amère
Tes lèvres sur mes lèvres
Pour un très long baiser
Tes lèvres sur mes lèvres
Je n’peux plus m’en passer

REFRAIN :
Parce que je t’aime
Parce que je t’aime
Toi qui m’as écouté
Toi qui m’as tant aidé
Parce que je t’aime
Parce que je t’aime
Tu as fait de ma vie
Un très beau paradis

Je me souviens du jour
Où je n’allais pas bien
Mon cœur était très lourd
Tu m’as tendu la main
Nos yeux se sont fixés
C’est là qu’on a flashé
Et puis sans se parler
On sut que l’on s’aimait

Mais on n’a pas le droit
De s’aimer comme ça
Paraît qu’c’est interdit
On nous l’a déjà dit
Mais on s’en fout on s’aime
On s’aimera quand même
Tu as  droit au bonheur
Et je t’offre mon cœur
(au refrain)


PAS LE DROIT

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

REFRAIN:
Pas le droit de te dire je t'aime
Pas le droit de te parler comme ça
Même si je te fais de la peine
Pas le droit de te dire ces mots-là
Pas le droit de te dire je t'aime
Même si parfois au fond de moi
J'ai envie de te le dire quand même
Pas le droit non je n'ai pas le droit

Pourtant si tu savais comme j'ai envie de toi
De ton corps sur mon corps te sentir près de moi
Un seul regard de toi et le feu brûle en moi, en moi

Tous ces rêves interdits que je fais chaque nuit
Sont de plus en plus fous et alors je me dis
Quittons-nous dès ce soir bien avant qu'il ne soit trop tard
(au refrain)

J'aime tout c' qui est en toi de ton corps à ta voix
Tu es tell' ment jolie tu es tell' ment tout ça
Et pourtant malgré tout tu ne seras jamais à moi

Je sais que ça fait mal de savoir que nous deux
Nous ne pourrons jamais vivre ensemble être heureux
Quittons-nous bons amis et ce soir disons-nous adieu
(au refrain)


PAYS DU NORD

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Celui qui te déchire n'a jamais vu ta peine
Remonter des labours aux matins de janvier
Au sortir de ta bouche jamais vu ton haleine
Au milieu d'un terril que lui nomme crassier

Celui qui te dit noir celui qui te dit gris
N'a-t-il jamais un jour en regardant ton ciel
Rêver d'un bout d'espoir dans le bleu infini
De vivre un peu d'amour brûler par ton soleil

REFRAIN:
Pays du Nord
Mon pays
Une fois encore
Je te le dis
Si je m'endors
Si c'est fini
Pays du Nord
Je suis d'ici

Celui qui de ta mer dénonce la froideur
A-t-il eu par le vent le visage fouetté
A-t-il vu la colère senti la rage au coeur
D'une vague se brisant éclatant le rocher

Celui qui te dit froid est-il descendu
Au ventre de la terre pour trouver les racines
D'un peuple qui se bat d'un peuple qui se tue
Pour trouver sa misère tout au fond d'une mine
(au refrain)

Lui qui te dit sans joie n'a-t-il jamais vécu
L'amitié qui transpire d'une poignée de mains
D'une main sur l'épaule et d'un sourire perdu
Sur le visage noirci au charbon d'un copain
(au refrain)


PETITE CATHY

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Dans ton ciel y a pas beaucoup de bleu
Tu sais pas si demain s' ra mieux
Petite Cathy
T'aimes pas trop ceux qui te font croire
Qu'il faut tout apprendre pour savoir
Petite Cathy
C'est pas facile mais tu te bats
C'est pas facile mais tu y crois
Et c'est la vie
Et c'est ta vie

Tu voudrais leur dire qu'ils ont tort
Qu'ils sont plus nombreux pas plus forts
Petite Cathy
Que tu peux bien te passer d'eux
Que tu ne baisseras pas les yeux
Petite Cathy
C'est pas facile mais tu te bats
C'est pas facile mais tu y crois
Et c'est la vie
Et c'est ta vie

REFRAIN :
Danse, Cathy, danse
Ne t'arrête pas
Chante, Cathy, chante
Il t'écoutera
Ne passe pas Cathy
A côté de la vie
Ne passe pas Cathy
A côté de ta vie

C'est pas très facile à 15 ans
La vie ne sourit pas tout l' temps
Petite Cathy
Même si un garçon d' temps en temps
Fait briller tes yeux un moment
Petite Cathy
C'est pas facile mais tu te bats
C'est pas facile mais tu y crois
Et c'est la vie
Et c'est ta vie
(au refrain)


PLUS CH’TI QUE MI Y’A PAS
Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Mi  j'sus d'ichi
Un vrai ch’timi
Min patois j'in sus fier
J'l'ai pas appris
In m'l'a transmis
Directemint aux seins de m'mère
Ej' parle patois
Ej' parle comme cha
Plus ch'ti que mi y'a pas
Comme dirot m'soeur
Qui bat pas l'beurre
Té treuves plus ch'ti que mi té meurs

 

Tous les ans j’vais au carnaval
Avec mes copains in s’éclate
In s’déguise in met eune perruque
Eune fausse poitrine eune mini-jupe
A Dunkerque après  l'pluie d’harengs
In fait les capelles in cantant
Derrière les fifes et tambourins
In défile jusqu’au p’tit matin
Au refrain

Ma tante Ginette qui est partie
Devenir concierge à Paris
Cha fait trois mos quand alle arvient
Faut vire el genre qu'madame alle prind
Alle a pris l'accent parisien
El patois alle ne l’connot pus
Comme dirot Bertrand min copain
Ginette alle pète pus haut qu’sin ?
Au refrain

D’pis qu’y’a eu "Bienv’nue chez les ch’tis"
Tout l’monte i veut parler patois
Paraît qu’ch’est tendance à Paris
I fait bon ton d’parler comme cha
Mi tout cha, cha m’fait rigoler
Hier ceux qui trouvottent cha vulgaire
Aujourd’hui i s’mettent à l’parler
I faut jamais cracher in l’air
Au refrain

 


POUR TOUT JE TE DIS MERCI

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

REFRAIN :
Ca n’a peut être pas été pour toi
Le plus beau jour de ta vie
Mais tu n’oublieras jamais je crois
Le jour où tu as dit oui

Dans cette petite chambre
Où pour la première fois
Nous avons dormi ensemble
Toi et moi sous le même drap
(au refrain)

Dans cette petite église
Tous nos amis étaient là
Dans ma main ta main j’ai prise
Pour te passer la bague au doigt
(au refrain)

Le jour où je t’ai demandé
De me donner un enfant
Et le jour où je l’ai bercé
Comme il ressemble à sa maman
(au refrain)

POUR FINIR :
Ca n’a peut être pas été pour toi
Les plus beaux jours de ta vie
Mais je n’oublierai jamais crois moi
Pour tout je te dis merci


POURQUOI FAIRE SIMPLE
QUAND IN PEUT FAIRE COMPLIQUE
Paroles de René DOUNIAUX
Musique de Simon COLLIEZ

A l'école in calcul in deminde à tous chés éfants
Une baignoire qui fuit se vide en combien de temps
Sachant que cette dernière contient pas moins de trois cent litres
Et qu'a la minute y'en a deux qui s'échappent par la fuite
Mi je m'deminde à quoi cha sert ed poser d'telles questions
Vu qu'alle l'maison y'a qu'eune douche pour faire nos ablutions
Et qui s'rot bin pus simple ed faire appel à un plombier
Li in un tour ed main il a vite fait de l'réparer

Pourquoi faire simple quand in peut faire compliqué
Ch'est cha la France Ch'est cha la France
Pourquoi faire simple quand in peut faire compliqué
Ch'est cha la France vive el progrès

Y'a toudis des travaux dins chés rues ch'est pas folichon
Des trous par chi des trous par là  bétot dins nos maison
Et quand te cros que ch'est fini qui z'ont tout arbouché
Tros s'maine après eune aute équipe arcommiche à creuser
Et ti té comprinds pas qui armettent cha core on coup
Peut ête qu'un ouvrier a oublié s'pelle dins ch'trou
Ech' pauve garchon ch'est sûr il a dû es faire ingueuler
J'voudros pas ête à s'plache il a intéret d'la r'trouver
au refrain
A ch't'heure pour n'importe quoi i nous faut des tas d'papiers
Pour ceci pour cela té n'sauros même pus les compter
El plus dur ch'est de les ar'trouver quand in a besoin
Mais i faut pas t'leurrer sur i t'in manqu'ra toudis un
Enfin quand tout fier ed ti  té te le s'ra procuré
Ch'est pour intinte dire ch'document là il est périmé
J'ai du mal à m'tête in ravisant tous chés tas d'pa'prasses
Les fabriquands d'apier i n'sont pas près d'ête au chomache
au refrain


 

POURQUOI PAS MOI

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Quand j'entends les chansons
Qui passent à la radio
J' me dis sans prétention
Que j' peux faire aussi beau
Y' en a qui réussissent
Alors qu'ils chantent faux
Y' en a des qui sont tristes
Y' en a des qui sont beaux
Je n'ai pas eu la chance
D'être jolie princesse
J'suis pas super nana
J'peux pas montrer mes fesses
J'suis pas fils à papa
J'ai pas de relations
Moi je n'ai que ma voix
Pour chanter mes chansons

REFRAIN:
Cha la la la pourquoi moi
Cha la la la pourquoi moi
Cha la la la pourquoi moi
Pourquoi pas moi

Quelques notes de musique
Choisir un bon tempo
Le tout bien électrique
Avec des sons nouveaux
Pour le texte on verra
J' trouverai bien quelques mots
Sinon j'fais la la la
J'improvise un solo
Du gel plein les cheveux
Du noir autour des yeux
L'allure un peu tarée
Plus c'est con plus ça plaît
Les nanas seront folles
De mon look un peu fou
J'deviendrai une idole
A moi tous les gros sous
(au refrain)

J'prendrai pour les galas
Et la télévision
Deux trois supers nanas
Pour avoir l'air moins con
J'f'rai un clip vidéo
Tout plein gentil tout beau
J'irai pas comme j'ai vu
Jusqu'à montrer mon nu
(au refrain)


PREMIER BAISER PREMIERE PEINE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Oui désormais quoiqu' il advienne
Je garderai toujours de toi
Le souvenir de nos "Je t' aime"
Les beaux jours passés près de toi
Ne pleure pas n' aie pas de peine
Car je voudrais garder de toi
Le sourire de tes lèvres
Pour le dernier jour avec toi

REFRAIN :
Premier amour
Premier je t' aime
Premier baiser
Première peine
Je penserai toujours à toi
Ces instants passés dans tes bras
Premier amour
Premier je t' aime
Premier baiser première peine
Je t' en prie souvent écris-moi
Je t' en supplie ne m' oublie pas

Demain quand le jour se lèvera
Tu seras déjà loin de moi
Il ne restera que l' image
Des beaux jours passés près de toi
Et quand j' irai sur cette plage
Toujours je penserai à toi
Et seul allongé sur le sable
Qu' ils seront tristes les jours sans toi
(au refrain)


QUAND IN EST MUSICIEN

Paroles de Jean-Marie LEFEVRE
Musique de Remy MIONT

REFRAIN:
Mi j' sus musi j' sus musicien
J' sus contint quand ej jus de m' n' instrumint
Toudis m' femme alle rouspète
Alle dit qu' y' a trop d' répèt'
Alle treuve que j' ai l' air bête
Quand j' intique m' casquette
Je m' fous pas mal de c' qu' alle peut dire
Dù qu' y' a d' la gêne y' a pas d' plaisir
J' sus fin bénache et alle n' y cang' ra rien
C' qu' on est contint quand in est musicien

L' année passée y' a eu un évén' ment
In a cangé d' bannière alle avot pus d' soixante-chinq ans
Comme tout i passe in sait dès  à présent
Qu' i faudra bien un jour rinte sin costume et s' n' instrument
Mais ch' président i est là qui veille su nous
Pour que s' musique alle marche et qu' in soit bieau i est prêt à tout
I nous acoute jouer et i a bieau faire
Cha l' rind tell' mint ému qu' alors i s' met à braire
(au refrain)

Quand vient l' ducasse ej' saute dins min costume
Ech fais luire mes godasses pour défiler dins la commune
Pour bien jouer in tape in s' époumonne
Qu' in jue de l' clarinette du tambour ou bien du trombone
Quand ch' est fini in vient nous inviter
Un verre nous est offert par la municipalité
Ch' est ch' maire qui l' dit cha cha n' a pas cangé
Qui soit d' gauche ou bien d' droite ch' est toudis l' même couplet
(au refrain)

Mais l' pus bieau jour pour nous autes musiciens
Ch' est à la sainte Cécile et là chacun y met du sien
A ches répèt' in est vraimint sérieux
In suit chel partition et pis not' chef qui crie c' est mieux
Alle première heure quand l' jour i est arrivé
In s' artreuf dins l' église pour un concert très apprécié
Mais l' pus marrant pour nous autes ch' est ch' gueulton
In minche in bot in danse au son d' l' accordéon
(au refrain)


QUAND J’AVAIS SEIZE ANS

Paroles de Adéodat LARIVIERE
Musique de Simon COLLIEZ

Je voulais te dire « c’est vous seule que j’aime »
Je voulais tenir les plus beaux discours
J’aurais déclamé les plus doux poèmes
Inventé pour toi mille mots d’amour
Lorsque j’ai failli  le dire je vous aime
Je ne croyais pas que tu m’entendrais
Faire un tel aveu à celle qu’on aime
C’était un exploit qui me dépassait

REFRAIN :
J’aurais tant voulu
Le dire je vous aime
Quand j’avais seize ans
Tu ne l’as pas su
Il m’aurait fallu
Sortir de moi même
Hélas mes quinze ans
Ne l’ont pas voulu

Pour avoir l’audace de le dire « je t’aime »
Il m’aura fallu tant et tant d’années
Une vie entière sans celle qu’on aime
Une vie perdue à le regretter
Si vous retrouvez celle qui vous aime
Il n’est pas trop tard pour lui murmurer
Combien vous l’aimiez quand aux jours de fête
Elle vous permettait de la faire danser
(au refrain)


QUAND L’TEMPS SERA VENU

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Quand l’temps aura r’muché mes souvenirs d’enfance
D’un brouillard arrivé duch’mint sans s’annoncher
Quand les ans écoulés feront naître des absences
Que vous aurez l’pudeur de ne pas arléver
Alors j’vous apprindrai chu qu’vous savez déjà
J’vous dirai des affaires que j’vous ai dit cent fos
Je m’mettrai in colère pour l’mot qu’j’artrouvrai pas
Et vous m’direz « ch’est rien » et vous m’soufflerez  ch’mot
Pis viendra vite el’temps faudra pas m’in vouloir
Dusque j’vous f’rai tout vire dusque j’vous ferai braire
Et même si aujourd’hui j’ai du mau à y croire
Vous n’s’rez pus dins m’paufe tiête qu’des figures étrangères
Alors vous m’ravis’rez sans trop vraimint comprinte
Chu qui peut bien s’passer dins m’n’esprit déringé
J’vous verrai sans vous vire parl’rai sans vous intinte
Et même quand j’serai là ch’est pas sûr que  j’y s’rai

Vous vous d’mindrez si j’sus malheureux sans savoir
Ej’ vous férai damner vous voudrez pas l’admettre
Mais petit à petit viendra el’ désespoir
De n’pus ête arconnus de ne pas m’arconnaîte
Vous vous direz alors ch’est pas possipe mon Diu
Ch’est pas li qui peut devenir aussi mécant
Et vous aurez raison ch’ti que j’s’rai devenu
N’aura pus rien à vire avec ech’ti d’avant
Ch’ti qui’aura passé s’vie à avoir peur pour vous
Ch’ti qui aura souffert pour pas qu’vous souffriez
Ch’ti qui aura jamais cessé d’pinser à vous
Ch’ti là i’aura longtemps qui se s’ra in allé
Aussi quand viendra l’heure ed’ la séparation
Quand vous s’rez à bout d’forche quand j’vous aurai usés
Quand i vous faudra printe el’ fameuse décision
J’vais vous dire eune affaire qui va vous assister

Ch’ti qui vous a eu kaire bien plus que tout au monte
Ch’ti qui’aurot préféré avoir du mau pour vous
Qui s’rot mort pour vous sans hésiter eune seconte
Ch’est pus li aujourd’hui qu’vous avez devant vous
Ch’ti qu’vous avez connu i vous aurot d’mindé
D’y faire l’pus bieau cadeau que vous pouvez li faire
De printe bien soin d’vous de n’pas vous épuiser
Cha ch’est l’meilleux moyen d’y dire qu’vous l’avez kaire


QUOI QU’I A DINS NOU ASSIETTE

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

REFRAIN
Mais quoi qu’i mettent,
Mais quoi qu’i mettent,
Mais quoi qu’i mettent, dins nou assiette
Quoi qu’ch’est qui veutent nous faire minger ?
I a vraimint d’quoi se l’déminder.
Mais quoi qu’i mettent,
Mais quoi qu’i mettent,
Mais quoi qu’i mettent, Dins nou assiette,
In va finir par n’pus minger
Et in déviendra tout réchué.. ?

Du beefteak d’ vaque folle
Du fromache à pâte molle…
Avec de l’ysteria…
Et p’tête même pire que cha !
Du gambon phosphaté,
De l’viande qui sint l’pâté,
L’mouton i a l’fiève aphteuse,
Et ti t’as l’fiève ach’teuse

I s’ont rouche leur tomates,
I z’ont des belle salates,
Té trouvr’as pas un vier,
Vu qu’i ont jamais vu d’terre !
Et quand té veux enfin,
Boire un p’tit verre d’vin,
Méfie te d’l’étiquette,
Ch’est suremint de l’piquette !
(au refrain)

L’pichon minche des croquettes,
In l’vind dins des barquettes,
P’tête même qu’in l’a congelé
Avant qu’i sache nager !
Ch’es vieaux i sont musclés,
In z’a tell’mint dopés,
Qu’avec un p’tit peu d’chance,
I gagneront l’tour de France !

Mais dus qu’il est l’bon temps
Quand in étot éfant,
Qu’nou mère faijot si bon,
Eune bonne poule dins ch’bouillon,
As’t’heure i z’ont bonne mine,
Ches glaines à l’dioxyne,
Ch’est sûr qu’si on attind
Va leur pousser des dints !
(au refrain)


QUOI QU' I DISENT CHES GINS

Paroles de Guy DUBOIS
Musique de Simon COLLIEZ

Ed pis l'temps que t'carrette alle roule
L'peinture alle a tourné à l'roule
Alle a connu l'enfer du Nord
Ch'pavé i a tué ses arsorts

Quand t'arrifes à la gare du Nord
Avant d'mette tin musieau déhors
Sors bien vite tin mouchoir de t'poche
Et essuie l'carbon su t'caboche

REFRAIN:
Quoi qu'i disent ches gins
Pour qui qu'in nous prind
In raconte su l'Nord des cacoules
Quoi qu'i disent ches gins
Pour qui qu'in nous prind
In nous prind vraimint pour des niquedoules
Quoi qu'i disent ches gins
Pour qui qu'in nous prind
In raconte su l'Nord des cacoules
Quoi qu'i disent ches gins
Pour qui qu'in nous prind
In nous prind vraimint pour des niquedoules

Té minches ed l'andouillette d'Arras
De l'flamiche sans faire ed grimace
Du coq à l'bière du viux Maroilles
Té parfumes tin gigot à l'sal

Nous autes in a querre einne bonne chope
In bot einne bière après einne aute
In arconnot tous cheux d'ichi
Qui finichent par un Wambrechies
(au refrain)

Quand té bos einne tasse ed café
Tin génief i faut vite l'avaler
Té passeros presque pour un maboul
Si in t'véyot faire einne bistoulle

T'as querre t'amuser à l'ducasse
Ech jour-là y'a rien qui t'tracasse
Y aura pas pus heureux qu'ti
In mingeant l'tarte à libouli
(au refrain)


RESTE CALME

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Mes copains m'appellent boule de nerfs
La flèche ou plus rapide que l'éclair
Je tiens ça du côté de mon père
C'est ce que m'a toujours dit ma mère
Des six garçons qu'on était chez moi
Le plus nerveux et bin c'était moi
Je m'souviens de c'que disait ma mère
Quand papa se mettait en colère

REFRAIN:
Reste calme reste calme
Ce n'est pas bon de s'énerver
C'est très mauvais pour la santé
Prends la vie du bon côté
Reste calme reste calme
Tu sais s'énerver c'est pas bon
Tu vas faire monter ta tension
Un jour tu f'ras une dépression
Reste calme reste calme
Il y a un proverbe qui dit
Ne fais surtout pas aujourd'hui
C'qu'un autre peut faire demain
Reste calme reste calme
Moi aussi j'pourrais m'énerver
Seulement je sais me contrôler
Faut savoir se maîtriser

Tous les jours dès cinq heures du matin
Je me lève pour aller au turbin
Certains jours j'n'entends pas le réveil
C'est ma femme qui me crie aux oreilles
Si je suis trop long à me lever
Elle n'hésite pas à me secouer
Les yeux encore à moitié fermés
J'lui réponds i faut pas t'affoler
(au refrain)


SACRE GUSTIN

Paroles de Guy DUBOIS
Musique de Simon COLLIEZ

Tout l' famille alle est réunie autour de ch' berche
Ch' tiot sourit aux anches s' mère est belle comme l' sainte Vierche
A l' bardalée quand z' invités sont bien heureux
Té t' élièves sus t' caïelle pour canter avec eux

Au bal ed' samedi soir tous ches jonnes s' précipitent
Ches garchons passent leu temps à cacher einne pitite
Té vas juer de t' n' instrumint pindant tout l' nuit
Je m' deminte bien commint qu' i s' débroullerottent sans ti

REFRAIN:
Té n' s' ros pas là pour faire canter ches gins
La vie alle serot trisse sacré Gustin
Té n' séros pas là pour nous faire danser
In pass' rot nou vie à s' délaminter

Ches manèches sont montés aujourd' hui ch' est l' ducasse
T' es tranquille comme un pape y' a mi rien qui t' tracasse
Au cabaret parmi tous ches gins qui rigolent
Té t' mets à canter et à juer sus t' tardiole

T' es invité à ches fêtes et à ches mariaches
Quand qu' t' es avec eux ches gins i sont bien bénaches
J' vas chi promette einne affaire té peux n' ête certain
Qu' si j' sus président té s' ras dins ch' gouvernemint

REFRAIN:
Et té s' ras là pour faire canter ches gins
La vie ann' s' ra pus trisse sacré Gustin
Et té séras là pour nous faire danser
In pass' ra nou vie à bien rigoler


SAINTE BARBE

Paroles de Jean CEENAEME
Musique de Simon COLLIEZ

Bonne Sainte Barbe nou chère patronne
Te v’la partie sans résister
Ti qui n’avot peur d’personne
Du fond de l’mine in t’as r’montée
Et je m’souviens du temps passé
Quand in t’fétot ah ! quelle histoire
L’journée là au lieu d’café
Dins nou musette i’avot d’quoi boire

REFRAIN
Sainte Barbe bonne Sainte Barbe
Compagne ed’nous joies et d’nous malheurs
Sainte Barbe bonne Sainte Barbe
Tous chés mineurs t’ont dins leux cœur
Sainte Barbe bonne Sainte Barbe
Compagne ed nous joies et d’nous malheurs
Sainte Barbe Protège incore tous tes mineurs

Même qu’in faijot un tiot banquet
Parfait’mint et tout in t’n’honneur
Bien sur ch’n’étot pas raffiné
In s’régalot ch’tot bin meilleur
Je m’souviens même qu’i’a eune année
Ech te dis cha ch’est véridique
I n’a un qui’avot dévalé
Un poulet tout cuit dins s’marmite
Au refrain

Parfos i n’avot un d’pompette
Ch’étot pas grafe in l’raménot
Jusqu'à s’maison in r’faisot fête
Ch’étot Sainte Barbe t’avos bon dos
Mais j’sus certain que dins nou cœur
Qu’in soit croyant ou bien athée
Sainte Barbe patronne des mineurs
Et plache al restera gravée
Au refrain


SANS TOI
(Je ne survivrai pas)

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Quand dans vingt ou trente ans
Le plus tard je l'espère
Quand les petits enfants
M'appelleront grand-père
Quand j'aurai quelques rides
Sûrement les cheveux blancs
Quand j'aurai comme on dit
Après tout fait mon temps

Alors quand viendra l'heure
Du jugement dernier
Pardonne mon égoïsme
J' veux partir le premier
Car tu vois si c'est toi
Qui partais avant moi
Je ne tarderais pas
A emboîter ton pas

REFRAIN:
Sans toi je ne survivrai pas
Sans toi je ne survivrai pas
Sans toi je ne survivrai pas
Sans toi je ne survivrai pas

Après toutes ces années
De bonheur et de joie
Je n'imagine pas
De vivre un jour sans toi
Comme dans un désert
Ou sur un océan
Je me sentirai seul
Abandonné aux vents
(au refrain)

Bien sûr qu'il restera
Dieu merci les enfants
Mais quand je serai vieux
J'veux pas être gênant
J'veux vieillir près de toi
Et être à tes côtés
Pour le dernier sourire
Pour le dernier baiser
(au refrain)


SES CINQUANTE PRINTEMPS

Paroles  de Jean-Marie LEFEVRE
Musique de Simon COLLIEZ

Elle vient juste d’avoir
Cinquante printemps
Qui pourrait le dire en la voyant
Avec ses cheveux blonds
Qu’elle a coupés courts
Sa peau bronzée ses yeux de velours
Elle vient juste d’avoir
Cinquante printemps
Si fragile si forte en même temps

Il y a bien longtemps
Qu’elle m’a choisi
Si c’était à refaire je dis oui
Pour toutes ces années
Passées maintenant
Ou l’on a élevé nos enfants
Et pour celles à venir
Je dis oui aussi
Avec elle et pour toute la vie

REFRAIN :
Je voudrais aujourd’hui
Arrêter le temps
Le jour de ses cinquante printemps
Je voudrais aujourd’hui
Arrêter le temps
Le jour de ses cinquante printemps

Quand il m’est arrivé
De la faire pleurer
J’en ai toujours souffert il est vrai
Il faudrait ces jours là
Ranger sa fierté
Et prouver que l’on sait aimer
Et les années qui passent
Aident à cimenter
Cet amour qui nous a tant donné
(au refrain)

Avec elle moi je rêve
De m’isoler
Sur une île déserte accoster
Loin du monde si fou
Et loin des tourments
Sous les palmiers sur le sable blanc
Et dans l’eau bleu azur
Nous irions nager
Elle et moi et pour l’éternité
(au refrain)


SI LES TERRILS
POUVAIENT UN JOUR PARLER
Paroles de René DOUNIAUX
Musique de Simon COLLIEZ

 

La nuit le jour en descendant sous terre
Souvent on perdait la notion du temps
La lampe au front bien fragile lumière
Le torse nu toujours le cœur ardent
Ils travaillaient dans le bruit la poussière
Afin de faire vivre leurs enfants

Bien que ne parlant pas le même langage
Ces hommes fiers toujours se comprenaient
Sans se soucier d’en savoir d’avantage
Sur le pays où un jour ils sont nés
Leur peau à tous était de couleur noire
Comme le charbon qu’au jour ils remontaient

REFRAIN
Si les terrils pouvaient un jour parler
Ils conteraient de bien belles histoires
Celles du temps où le bassin minier
Donnait du pain à toutes ses gueules noires
Qui chaque jour au fond se retrouvaient
Fort et vaillant faisant leur dur métier
Si les terrils pouvaient un jour parler
Voilà sans doute ce qu’ils nous racont’raient

Dans les corons on guettait les sirènes
Qui annonçaient souvent de grands malheurs
Certains laissaient  leurs  familles dans la peine
Perdant la vie au dur champ de labeur
Mais il fallait que le travail reprenne
C’était la loi de la vie des mineurs

Mais aujourd’hui c’est bien fini la mine
Ce n’est plus qu’un grand et beau souvenir
Près des terrils dans le vent on devine
Des voix venues de très loin pour nous dire
Que le charbon c’est toutes nos racines
Et qu’il fut beau le métier de mineur

 


SI NOUS AVONS LA CHANCE

Parole et musique de Simon COLLIEZ

REFRAIN :
Si nous avons la chance
De vieillir ensemble
Si la vie nous permet
D' aller jusqu' au bout
Dans cette vie fragile
Malgré peine et souffrance
Alors je partirai
Sans peine et sans regret

Mais avant que nos corps
Fatigués nous délaissent
Avant que notre amour
Ne devienne tendresse
J' aimerais remonter
Le fil de notre vie
Du tout premier baiser
A la dernière nuit
(au refrain)

J' aimerais retourner
Aux prochaines vacances
Là-bas dans le midi
Sous le ciel de provence
Dans ce petit hôtel
Je nous revois encore
Profitant de la vie
Profitant de nos corps
(au refrain)

Revivre en quelques jours
Un peu de chaque année
Un peu de tous ces jours
Passés à tes côtés
Il reste tant de choses
A faire et à se dire
Avant que tout ne soit
Qu'un lointain souvenir
(au refrain)


SI ON AVAIT DES SOUS
Paroles et Musique de
Simon COLLIEZ

 

Quand arrivent les élections c'est toujours la même chanson
Les promesses, les beaux discours on y a droit tous les jours
D'un coup de baguette magique soudain les hommes politiques
Ont chacun dans leur valise la solution à la crise
Chacun se dit le meilleur prêt à faire notre bonheur
Qu'est-ce qu'ils n'inventeraient pas pour qu'on leur donne nos voix
Assez de tous vos bla bla c'qu'on veut c'est du résultat
La gauche, la droite on s'en fou tout c'qu'on vous d'mande c'est des sous

 

REFRAIN
Fini les restos du coeur
Plus de misère quel bonheur
Si on avait des sous
Chacun sa petite auto
Les vacances au bord de l'eau
Si on avait des sous
Plus de manifestations,
De grèves et vive les patrons
Si on avait des sous
On paierait la joie au coeur
Nos impôts au percepteur
Si on avait des sous

 

C'est la course à l'Elysée à qui sera le premier
La droite, la gauche qui s'engueulent qui veulent le même fauteuil
Est-ce l'ambition ou l'argent ou tout les deux simplement
Alors là on comprend mieux que la place fasse des envieux
Les réception, les soirées, les voyages à l'étranger
Le grand luxe et le confort s'en priver ils auraient tort
Autant bien en profiter demain on ne sait jamais
Un autre plus prometteur viendrait rompre son bonheur
au refrain

 

Et c'est toujours la guéguerre des campagnes publicitaires
Les grandes affiches sur les murs, qui va payer les factures?
On nous dit la vie est dure faut se serrer la ceinture
Ce n'est quand même pas à nous qu'ils vont réclamer des sous
Si on inversait les rôles rien qu'une fois pour qu'on rigole
A nous de voter les lois à nous de gérer l'état
On voterait le trait'ment qu'aurait le gouvernement
Mais comme eux on n'est pas fou on pens'rait d'abord à nous
au refrain


 

SI QU' I VOUDROTTENT...

Paroles de Guy DUBOIS
Musique de Simon COLLIEZ

Cha n' va pas fort raite dins tous ches gouvernemints
Et nou pauf monnaie alle in vient à moins que rien
Chaque jour in s' demande à qui qu' in va faire la guerre
A l' Ouest à l' Est au Sud au Nord in n' est pas clair
Pourtant cha n' s' rot pas difficile ed s' arringer
Et ch' est pour cha que mi j' continue à pinser

REFRAIN:
Si qu' i qu' i
Si qu' i qu' i
Si qu' i voudrottent i pourrottent
Si qu' i qu' i
Si qu' i qu' i
Si qu' i voudrettent i pourrettent

Min camarate pis mi quand on  n' a l' occasion
Dù qu' in n' est pas connus in chasse l' jupon
Mais ches jonnes femmes d' à ch' t' heure cha n' est pus comme avant
I leu faut des sous des Rolls et i n' ont pus l' temps
Pourtant cha n' s' rot pas difficile ed s' arringer
Et ch' est pour cha que mi j' continue à pinser
(au refrain)

Avec em belle canne à pêque au bord de ch' ruicheau
J' vos passer des truites des roches des percots dins l' ieau
Cha fait bétôt chinq heures que j' frissonne dins mes loques
Et j' n' ai pas cor pêqué einne mitan d' épinoque
Pourtant cha n' s' rot pas difficile ed s' arringer
Et ch' est pour cha que mi j' continue à pinser
(au refrain)

Cha r' est l' momint d' faire t' déclaration d' impôts
Té dos rimplir et' feulle sans t' tromper d' zéro
Quand t' as tout marqué té l' donnes aux contributions
Et eusses i s' arringent pour t' faire einne belle soustraction
Pourtant cha n' s' rot pas difficile ed s' arringer
Et ch' est pour cha que mi j' continue à pinser
(au refrain)

Tous les jours ej' ravisse el météo à l' télé
I nous annonchent de l' pleufe du vint ou de l' gelée
Mais expliquez-me pourquoi et par queu hazard
I fait einne caleur ed diape deux-tros jours pus tard
Pourtant cha n' s' rot pas difficile ed s' arringer
Et ch' est pour cha que mi j' continue à pinser
(au refrain)


SI SEUL’MINT QUE J’SAVOS

Paroles de Raymond COUDERT
Musique de Simon COLLIEZ

Si seul’mint qué j’savos
Quand qué j’té vos in pin’ne,
Pour é t’faire carrier drot,
Povoir ténir ches rennes.
Si seul’mint qué j’savos
Quand j’té sins tourmintée,
Dire tout chà qui faudrot
Afin dé t’rapager.
Si seul’mint qué j’savos
Quand j’té vos rinfrognée
Seul’mint truver ches mots
Pour pouvoir t’amuser.
Si seul’mint qué j’savos
Quand qu’ch’est qu’té broies du noir,
Treuver einne dynamo
Qui t’ardonnr’rot l’espoir.

Si seul’mint qué j’savos,
Mais chà, je n’sais pas l’faire,
Si qu’simplemint j’dijos :
« Sais tu comme é j’t’ai quère ! »

Si seul’mint qué j’savos
Quand nous tiots sont malates,
Adon que j’n’in brairos,
Passer à l’rigolate
Si seul’mint qué j’savos
Oublier nos tourmints,
Nous misères et nous maux
Et t’rapp’ler simplemint
Si seul’mint qué j’savos,
D’pis chinquante ans passés
Chinquante ans ch’est mi d’trop,
Pour c’que té m’as donné
Si seul’mint qué j’savos,
Et chà, cha m’imbarrasse,
Si j’té disos einne fos :
J’sus bénache quand j’t’imbrasse

Si seul’mint qué j’savos,
Mais chà, je n’sais pas l’faire,
Si qu’simplemint j’disos :
Sais tu comme é j’t’ai quère !
Si qu’simplemint j’dijos :
Sais tu comme é j’t’ai quère !


S’I SUFFISOT
Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

S’i suffisot simplemint d’eune prière
Pour que les hommes arrêtent de s’faire la guerre
Pour qu’i z’oublient leus querelles leus rancoeurs
Leus différences d’religion ou d’couleur

S’i suffisot d’léver les bras au ciel
Et d’implorer nou bon père éternel
Pour que les hommes enfin s’donnent la main
Et qu’in n’vot pus tant d’gins mourir ed faim

REFRAIN :
S’i suffisot seul’mint d’prier
Alors je l’fros sans hésiter
J’trouve qu’il a bon dos nou bon Dieu
Quand cha va pas  ch’est sus li qu’cha r’queu
Mais quand l’homme il aura compris
Que ch’est gramint de s’faute à li
Quand ch’jour là i s’ra arrivé
Pour cha i’aura pus b’soin d’prier

S’i suffisot d’rintrer dins eune église
Pour que la vie alle devienne moins triste
Que les veilles gins qu’i s’artrouvent  tout seues
I trouvent eune main eune main qui s’tind vers eux

S’i suffisot d’prier pétit Jésus
Pour que ch’t’hiver à Noël dins ches rues
Pour qu’in n’vot pus des gins mourir ed frod
Et que chaque tiot aie sin pétit cadeau
(au refrain)


SI T'ARVIENDROS PEPERE
Paroles de Jean-Marie CERF
Musique de Simon COLLIEZ

 

Si t'arviendros Pépère t'n'intindros pus chés mots
Eq t'as tant rabachés pa d'zous terre au boulot
Pus personne ne  t'parl'rot du carbon d'l'abatache
Du porion des puteux de l'talle ou du herchache
Si t'arviendros quo qu't'in pins'ros Pépère
Si t'arviendros quo qu't'in pins'ros Pépère

Si t'arviendros Pépère té s'ros minme étonné
Passe que chés jonnes t'prindrottent pour un étranger
Si té parl'ros d'féniesse d'escaillache ou d'bowette
Ed cuv'lache ed gaillette ed riv'laine ou d'taillette
Si t'arviendros quo qu't'in pins'ros Pépère
Si t'arviendros quo qu't'in pins'ros Pépère

Si t'arviendros Pépère té s'ros poutant bénache
D'arsortir tous chés mots qu'té dijos à l'ouvrache
Seul'mint bout'feu beurtia criblache ou bin cafu
Et tous tes mots d'mineur achteure cha n'se dit pus
Si t'arviendros quo qu't'in pins'ros Pépère
Si t'arviendros quo qu't'in pins'ros Pépère

Si t'arviendros Pépère té d'mindros l'coeur poché
Dù qu'ch'est qu'tes pitits fiux z'ont appris à parler
Ordinateur email internet cyberpoint
Pout ti cha s'rot d'l'ébreu que té n'comprindros point
Si t'arviendros quo qu't'in pins'ros Pépère
Si t'arviendros quo qu't'in pins'ros Pépère

Si t'arviendros Pépère j'sais bin qu'cha t'frot quette cosse
D'intind' chés mots d'achteure mais pus tes mots del fosse
Mais n'seuche point défoutu si n'y'a pus tin parlache
T'es toudis dins nou et t'y tiens inne grande plache
Si t'arviendros quo qu't'in pins'ros Pépère
Si t'arviendros quo qu't'in pins'ros Pépère
Si t'arviendros quo qu't'in pins'ros Pépère
Si t'arviendros mais ch'n'est qu'un rêfe Pépère


 

SI TE VIENS DINS L' NORD
Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

REFRAIN :
Si té viens dins l' Nord
Dins l' Nord ou dins l' Pas-de-Calais
N' cros pas c' qu' in t' a raconté
Té verras qu' ichi
In y est bien au pays des ch' ti mi

Ch' est fou c' qu' in peut bien raconter
Sur l' Nord et sur l' Pas-de-Calais
Cha ch' est vrai cha ch' est vrai
A commincher par l' météo
Qui dit qu' i pleut quand i fait bieau
Ch' est pas vrai ch' est pas vrai
Ch' est vrai que nous autes par ichi
In n' a pas l' soleil du midi
Cha ch' est vrai cha ch' est vrai
Faut quand même pas exagérer
In n' est pas toudis ingélé
Ch' est pas vrai ch' est pas vrai
(au refrain)

Ch' est vrai qu' in n' est pas les derniers
Pour faire la fête et s' amuser
Cha ch' est vrai cha ch' est vrai
Mais quand in dit qu' il y a autant
D' cabarets qu' il y a d' habitants
Ch' est pas vrai ch' est pas vrai
Ch' est vrai aussi qu' un vrai ch' ti mi
N' arfus' ra jamais un bon d' mi
Cha ch' est vrai cha ch' est vrai
Quand in dit qu' in bot comme des tros
Qu' in bot ches cherques et ches tonnieaux
Ch' est pas vrai ch' est pas vrai
(au refrain)

In t' fait vir à l' télévision
L' côté l' plus triste ed ches corons
Cha ch' est vrai cha ch' est vrai
In t' dit qu' dins ches rues ches maisons
Ch' est rimpli d' poussière ed carbon
Ch' est pas vrai ch' est pas vrai
Faut pas croire in a des villaches
Et certain' mint les plus belles plaches
Cha ch' est vrai cha ch' est vrai
A les intinde in érot peur
In n' sérot pas c' que ch' est qu' einne fleur
Ch' est pas vrai ch' est pas vrai
(au refrain)

Té sais su l' Nord et l' Pas d' Calais
In a canté des tas d' canchons
Cha ch' est vrai cha ch' est vrai
Y' a Bach'let qui nous a canté
Qu' in a qu' du carbon des corons
Ch' est pas vrai ch' est pas vrai
On a dins l' coeur les gens du Nord
Tout l' soleil qu' on n' a pas dehors
Cha ch' est vrai cha ch' est vrai
Les Capenoules nous ont canté
Qu' in est cocu par ches Anglais
Ch' est pas vrai ch' est pas vrai
(au refrain)


S' IL EXISTE UNE AUTRE VIE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

S' il existe une autre vie
Après la vie
Dans un autre monde
Dans une autre vie
Que ce soit sur terre
Au ciel ou l' enfer
Ce n' est qu' avec toi
Que je veux la refaire

S' il existe une autre vie
Dans l' au-delà
Que j' y vive sans un sou
Ou comme un roi
Qu' importent les lois
La couleur des hommes
Qu' importe l' endroit
Si je suis avec toi

REFRAIN:
Si je pouvais choisir ma vie de demain
Sans hésiter je te reprends la main
Me réveiller ton corps contre mon corps
T' aimer chaque jour de plus en plus fort
Regarder le soleil briller dans tes yeux
Revivre tous ces instants merveilleux
T' aimer t' aimer t' aimer rien que t' aimer
Voilà le chemin que je choisirais

S' il faut prier pour
Nous retrouver là-haut
Je veux bien prier jour
Et nuit s' il le faut
Prier le bon dieu
Dieu et tous ses saints
Pour être avec toi
Dans la vie de demain

Dans ce monde dont
On a toujours parlé
Mais ce monde d' où l' on
Ne revient jamais
Soit disant meilleur
Mais qui nous fait peur
Etre à tes côtés
Toute l' éternité
(au refrain)


SIN P' TIT FRERE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Y' a sin p' tit frère el dernier el chouchou
J' troufe qu' i est pas clair pour pas dire un peu fou
Mais quand j' leur dis que je l' trouve bizarre
I m' disent toudis que ch' est pas mes histoires
Il a trente ans i n' est pas core marié
Et j' sus certain qui s' mariera jamais
Il est trop bien dins les jupons de s' mère
Là i fait rien y' érot tort ed s' in faire
El tit pépère

REFRAIN :
Il est un peu olé olé olé
Sin p' tit frère sin p' tit frère
Il est un peu olé olé olé
Sin p' tit frère
Si j' étos ed' ses parints
Ej' m' inquièt' ros sérieus' mint
J' sus certain quand i étot tiot
Y' a dù querre ed sin berceau
Ou alors quand il est né
L' infirmière l' a trop s' coué
Mais y' a pas faut faire quette cosse
A trente ans ch' est pus un gosse
Il est un peu olé olé olé
Sin p' tit frère sin p' tit frère

Y' a des momints i s' prind pour Belmondo
Peut ête de loin d'près ch' est Quasimodo
Ch' est pas que j' veux toudis ête su sin dos
Mais la nature alle y' a pas fait d' cadeaux
Devint les gins i roule des mécaniques
Alors qu'il est musclé comme un moustique
I fait des trucs qui ne font rire que li
I vot même pas qu' chés gins i s' foutent ed' li
Ech' tout pitit
(au refrain)

Ed temps en temps i li prind einne lubie
Là dernièremint comme cha y' a eu invie
aller à l' fanfare apprinte du tambour
Et tous les soirs in plein mitant de l' cour
I met s' tenue et pour des heures intières
El' v' là parti j' vous dis pas que calvaire
In a bieau dire que les voisins rouspètent
I nous répond qui faut bien qui répète
El tite pépète
(au refrain)


SU MIN DERNIER TERRIL

Paroles de Isaïe LAMPIN
Musique de Simon COLLIEZ

Tout in haut d’min terril, berché par tout un vint
Dù qu’seu un gris mouchon vient cor i faire pourrette
Su tout min mont d’caillaux, su z’och’mints d’un creus’mint
Du qu’ches pleuves et pis l’sueur i’ont tracé des voïettes
Su un dernier querelle, su l’calvaire ed tant d’gins
J’ai mis un g’nou dins l’terre, j’ai inl’vé m’vielle casquette

Tout un haut d’min terril, balloté par el vint
Dù qu’un méchant cardon l’agréminte d’einn’ fleurette
Su deux sieques ed  carbon, l’chimetière d’un gis’mint
Su un live qui s’arfreume su ches resses d’einn’ boxette
Su min dernier coup d’oeul, su deux chints ans d’tourmints
J’ai mis un g’nou dins l’terre, j’ai inl’vé m’vielle casquette

Tout un haut d’min terril, es’coué par el vint
Dù qué l’neiche vient i mette sin blanc capieau su s’tête
Su tous ches viux corons, dins leus neux z’abil’mints
Su deux reules sans fichelle, un barou sans gaïette
Su einn’tour misérape, sans othieus dins ses mains
J’ai mis un g’nou dins l’terre, j’ai inl’vé m’vielle casquette

REFRAIN :
Su min dernier terril, su min noir monumint
Dù qu’tant d’bras i’ont trimé, par einn’ parelle conquête
Pour tous nou brafes mineurs, pour min père,nou parints
Pour ches noms su ches crox, là écrits in grantes lettes
Su ch’tro d’fosse armuché par einn’ dalle in chimint
J’ai  mis un g’nou dins l’terre, j’ai inl’vé m’vielle casquette

Tout in haut d’min terril, écherv’lé par el vint
Dù qu’un coulon bien mate i treufe einn’ appoïette
Pour min tiot galibot dormant cor su l’quémin
Su l’malette rapiechée muchant ch’pain d’alouette
Su l’caf’tière sans chirloute; su un fu qui s’éteint
J’ai mis un g’nou dins l’terre, j’ai inl’vé vielle casquette

Tout in haut d’mint terril, imbrassé par el vint
Dù qu’un bos écrampi, vient i s’mer des équettes
Su ch’lavabo sans loques, ech caudron sans béguin
Su einn’ lampe qui s’indort su ches gnons d’einn’ barrette
Su l’sainte barpe sans bistoulle, el quinzaine sans argint
J’ai mis un g’nou dins l’terre, j’ai inl’vé m’vielle casquette
(au refrain)


T' AS PAS VOULU LULU

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Ca fait plus de dix ans que je lui cours après
Dix années que j' attends qu' elle se soit décidée
Un jour elle dit m' aimer être folle de moi
Pas plus d' une heure après elle est dans d' autres bras
Plus d' un homme a pleuré pour elle pour ses beaux yeux
J' veux pas souffrir pour elle j' veux pas être malheureux

Un jour je lui ai dit je voudrais t' épouser
Elle m' a dit c' est trop tôt attends quelques années
Mais à force d' attendre à force d' espérer
Après tout ce temps j' ai fini par l' oublier
La voilà aujourd' hui qui vient me demander
De partager sa vie si je veux l' épouser

REFRAIN:
Mais ça va pas non vraiment pas
J' sais pas c' que t' as là mais y a quelque chose qui va pas
T' as pas voulu lulu t' as pas voulu
T' as pas voulu lulu quand j' ai voulu
T' as pas voulu lulu t' as pas voulu
T' as pas voulu lulu quand j' ai voulu
T' as pas voulu aujourd' hui c' est moi qui veux plus

C' était l' année dernière alors qu' il faisait beau
J' l' ai invitée à faire un p' tit tour à moto
Non me répondit-elle j' ai froid sur ces engins
J' t' en prie vas-y sans moi j' t' appelle demain matin
Le lendemain il pleut elle vient me demander
De sortir ma bécane pour aller s' balader
(au refrain)

Je me souviens qu'un soir j' l'invite au cinéma
Non me répondit-elle c' film-là n' m'intéresse pas
Alors je lui propose d'aller voir ailleurs
Elle me dit c'est trop tard j' veux rentrer voir ma soeur
Le lendemain c'est elle qui vient me proposer
D'aller voir le même film au village d' à côté
(au refrain)


T’AS QU’A GRATTER L’MORPION

Paroles de Robert JORDENS
Musique de Simon COLLIEZ

Tous les matins ej’ sus à peine lévé
Que j’souque déjà in prenant min café
Pour savoir par quoi que j’vais commincher
Par ech’ Loto ou bien par ech’ Tiercé
Et je m’vos déjà riche sous les palmiers
Dins les Bermudes ou in Nouvelle Guinée
Mais jusqu’à c’t’heure j’n’ai jamais dépassé
El phare qu’in vot in haut du Cap- Gris-Nez

Mi j’ai tous les jus dins m’pétite carnasse
I faudra bien qu’cha passe ou bien qu’cha casse
Dins les cafés quand in m’vot arriver
In crot bétôt que j’sus au P T T
Mais j’ai bieau réfléchir et m’casser l’tête
Ch’est pas cor ed main que j’ferai la fête
Car j’ai déjà eu bieau tout essayer
Y’in a qu’un qui s’plaint ch’est min porte monnaie

REFRAIN :
Mais comme dirot mononque Gaston
A qui j’ai posé la question
Pour régler mes hésitations
Eh bin t’as qu’a t’as qu’a gratter gratter l’Morpion
Eh bin t’as qu’a t’as qu’a gratter gratter l’Morpion

J’dis aujourd’hui ej vais tenter l’Bingo
Y’a pas d’raison j’veux pas mourir idiot
Ou alors si l’affaire alle tombe dins l’lac
J’n’ai qu’à faire un bon coup au Tac au Tac
J’sus certain comme dit l’voisin Amédée
Qu’au Tiercé j’vais pouvoir em’ rimpleumer
Même rintrer à m’maison in solitaire
Après avoir taté du Millionnaire
(au refrain)

Il est vrai qu’tous ches jus cha fait rêver
Car i z’ont des noms qui font saliver
Avec eux on part en in temps record
Dins l’bistrot du coin à l’Ile au trésor
Mais dins tous ches noms là a rien d’mic mac
Tiens ch’est vrai j’allos oublier l’Black-jack
I faut pus que j’traine in va prinde du r’tard
Salut mes gins nous v’la au top départ
(au refrain)


T’AS TETE TARD

Paroles de Guy DUBOIS
Musique de Simon COLLIEZ

Quand qu’all’ cancanne et qu’all’ conte les cacoules au caud,
Qu’all’ a pus qu’à s’couquer dins s’camb’ intre ses cats,
Qu’all’caquette à quéquin sus s’caïelle rococo,
Pour pas qu’chés caquets quettent v’là quoi que j’li claqua…

REFRAIN
T’auros-ti pas tâté les totottes à Tatie ?
T’as-ti pas tapoté el’ tapette à Toto ?
Chelle qui’ a queut sus s’tiête tout pitit, ch’est-ti pas ti ?
T’as têté tard et à l’tututte té t’y mets tôt.

All’ allot toudis touiller s’laide lanque ed’ lolo
Qu’all’ allotot là in guilant sin libouli,
Avec tout’ les calamités qu’all’ y mêlot,
J’li collos eun’ léque sus les loupes, j’li dis au lit…
(au refrain)

Dù qu’t’as dégoté cha dis, t’es pas dégoûté,
Qui ditent cheusses qui m’harnaiquent, m’impotéquent et m’intiquent
J’essaie d’dècafoter dù qu’all’ est l’pus fouftèe
A s’rajouque,all’ louque à mouques et mi j’li rinflique…
(au refrain)

Ej’ sus-t’acoquiné à ch’viux coucou r’séqui
J’clique comme eun’ cloque, J’chique tous ses chucs, J’casque pour ses craques
J’sus pêquè par chelle crapette qu’a’ m’serre el’ kiki
A s’décrinque je n’sais d’dù, alle’ clouque et je l’raclaque…
(au refrain)


TE PEUX ARVENIR GEORGETTE

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Té peux arvénir Georgette
Mais n' t' attinds pas à c' que j' quais dins tes bras
Té m' f' ras pas l' coup Georgette
L' coup du armettez nous cha
D' pis qu' t' es partie Georgette
J' n' ai jamais été si heureux j' t' assure
J' n' argrette rien Georgette
J n' argrette rien té peux n' ête sûre

Té peux arvénir Georgette
J' sus bien décidé je n' t' arprindrai pas
Ch' est pas la peine Georgette
D' vouloir m' faire du cinéma
Quand t 'es partie Georgette
In m' laichant tout seul avec ches six gosses
Bien décidée Georgette
Bien décidée à rouler t' bosse

Té peux arvénir Georgette
J' peux pas t' laicher à l' cour même pour einne nuit
Mais d' main matin Georgette
Mais d' main matin té déguerpis

Mais quoi qu' té fais Georgette
Arrête pourquoi qu' té m' inlièfes mes bretelles
Et qu' té m' demantes Georgette
Si j' té trouv' toudis aussi belle
Arrête arrête Georgette
Tout cha va mal finir ch' est bien connu
Pis après tout Georgette
Tant pis ch' est ti qui l' a voulu

Quand qu' ch' est qu' t' arviens Georgette
Si té m' promets d' ête sache in r' comminche tout
Y a einne affaire Georgette
J' avoue que j' comprinds pas tout
Ch' est qu' t' as ram' né Georgette
Un d' tes cousins que j' connos qu' à moitié
J' ai peur qu' cha fasse Georgette
Qu' cha fasse parler dins tout l' quartier
J' m' en fous Georgette té peux rester


T' EN FAIS PAS PETITE FILLE

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

T' en fais pas petite fille
La vie s' arrête pas là
T' en fais pas petite fille
Ce garçon passera
Tu pousses la porte de mon bureau
Tes yeux mouillés parlent pour toi
C' est drôle mais j' aime ces moments chauds
Où tu te blottis dans mes bras

T' en fais pas petite fille
Tu peux me dire papa
T' en fais pas petite fille
Personne ne t' entendra
Grandir c' est bien pas tous les jours
Parfois on a du mal à suivre
Les premières leçons d' amour
Donnent pas toujours envie de vivre

REFRAIN:
T' en fais pas
Ca ira
T' en fais pas
Petite fille
T' en fais pas
Ca ira
T' en fais pas petite fille

T' en fais pas petite fille
Faut pas pleurer pour ça
T' en fais pas petite fille
Ce garçon reviendra
Tu dis que sans lui tout s' éteint
Dis-toi que la vie recommence
Tu dis que tu n' crois plus en rien
Tu crois en moi j' ai de la chance
(au refrain)

T' en fais pas petite fille
Tous les pères comprennent ça
T' en fais pas petite fille
Les pères c' est fait pour ça
Tu m' quittes déjà ma petite fille
Tu m' embrasses ça va beaucoup mieux
T' es plus vraiment une petite fille
Mais moi j' me sens un peu plus vieux
(au refrain)


TERRE NATALE

Paroles de Adéodat LARIVIERE
Musique de Simon COLLIEZ

Tes cheminées d' usine tes chevalets figés
Dominent les prairies ou drues comme des éteules
S' alignent tant et tant de croix multipliées
Fleuries deci delà sur des morts sans linceuls

Cousins du Canada qui dormez à Vimy
Ennemis de vingt ans enterrés à Lorette
Le pél' rin qui s' attarde le devoir accompli
Croit entendre vos voix aux trilles de l' alouette

REFRAIN:
Voici qu' une fois encore
Ont roulé des nuages
Qui voulaient empêcher
Le rire de tes enfants
Mais toi mon fier pays
Tu ne perds pas courage
Demain car tu le veux
Il viendra le bon temps

A l'ombre des terrils tes corons rénovés
Tes forêts tes rivières avec tes watergangs
Les collines de l'Artois qui te font le Blanc-nez
Ta chaussée Brunehaut qui prend la clé des champs

La vaillance et les luttes des hommes de par ici
Courbés comme les blés mûrs qui plient sous la tempête
Mais redressés toujours sachant payer le prix
Des plus lourds sacrifices pour mériter la fête
(au refrain)


T’ES D’ICHI T’ES CHTIMI

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Si tin grand père i’est déchindu au fond
Alors t’es d’ichi alors t’es chtimi
Té n’sais pas qu’eune gaillette ch’est du carbon
Alors t’es pas d’ichi alors t’es pas chtimi
Si t’as d’jà mingé du pain d’alouette
Alors t’es d’ichi alors t’es chtimi
Si té bos pas tin café à l’chuchette
Alors t’es pas d’ichi alors t’es pas chtimi

Mais va pas t’mette à braire
In va pas t’laicher kaire
Si té fais un effort
Té vas artrouver l’Nord
Mais te fais pas trop d’bile
Si t’es pas né à Lille
Fais core un p’tit effort
Et t’aras kaire el Nord

Si sur tes crêpes té mets de l’castonnate
Alors t’es d’ichi alors t’es chtimi
A Dunkerque té connos pas l’cavalcate
Alors t’es pas d’ichi alors t’es pas chtimi
Si t’grand-mère fait de l’tarte à libouli
Alors t’es d’ichi alors t’es chtimi
Si dins t’tutute t’as pas eu d’chuque candy
Alors t’es pas d’ichi alors t’es pas chtimi       (au refrain)

Si dins l’génièfe t’as kaire trimper t’moustache
Alors t’es d’ichi alors t’es chtimi
Si t’as jamais mingé du rassaquache
Alors t’es pas d’ichi alors t’es pas chtimi
Si té cantes comme  Raoul « Quand la mer monte »
Alors t’es d’ichi alors t’es chtimi
Si l’accent des gins du Nord i t’fait honte
Alors t’es pas d’ichi alors t’es pas chtimi       (au refrain)

Si à l’ducasse t’as attrapé l’pompon
Alors t’es d’ichi alors t’es chtimi
Si té treufes que l’maroilles i sint pas bon
Alors t’es pas d’ichi alors t’es pas chtimi
Si à Maubeuge té caches el’ clair de lune
Alors t’es d’ichi alors t’es chtimi
Mais si t’as jamais été à Bray-Dunes
Alors t’es pas d’ichi alors t’es pas chtimi  (au refrain)


T’ES PAS PARTIE MEMERE

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

J' cros que j' z' ai méritées
Les calottes sur min nez
Quand j' té poussos à bout
T' avos raison j' l' avoue ,mémère

Mais je n' comprenos pas
Qu' té m' prenos dins tes bras
Té brayos avec mi
In m' appelant "min pitit" ,mémère

J' peux te l' dire vraimint
I piquot pas tellemint
L' savon qui m' aveuglot
Té sais quand te m' lavos ,mémère

J' peux te l' dire à ch' t’heure
Ej' brayos pour du beurre
Quand té trouvos des noeuds
In faijant mes caveux ,mémère

REFRAIN :
T'es pas partie mémère
T'es pas partie
Elle vole toudis dins l' air
Et' poute de riz

T'es pas trop loin mémère
T'es pas trop loin
Et' n'ieau d' Cologne pas chère
Je l'sins toudis bien

J' t'ai toudis vue in noir
J'ai compris bien plus tard
Que t' avos arrêté
Ed' rire et pis d'canter ,mémère

El' jour où l' fosse t'a pris
Tin dernier tin pitit
El' jour où l' fosse t'a pris
Einne grosse partie de t'vie ,min père
(au refrain)

A ch' t'heure j' vais pas souvint
Au cim'tière à l' Toussaint
J' ai pas b'soin d' chrysanthème
Pour te dire que je t'aime,mémère

Ch' est pas sûr qu' té comprinches
Si j' prinds m' lanque du diminche
I aura bien moins d' manière
Si j' dis que j' t'avos quaire ,mémère
(au refrain)


TI AMO TANTO BENE

Paroles de Catherine MELONI
Musique de Simon COLLIEZ

Je l’ai rencontrée par hasard
J’me promenais sur les boul’vards
Un seul regard et j’ai compris
Que c’était elle pour la vie
Les mots d’amour sont ses refrains
Elle parle toujours avec les mains
Depuis j’ai appris c’est normal
Quelques mots d’amour en rital

REFRAIN :
Ti amo tanto bené
Je t’aime beaucoup
Ti amo molto bené
Je t’aime passionément
Ti amo mi amoré
Je t’aime mon amour
Ti amo mi’a Italiana
Je t’aime mon Italienne

Elle aime aussi quand je l’appelle
Mon bel amour mon Italienne
Elle est avec moi à chaque heure
C’est elle qui fait battre mon cœur
On a connu des jours chagrins
On s’aime toujours dans du satin
Tous les mots d’amour qu’elle me dit
C’est en Italien qu’elle les dit
(au refrain)


T’IROS TI LA HAUT

Paroles de Willy TOUBEAU
Musique de Simon COLLIEZ

Pour mes vacances au début de ch’t’année
Je m’sus payé l’voyache organisé
In autobus j’sus parti au Tyrol
Pour me r’quinquer et m’arfaire les guibolles
Après deux jours d’eine très longue traversée
Je m’sus r’trouvé d’vant la réalité
A gauche à droite y’avot que des montagnes
D’un air inquiet j’ai démindé à m’femme

REFRAIN
T’iros ti  t’iros ti là haut
T’iros ti  t’iros ti là bas
Si t’y vas mi aussi j’iro
Comme cha tertous in i montr’a

Toudis assis j’étos inkilosé
A ch’t’allure là cha n’pouvot pu durer
I’étot grand temps que j’fasse ed’ l’exercice
Sur les versants du Tyrol et d’la Suisse
Avec des skis des godasses un bonnet
Printe el tire-fesses j’étos pas rassuré
Mais tous chés gins qu’i’attindott’ pour monter
I’ont- té surpris in m’écoutant canter
Au refrain

Pour mi skier ch’étot trop dangereux
S’casser eine gampe ch’est pas fait pour les vieux
J’ai préfèré aller m’prom’ner in ville
Pour boire un verre et léquer les vitrines
Mais su l’trottoir je m’sus fait accoster
Par eine fräulein qui m’veillot grelotter
Viens monte chez moi alle fait j’ai du bon feu
In grattant m’tête J’li ai dit l’air soucieux

T’iros ti t’iros ti là haut
T’iros ti t’iros ti là bas
Si ti vas mi aussi j’iro
Comme cha à deux in s’récauffr’a


TOI TU ES LOIN D’ICI

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

La vie continue avec ses matins gris-bleus
Les bruits de la rue les cris des enfants joyeux
Nos éclats de rire qui vont griser notre vie
On reste là et toi toi tu es loin d’ici

Discrètement ça te ressemble tu es parti
En t’excusant comme toujours pour les non-dits
Tu reviendras dans chacun de nos moments gris
Tu reviendras mais là là tu es loin d’ici

Refrain
Y a la blessure mais c’est la vie
La déchirure mais c’est la vie
On se rassure et on se dit
On en est sûr c’est mieux ainsi

Il restera au fond de nous ce sentiment
Que c’est toi qui nous protégeais dans ces moments
Qu’on aurait pu dire des choses qu’on dit pas souvent
Qu’on ne sait pas dire les choses au bon moment

Comme toujours désormais on fera semblant
Jour après jour on sourira devant les gens
Mais on le sait rien ne sera plus comme avant
Mais on le sait ton absence laisse un trou béant
Au refrain


TOUCHE PAS A MON BIGNOU

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Tu peux me dire ce que tu veux
Que je ne suis pas très sérieux
Même que je suis un bon à rien
Et que j'ai un poil dans la main
Tu peux me dire n' importe quoi
Crois-moi ça ne me touche pas

Tu peux même me dire aussi
Que tu regrettes à la mairie
Devant le maire d'avoir dit oui
Tu m'as voulu tu m'as choisi
Moi je n'avais rien demandé
Il ne fallait pas m'épouser
(au refrain)

T'as beau me répéter cent fois
Que j' sais rien faire de mes dix doigts
Qu'il n' y ait rien à la maison
Qui ne soit signé de mon nom
Mais quand je touche à quelque chose
Ca finit par une catastrophe
(au refrain)

REFRAIN 1
Tu peux tout me demander d'arrêter de fumer
D'aller au bistrot du coin retrouver les copains
Les randonnées à vélo le tiercé le loto
Je m'en fous tu vois je suis prêt à tout
Tu peux même me supprimer la télé les bouquins
Et même après le dîner mon petit verre de vin
Toute ma collection de verres et mes disques lasers
Je m'en fous mais touche pas à mon bignou

REFRAIN 2
Tu peux même vendre aussi tout ce qu'il y a ici
Mes chemises mes pantalons la tondeuse à gazon
Ma canne à pêche mon fusil et ma boîte à outils
Je m'en fous tu vois je suis prêt à tout
Tu peux casser si tu veux c' que j'ai de plus précieux
Les cadeaux qu'on m' a offerts tout c' qui vient de ma mère
J' suis prêt à tout encaisser prêt à tout supporter
Mais surtout ne touche pas à mon bignou


TOUT ABUS DANGEREUX

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de  Simon COLLIEZ

J'ai trop forcé la dose
Pas trop lu la notice
J'ai frisé l'overdose
J'étais un peu novice
Le traitement de choc
Etait un peu trop fort
Mon coeur bat la breloque
A deux doigts de la mort

Elle n'était pas bénigne
La tumeur traîtresse
Tu étais trop maligne
Oh ma belle maîtresse
Les effets secondaires
Etaient très importants
Insomnies passagères
Et cafard déprimant

REFRAIN:
Dans le fond de ton lit dans le lit de tes yeux
Je me suis trop battu attention malheureux
Dans le lit de ton coeur dans le fond de tes yeux
Tu m'avais prévenu, tout abus dangereux

J'ai la raison qui flanche
Je crois que je débloque
Quand sur moi tu te penches
C'est un électrochoc
Tu es ma maladie
Je me croyais plus fort
Je me pensais guéri
Je sais que j'ai eu tort

Chaque jour tu me piques
Y a pas de rémission
Mon état est critique
En vue pas d' guérison
A mon dernier soupir
Je veux que tu sois là
Pour que dans mon délire
Je trépasse dans tes bras
(au refrain)


TOUT DUCH’MINT

Paroles de Jean-Marie CERF
Musique de Simon COLLIEZ

Tout duch’mint hésitant sur ses tiotes gambettes
Monsieur Bébé comminche à faire ses premiers pas
Et malgrè ses culbutes amiteux fait risette
A s’nounou qui l’incourache in tindant ses bras
L’soir venu i s’indort flapi mais contint d’li
Su les g’noux de s’maman qui li cante l’tiot Quinquin
Et ch’est ainsi mes gins qu’in prind L’quémin d’la vie
Tout duch’mint tout duch’mint
Tout duch’mint tout duch’mint

Tout duch’mint arrive l’ ache ed rintrer à l’école
Et tous les soirs ch’l’infant apprindra ses leçons
Mais un bieau jour v’là que d’sin nid ch’l’osiau s’invole
In a seize ans alors in est un grand garchon
In s’prind à rêver in s’sintant capape d’aimer
Et l’cœur i bat pour eune tiote dont in a l’béguin
Sans i pinser mes gins un jone coupe va s’loïer
Tout duch’mint tout duch’mint
Tout duch’mint tout duch’mint

Tout duch’mint comme tout l’monte in va fonder s’famille
Comme tout l’monte in aura des momints d’émotion
Quand un bieau gros garchon pis eune mignonne tiote fille
Chacun leu tour apport’ront de l’joie dins l’maison
Autour ed nous résonnent leus éclats d’rire leus cris
In est heureux et in oublie ches tiots tourmints
Mais in n’vot pas mes gins nos ch’veux devenir gris
Tout duch’mint tout duch’mint
Tout duch’mint tout duch’mint

Tout duch’mint passent momints d’joie et momints d’misère
L’front s’est ridé l’restant d’nos ch’veux est dev’nu blanc
Un tiot bonhomme plein d’vie qui vous appelle grand père
Saute in criant hue dada su vous g’noux  trannants
Dins not’ viux nid d’amour el temps n’est pus si bieau
In a sin dos voûté in marche difficil’mint
Et ch’est ainsi mes gins qu’in s’prépare au grand saut
Tout duch’mint tout duch’mint
Tout duch’mint tout duch’mint
Tout duch’mint tout duch’mint
Tout duch’mint tout duch’mint


TROU LA LA ITOU LA E

Paroles de Willy TOUBEAU
Musique de Simon COLLIEZ

Un vieux mineur d' puis longtemps pensionné
De la montagne avait toujours rêvé
Tous ses amis lui disaient l'air est fort
Avant d' partir il faudrait faire du sport
Très essoufflé oui mais sûrement pas sourd
Dans son jardin se mit à faire des tours
Et en cachette une fois la nuit tombée
Sur les terrils on l'entendait chanter

REFRAIN:
Trou la trou la la itou itou la la
Trou la la itou itou la é
Pour moi l' Mont Blanc
N'aura plus de secrets
Trou la la itou itou la la
Trou la la itou la é
Maint' nant j' suis prêt
Je vais l'escalader

Tôt le matin il était déjà prêt
Le grand départ fallait pas le rater
Tous ses voisins étaient v' nus à la gare
Lui dire au r' voir et sortir leur mouchoir
Mais l' malheureux n’avait pas loué d' place
Il dût rester dans l' couloir des s' condes classes
Perché sur sa valise pour respirer
La f' nêtre ouverte il se mit à chanter
(au refrain)

Deux heures après quand il se réveilla
Ni creux ni bosses le pays était plat
Naturellement il s'était trompé d' quai
Tout étonné d' débarquer à Calais
Avec ses skis ses gants et son bonnet
Devant la mer il voulut retourner
Mais sur les dunes il se mit à grimper
Tout dépité on l'entendit chanter

Trou la trou la la itou itou la la
Trou la la itou itou la é
Y a pas d' Mont Blanc
Mais y a le Cap Gris Nez
Trou la la itou itou la la
Trou la la itou itou la é
Je r' vends mes skis
J'achète un moulinet
(au refrain)


UN CORNET D’FRITES ET UN BON D’MI
Paroles de Daniel CARLIER
Musique de Simon COLLIEZ

 

Dins les r’pas d’l’ancien temps, baptêmes ou communions,
Au momint d’avaler eune assiette ed bouillon,
Pépère qui, bin souvint, c’minchot à ête pompette,
In arvétiant mémère, intonnot à tue-tête :

REFRAIN
Un cornet d’frites mingées sans fourche-et-te
Et un bon d’mi, ch’est un régal .
Avec un peu d’sel, un peu d’vinai-ai-que
Et un bon d’mi, ch’est l’idéal .
Un cornet d’frites et eune fricade-el-le
Et un bon d’mi, ch’est un régal .
Tant pis si in a nos dogts pleins d’grai-ais-se,
El principal, ch’est qu’in s’régale.

A l’noce ch’étot parel, y’avot toudis quéqu’un,
Ch’étot mononque ,matante, eune cousine, un copain,
Qui montot su s’caïelle, demindot d’faire silence,
Et comme à l’opéra, i poussot la romance :
Au refrain

El diminche de l’ducasse, ch’étot eune tradition,
El famile au complet faijot un bon gueul’ton,
Et au momint d’partir monter sur chés g’vaux d’bos,
In chœur, in arcantot l’canchon eune dernière fos :
Au refrain

 


UNE GOUTTE DE PLUIE

Paroles de Adéodat LARIVIERE
Musique de  Simon COLLIEZ

Une goutte de pluie tombée sur ton visage
M' a fait croire un instant que tu avais pleuré
Je me suis arrêté de rire sur ton passage
Tout à coup malheureux, rougissant, désarmé

Je n' avais pas osé te dire la tentation
Qui me poussait vers toi sans pouvoir l' avouer
J' étais paralysé par mes hésitations
Qui étouffaient ma voix au moment de parler

REFRAIN :
Je n' oublierai jamais cette journée d' orage
Où la pluie sur ta joue devint ma vérité
Elle a fait tout à coup s' effondrer le barrage
Qui m' était imposé par ma timidité

Une goutte de pluie tombée sur ton visage
M' a fait croire un instant que tu avais pleuré
Cette larme du ciel m' a donné le courage
De te dire que je t' aime: tu ne m' as plus quitté
(au refrain)


V' LA C' QU' I CANTOT MIN GRAND- PERE

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

REFRAIN:
Trou la la trou la la trou la la la
V' là c' qu' i cantot min grand-père
Trou la la trou la la trou la itou
Quand i avot bu un bon coup

Quand in s' artrouvot in famile
Chacun i cantot einne canchon
Quand i cantot toute l' famile
In choeur avec li arprenot
(au refrain)

Et quand i rintrot tard de l' mine
Grand-mère su l' seul alle l' attindot
Et pour qu' alle i fasse einne bonne mine
In l' ténant par l' cou i cantot
(au refrain)

D' pis l' temps j' pinse souvint à Grand-père
Quand ej m' artrouve in société
Quand j'ai pris deux tros pitits verres
Mi aussi j' me mets à canter
(au refrain)

Mais mi quand j' rinte tard ed l'usine
Su l' seul m' femme alle m' attind pas
Alle est loin de m' faire einne bonne mine
Pendant des jours alle me parle pas
(au refrain)


VOTE POUR MI

Paroles de Bertrand COCQ
Musique de Simon COLLIEZ

Avant les élections
Sont toudis à t' maison
Mais quand i z' ont lu plache
Sont toudis in voyache

Si té caches el moyen
D' pas brader tin bull' tin
Et si té n' as assez
De toudis t' faire rouler

REFRAIN:
Vote pour mi vote pour mi vote pour mi
Ch’est toudis l’même refrain
Ch’est  toudis l’même canchon
Vote pour mi vote pour mi vote pour mi
Ch’est toudis l’même rengaine
Quand ch’est les élections

A les intinte parler
I vont tout décrinquer
Mais ch' est einne fos pour toutes
El même bébête qui broute

I sont pour l' ouvrier
Pas pour sin porte-monnaie
I font gramint d' promesses
Pis i piquent dins la caisse
(au refrain)

Quand i passent à l' télé
In les vot s' ingueuler
Einne fos l' émission faite
I s' artreufent à l' buvette

I sont conte l' chômage
Mais i tiennent à lu plache
L' artraite à 60 ans
Ch' est pas pour l' Président
(au refrain)


Y' IN A QU' POUR LI

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

Quand j' intinds certains dire qu'i mènent einne vraie vie d' tchien
J' voudros bien ête à lu plache i faut vire l' mien
In l' caline in l' chouchoute in li fait des caresses
C'est le petit toutou chéri à sa maîtresse
Mi in ravisse à m' acater des cigarettes
Mais in acate des trucs in boîte pour l' pitite bête
In li donne un bol ed' laid caud tous les matins
Mi ch' est toute einne histoire si j' bos un verre ed' vin
Pas question d'écouter l' radio après dîner
Ch' tchien i s' arpose i faut surtout pas l' réveiller
Mais si ch' est mi qui va m'allonger dins ch' divan
In claque ches portes là in s'en fout d' faire du boucan

REFRAIN:
Ch' est pour qui les p' tits mots gentils
Min p' tit biquet min gros chéri
Ch' est pas pour mi     ch' est tout pour li
Et ch' est pour qui les p' tites caresses
Les mots rimplis ed' gentillesse
Ch' est cor pour li       jamais pour mi
Alle m' a jamais parlé comme cha
Alle m' a jamais dit ches mots-là
A croire qu' ichi     ch' tchien ch' est mi
Surtout n' allez pas croire mes gins
Que j' sus jaloux de ch' pitit tchien
Mais i n' a qu' pour li
I' est miux vu qu' mi

Li i' a l' drot d'aller faire sin p' tit tour tous les jours
Mi j'ai à peine el' drot d' aller plus loin que l' cour
I' arvient i rinte avec ses pattes sales dins l' maison
In li dit rien si ch' étot mi quoi que j' prindros
In f' sant sin p' tit pipi quand i’in met sus l' moquette
In li dit rien in pardonne tout à l' pitite bête
Mi quand j'in mets einne goutte à côté de l' cuvette
Ch' est tout un drame et quoi que j' prinds dins mes niflettes
(au refrain)

Avec un tchien d' garde comme cha alle est bien montée
Je n' sais même pas si i s' rot capable d'aboyer
Si un jour par malheur alle s' faisot attaquer
J' cros bien que che s' rot li el' premier à s' sauver
Tous les soirs ch' est pareil pour raviser l' télé
Mi j' sus sur einne caïelle li i est sus ch' canapé
Tout au début j'ai voulu l' faire décamper
I m'a mordu em' femme alle m' a cor ingueulé
(au refrain)